Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA    Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    L'Algérie envoie une troisième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    «Le pays est toujours ciblé»    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Institut Pasteur d'Algérie réagit
Nouveau variant "omicron"
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 11 - 2021

L'approche de l'hiver et l'arrivée du froid semblent chambouler la situation épidémiologique. L'accalmie n'a pas duré longtemps. En Algérie, le nombre des cas de contamination est loin de se stabiliser. D'autres pays assistent à l'émergence de nouvelles souches de Covid.
L'approche de l'hiver et l'arrivée du froid semblent chambouler la situation épidémiologique. L'accalmie n'a pas duré longtemps. En Algérie, le nombre des cas de contamination est loin de se stabiliser. D'autres pays assistent à l'émergence de nouvelles souches de Covid.
C'est le cas effectivement de l'Afrique du Sud qui a signalé il y a trois jours l'apparition d'un nouveau variant de type B.1.1.529, baptisé Omicron. L'OMS a révélé avant-hier, vendredi 27 novembre, le caractère dangereux et virulent de la nouvelle souche. En effet, Omicron a été officiellement classé "préoccupant" par l'organisation mondiale de la Santé. Quelques heures après, l'Institut Pasteur d'Algérie n'a pas tardé à réagir via un post sur sa page Facebook. "La situation épidémiologique en Afrique du Sud s'est caractérisée par trois pics distincts de cas signalés, dont le dernier concernait principalement le variant Delta. Ces dernières semaines, les infections ont connu une forte augmentation, coïncidant avec la détection du variant B.1.1.529. La première infection confirmée connue du B.1.1.529 provenait d'un spécimen prélevé le 9 novembre 2021", lit-on dans le communiqué publié par l'Institut Pasteur d'Algérie. Sachant que l'OMS avait mis l'accent sur le grand nombre de mutations du nouveau variant d'où son caractère "préoccupant", l'IPA a de son côté expliqué que ces mutations affectent essentiellement des sites de liaisons au récepteur ACE2. En effet, le virus SARS-CoV 2 s'attache à une protéine présente à la surface des cellules, notamment pulmonaires : le récepteur ACE2.
Ce dernier est une protéine clé dans la physiologie du Covid-19, permettant au virus SARS-CoV 2 d'entrer dans les cellules de l'hôte Alors que les données préliminaires suggèrent un risque accru de réinfection avec ce variant, par rapport aux autres variants préoccupants, l'Institut pasteur d'Algérie réitère son appel concernant "l'urgence de l'adhésion à la vaccination". En effet, plus le virus circule, plus la probabilité d'apparition de variants est élevée, indique la même source. Dans ce sens, la vaccination, mais aussi les gestes barrières (port de masques de protection, distanciation physique et lavage fréquent des mains) demeurent le seul moyen pour stopper la circulation et la transmission du virus. En conclusion, il convient de préciser que les diagnostics PCR actuels du SRASCoV- 2 continuent de détecter le nouveau variant dans presque toutes les provinces d'Afrique du Sud. À cela s'ajoutent des cas enregistrés au Malawi, au Botswana, en Belgique et à Hong Kong.
C'est le cas effectivement de l'Afrique du Sud qui a signalé il y a trois jours l'apparition d'un nouveau variant de type B.1.1.529, baptisé Omicron. L'OMS a révélé avant-hier, vendredi 27 novembre, le caractère dangereux et virulent de la nouvelle souche. En effet, Omicron a été officiellement classé "préoccupant" par l'organisation mondiale de la Santé. Quelques heures après, l'Institut Pasteur d'Algérie n'a pas tardé à réagir via un post sur sa page Facebook. "La situation épidémiologique en Afrique du Sud s'est caractérisée par trois pics distincts de cas signalés, dont le dernier concernait principalement le variant Delta. Ces dernières semaines, les infections ont connu une forte augmentation, coïncidant avec la détection du variant B.1.1.529. La première infection confirmée connue du B.1.1.529 provenait d'un spécimen prélevé le 9 novembre 2021", lit-on dans le communiqué publié par l'Institut Pasteur d'Algérie. Sachant que l'OMS avait mis l'accent sur le grand nombre de mutations du nouveau variant d'où son caractère "préoccupant", l'IPA a de son côté expliqué que ces mutations affectent essentiellement des sites de liaisons au récepteur ACE2. En effet, le virus SARS-CoV 2 s'attache à une protéine présente à la surface des cellules, notamment pulmonaires : le récepteur ACE2.
Ce dernier est une protéine clé dans la physiologie du Covid-19, permettant au virus SARS-CoV 2 d'entrer dans les cellules de l'hôte Alors que les données préliminaires suggèrent un risque accru de réinfection avec ce variant, par rapport aux autres variants préoccupants, l'Institut pasteur d'Algérie réitère son appel concernant "l'urgence de l'adhésion à la vaccination". En effet, plus le virus circule, plus la probabilité d'apparition de variants est élevée, indique la même source. Dans ce sens, la vaccination, mais aussi les gestes barrières (port de masques de protection, distanciation physique et lavage fréquent des mains) demeurent le seul moyen pour stopper la circulation et la transmission du virus. En conclusion, il convient de préciser que les diagnostics PCR actuels du SRASCoV- 2 continuent de détecter le nouveau variant dans presque toutes les provinces d'Afrique du Sud. À cela s'ajoutent des cas enregistrés au Malawi, au Botswana, en Belgique et à Hong Kong.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.