Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 8ème journée    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Real Madrid: Jovic bien prêté à Francfort (off.)    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Casoni plie bagage    Le match à ne pas rater pour les Verts    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Ce que peut apporter Slimani à Lyon    Le rabatteur    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Football - Ligue 1: Sétif, Alger et Tlemcen pôles d'attraction    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Recrudescence des pathologies psychiatriques
Santé mentale des Algériens
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 10 - 2007

Cette dernière décennie a connu l'expansion d'un phénomène inquiétant qui attente à la santé publique : il s'agit de la maladie mentale. En sillonnant les rues de la capitale, l'observateur ne peut rester indifférent au nombre quotidiennement croissant des malades errant dans la rue après avoir perdu leur équilibre mental et psychologique pour une raison ou une autre.
Cette dernière décennie a connu l'expansion d'un phénomène inquiétant qui attente à la santé publique : il s'agit de la maladie mentale. En sillonnant les rues de la capitale, l'observateur ne peut rester indifférent au nombre quotidiennement croissant des malades errant dans la rue après avoir perdu leur équilibre mental et psychologique pour une raison ou une autre.
La maladie mentale est devenue une réalitéfaisant partie du quotidien de l'algérien. Une réalité qui mérite de mobiliser l'attention des services sanitaires, de la société civile et des autorités publiques.
Le nombre de malades mentaux était estimé en 2006 à 150.000 au niveau national, un chiffre afferrant qui reflète l'état de la santé mentale en Algérie. Le rapport national sur la santé des Algériens effectué en 2004 par l'OMS a tiré la sonnette d'alarme sur la situation et la propension inquiétante de la maladie mentale ainsi que le manque des infrastructures d'accueil et le corps soignant responsables de la défaillance de la prise en charge sanitaire.
Les maladies mentales les plus fréquentes en Algérie sont la schizophrénie qui touche plus de 50 % des malades, la dépression qui affecte majoritairement la population féminine, le syndrome de stress post traumatique dont une grande partie de la population ayant survécu aux carnages de la décennie noire, aux intempéries ou au tremblement de terre continuent à souffrir et dont les symptômes sont parfois indétectables. Les affections mentales liées à la toxicomanie ou à l'alcool figurent sur la liste des pathologies courantes qui affectent particulièrement la population juvénile.
La maladie mentale n'est en réalité que la traduction de la malvie, des conditions socio-économiques déplorables, de la dépravation, la misère, le chômage et des différents maux sociaux dans lesquels est plongée la population. Ces maux sociaux fragilisent l'état psychologique de l'individu, le rendant plus vulnérable et moins capable de gérer ses émotions.
Les tensions quotidiennes face auxquelles est exposé plus d'un, épuisent les ressources humaines de la personne qui essaye tant bien que mal de lutter contre son mal et de trouver une manière adéquate pour gérer les pressions fréquentes. Cependant, il arrive que le contrôle individuel soit défaillant, exposant ainsi la personne au risque de la maladie mentale qui altère profondément le fonctionnement social de la personne.
La maladie mentale reste en Algérie, et selon l'avis des spécialistes, l'un des problèmes majeurs de la santé publique qui mérite une attention particulière des pouvoirs publics. Le manque flagrant en structures d'accueil, le manque de formation des praticiens, la non-reconnaissance des pouvoirs publics de la profession et l'insuffisance des campagnes de sensibilisation sur la pathologie mentale à l'attention de la société civile sont autant de défaillances qu'il importe de prendre en considération pour une meilleure prise en charge de la maladie. Lutter contre la maladie mentale ne peut se faire qu'en améliorant le système de prise en charge par l'ouverture des infrastructures d'accueil et la formation de médecins spécialistes. Détecter la maladie à son début par l'entourage familial reste la meilleure manière de prévenir les pathologies mentales.
La maladie mentale est devenue une réalitéfaisant partie du quotidien de l'algérien. Une réalité qui mérite de mobiliser l'attention des services sanitaires, de la société civile et des autorités publiques.
Le nombre de malades mentaux était estimé en 2006 à 150.000 au niveau national, un chiffre afferrant qui reflète l'état de la santé mentale en Algérie. Le rapport national sur la santé des Algériens effectué en 2004 par l'OMS a tiré la sonnette d'alarme sur la situation et la propension inquiétante de la maladie mentale ainsi que le manque des infrastructures d'accueil et le corps soignant responsables de la défaillance de la prise en charge sanitaire.
Les maladies mentales les plus fréquentes en Algérie sont la schizophrénie qui touche plus de 50 % des malades, la dépression qui affecte majoritairement la population féminine, le syndrome de stress post traumatique dont une grande partie de la population ayant survécu aux carnages de la décennie noire, aux intempéries ou au tremblement de terre continuent à souffrir et dont les symptômes sont parfois indétectables. Les affections mentales liées à la toxicomanie ou à l'alcool figurent sur la liste des pathologies courantes qui affectent particulièrement la population juvénile.
La maladie mentale n'est en réalité que la traduction de la malvie, des conditions socio-économiques déplorables, de la dépravation, la misère, le chômage et des différents maux sociaux dans lesquels est plongée la population. Ces maux sociaux fragilisent l'état psychologique de l'individu, le rendant plus vulnérable et moins capable de gérer ses émotions.
Les tensions quotidiennes face auxquelles est exposé plus d'un, épuisent les ressources humaines de la personne qui essaye tant bien que mal de lutter contre son mal et de trouver une manière adéquate pour gérer les pressions fréquentes. Cependant, il arrive que le contrôle individuel soit défaillant, exposant ainsi la personne au risque de la maladie mentale qui altère profondément le fonctionnement social de la personne.
La maladie mentale reste en Algérie, et selon l'avis des spécialistes, l'un des problèmes majeurs de la santé publique qui mérite une attention particulière des pouvoirs publics. Le manque flagrant en structures d'accueil, le manque de formation des praticiens, la non-reconnaissance des pouvoirs publics de la profession et l'insuffisance des campagnes de sensibilisation sur la pathologie mentale à l'attention de la société civile sont autant de défaillances qu'il importe de prendre en considération pour une meilleure prise en charge de la maladie. Lutter contre la maladie mentale ne peut se faire qu'en améliorant le système de prise en charge par l'ouverture des infrastructures d'accueil et la formation de médecins spécialistes. Détecter la maladie à son début par l'entourage familial reste la meilleure manière de prévenir les pathologies mentales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.