Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Une aubaine pour Sonatrach    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Maroc veut-il la guerre?    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérienne Myriam Makeba n'est plus
La star est morte en Italie
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 11 - 2008

Terrassée à l'âge de 76 ans par une crise cardiaque, dans la nuit du dimanche au lundi, alors qu'elle participait à Naples, avec d'autres artistes à un concert de solidarité avec l'écrivain italien Roberto Saviano menacé de mort par la mafia, Myriam Makeba aura lutté jusqu'à son dernier battement de cœur.
Terrassée à l'âge de 76 ans par une crise cardiaque, dans la nuit du dimanche au lundi, alors qu'elle participait à Naples, avec d'autres artistes à un concert de solidarité avec l'écrivain italien Roberto Saviano menacé de mort par la mafia, Myriam Makeba aura lutté jusqu'à son dernier battement de cœur.
«Ouatani el-moufadda Thaïr/ Intaha ouaqt el-abid /Ana horra fil Djazaïr/ Ouatani el-oum essaïd.» C'est par ces phrases inoubliables que Myriam Makeba a forcé, en 1969, la porte des chaumières du petit peuple de toutes les régions du pays. Vissés devant leur poste de télévision pour ne pas perdre une miette du Panaf, les Algériens découvrent la sublime étoile Sud-Africaine, sa voix, son jeu de scène inégalé. «Le temps des esclaves est révolu et je suis libre dans mon pays, l'Algérie » chante-t-elle en duo avec Mohamed Lamari. Exilée d'Afrique du Sud, déchue de sa nationalité pour avoir participé à un film anti-apartheid, ses chansons interdites et empêchée d'assister aux obsèques de sa mère, Myriam Makeba vient d'avoir la nationalité algérienne. Autre image que les Algériens ne sont pas près d'oublier : Myriam Makeba puis Marion Williams, autre grande voix du Gospel dans un concert qui se clôture en apothéose avec Archie Shepp, des militants des Black Panthers et un groupe de Targuis de Tamanrasset. La scène est reprise par le film du cinéaste américain William Klein , «Festival panafricain d'Alger» qui va dans un crescendo rappeler les révoltes dans les ghettos US et sud-africains et les luttes anti-coloniales du continent. Ainsi la personnalité de la Diva aux multiples nationalités était totalement immergée dans les luttes de son temps et de l'humanité entière, contre toutes les formes d'apartheid, de racisme et d'oppression.Sa mort en plein combat lui ressemble. Hier, Nelson Mandela ancien président sud-africain, qui a passé 28 années de sa vie dans les prisons d'un régime inique a rendu hommage à celle qui a été emprisonnée hors de sa patrie durant 31 ans. «C'était
la première dame Sud-africaine de la chanson et elle mérite le titre de
Mama Africa. Elle était la mère de notre combat et de notre jeune nation» a-t-il souligné. K.T.
«Ouatani el-moufadda Thaïr/ Intaha ouaqt el-abid /Ana horra fil Djazaïr/ Ouatani el-oum essaïd.» C'est par ces phrases inoubliables que Myriam Makeba a forcé, en 1969, la porte des chaumières du petit peuple de toutes les régions du pays. Vissés devant leur poste de télévision pour ne pas perdre une miette du Panaf, les Algériens découvrent la sublime étoile Sud-Africaine, sa voix, son jeu de scène inégalé. «Le temps des esclaves est révolu et je suis libre dans mon pays, l'Algérie » chante-t-elle en duo avec Mohamed Lamari. Exilée d'Afrique du Sud, déchue de sa nationalité pour avoir participé à un film anti-apartheid, ses chansons interdites et empêchée d'assister aux obsèques de sa mère, Myriam Makeba vient d'avoir la nationalité algérienne. Autre image que les Algériens ne sont pas près d'oublier : Myriam Makeba puis Marion Williams, autre grande voix du Gospel dans un concert qui se clôture en apothéose avec Archie Shepp, des militants des Black Panthers et un groupe de Targuis de Tamanrasset. La scène est reprise par le film du cinéaste américain William Klein , «Festival panafricain d'Alger» qui va dans un crescendo rappeler les révoltes dans les ghettos US et sud-africains et les luttes anti-coloniales du continent. Ainsi la personnalité de la Diva aux multiples nationalités était totalement immergée dans les luttes de son temps et de l'humanité entière, contre toutes les formes d'apartheid, de racisme et d'oppression.Sa mort en plein combat lui ressemble. Hier, Nelson Mandela ancien président sud-africain, qui a passé 28 années de sa vie dans les prisons d'un régime inique a rendu hommage à celle qui a été emprisonnée hors de sa patrie durant 31 ans. «C'était
la première dame Sud-africaine de la chanson et elle mérite le titre de
Mama Africa. Elle était la mère de notre combat et de notre jeune nation» a-t-il souligné. K.T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.