La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérienne Myriam Makeba n'est plus
La star est morte en Italie
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 11 - 2008

Terrassée à l'âge de 76 ans par une crise cardiaque, dans la nuit du dimanche au lundi, alors qu'elle participait à Naples, avec d'autres artistes à un concert de solidarité avec l'écrivain italien Roberto Saviano menacé de mort par la mafia, Myriam Makeba aura lutté jusqu'à son dernier battement de cœur.
Terrassée à l'âge de 76 ans par une crise cardiaque, dans la nuit du dimanche au lundi, alors qu'elle participait à Naples, avec d'autres artistes à un concert de solidarité avec l'écrivain italien Roberto Saviano menacé de mort par la mafia, Myriam Makeba aura lutté jusqu'à son dernier battement de cœur.
«Ouatani el-moufadda Thaïr/ Intaha ouaqt el-abid /Ana horra fil Djazaïr/ Ouatani el-oum essaïd.» C'est par ces phrases inoubliables que Myriam Makeba a forcé, en 1969, la porte des chaumières du petit peuple de toutes les régions du pays. Vissés devant leur poste de télévision pour ne pas perdre une miette du Panaf, les Algériens découvrent la sublime étoile Sud-Africaine, sa voix, son jeu de scène inégalé. «Le temps des esclaves est révolu et je suis libre dans mon pays, l'Algérie » chante-t-elle en duo avec Mohamed Lamari. Exilée d'Afrique du Sud, déchue de sa nationalité pour avoir participé à un film anti-apartheid, ses chansons interdites et empêchée d'assister aux obsèques de sa mère, Myriam Makeba vient d'avoir la nationalité algérienne. Autre image que les Algériens ne sont pas près d'oublier : Myriam Makeba puis Marion Williams, autre grande voix du Gospel dans un concert qui se clôture en apothéose avec Archie Shepp, des militants des Black Panthers et un groupe de Targuis de Tamanrasset. La scène est reprise par le film du cinéaste américain William Klein , «Festival panafricain d'Alger» qui va dans un crescendo rappeler les révoltes dans les ghettos US et sud-africains et les luttes anti-coloniales du continent. Ainsi la personnalité de la Diva aux multiples nationalités était totalement immergée dans les luttes de son temps et de l'humanité entière, contre toutes les formes d'apartheid, de racisme et d'oppression.Sa mort en plein combat lui ressemble. Hier, Nelson Mandela ancien président sud-africain, qui a passé 28 années de sa vie dans les prisons d'un régime inique a rendu hommage à celle qui a été emprisonnée hors de sa patrie durant 31 ans. «C'était
la première dame Sud-africaine de la chanson et elle mérite le titre de
Mama Africa. Elle était la mère de notre combat et de notre jeune nation» a-t-il souligné. K.T.
«Ouatani el-moufadda Thaïr/ Intaha ouaqt el-abid /Ana horra fil Djazaïr/ Ouatani el-oum essaïd.» C'est par ces phrases inoubliables que Myriam Makeba a forcé, en 1969, la porte des chaumières du petit peuple de toutes les régions du pays. Vissés devant leur poste de télévision pour ne pas perdre une miette du Panaf, les Algériens découvrent la sublime étoile Sud-Africaine, sa voix, son jeu de scène inégalé. «Le temps des esclaves est révolu et je suis libre dans mon pays, l'Algérie » chante-t-elle en duo avec Mohamed Lamari. Exilée d'Afrique du Sud, déchue de sa nationalité pour avoir participé à un film anti-apartheid, ses chansons interdites et empêchée d'assister aux obsèques de sa mère, Myriam Makeba vient d'avoir la nationalité algérienne. Autre image que les Algériens ne sont pas près d'oublier : Myriam Makeba puis Marion Williams, autre grande voix du Gospel dans un concert qui se clôture en apothéose avec Archie Shepp, des militants des Black Panthers et un groupe de Targuis de Tamanrasset. La scène est reprise par le film du cinéaste américain William Klein , «Festival panafricain d'Alger» qui va dans un crescendo rappeler les révoltes dans les ghettos US et sud-africains et les luttes anti-coloniales du continent. Ainsi la personnalité de la Diva aux multiples nationalités était totalement immergée dans les luttes de son temps et de l'humanité entière, contre toutes les formes d'apartheid, de racisme et d'oppression.Sa mort en plein combat lui ressemble. Hier, Nelson Mandela ancien président sud-africain, qui a passé 28 années de sa vie dans les prisons d'un régime inique a rendu hommage à celle qui a été emprisonnée hors de sa patrie durant 31 ans. «C'était
la première dame Sud-africaine de la chanson et elle mérite le titre de
Mama Africa. Elle était la mère de notre combat et de notre jeune nation» a-t-il souligné. K.T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.