L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 07 - 05 - 2021

La période 1936-1945 est déterminante dans l'histoire de la décolonisation de notre pays. C'est une période qui a élargi le fossé entre l'administration coloniale et la société algérienne. De façon obstinée, la France coloniale rejetait toute proposition de réforme susceptible de mettre en cause la suprématie de la communauté européenne sur les Algériens, suprématie consacrée et institutionnalisée par le code de l'indigénat du 28 juin 1881.
Ce rejet catégorique, l'administration française l'avait montré en 1936 en faisant échouer le projet Blum-Violette avec ses propositions pourtant très timides.
LE 8 MAI 1945 : LA RUPTURE
Alors qu'ils subissent de plein fouet la famine, la misère, les épidémies, les Algériens sont mobilisés par dizaines de milliers pour libérer la France de l'occupation nazie. Ils ressentent d'autant plus l'injustice criarde dont ils sont victimes.
C'est dans ce contexte que les manifestations du 8 mai 1945 furent organisées par le PPA (Parti du peuple algérien) et les Amis du Manifeste et de la Liberté (AML) pour rappeler à la France coloniale et les alliés anglo-saxons, encore présents sur le sol algérien, les revendications du peuple. Grâce à la formidable capacité de mobilisation du PPA, des manifestations massives eurent lieu dans toute l'Algérie, sans aboutir à la répression sanglante vécue à Sétif, Guelma et Kherrata. En guise d'indignation, un mouvement insurrectionnel de grande envergure gagna toute l'Algérie dans les jours qui suivent ce jour du 8 mai 1945. Une insurrection écrasée, dans le sang et sans état d'âme, par l'armée et des milices déchaînées constituées de civils européens.
Le bilan de ces massacres est difficile à établir avec précision du côté algérien, les récentes recherches parlent de 40 000 victimes. En définitive, ce bilan désastreux sur tous les plans, marque la rupture définitive entre la France coloniale et la société algérienne. Le 8 mai 1945 créa les conditions objectives d'une poussée spectaculaire du nationalisme et une accélération de la politisation des masses. Dans ce climat d'effervescence révolutionnaire, de jeunes militants du PPA montent au créneau, ils réclament de leur direction jugée trop attentiste, la création d'une Organisation Spéciale pour préparer la lutte armée. Ce sont eux qu'on retrouvera à l'initiative du déclenchement de la guerre de libération le 1er novembre 1954.
AUJOURD'HUI, L'HISTOIRE CONTINUE
Il y'a un lien fondamental entre les diverses luttes menées et les sacrifices consentis pour l'ensemble de notre histoire. Des luttes, au nom desquelles a été projeté l'idéal d'une Algérie libre, démocratique et sociale. Cet idéal a été trahi dès l'indépendance par le clan de Oujda (Boumediene, Ben Bella et Bouteflika) qui a pris le pouvoir par la force en s'appuyant sur la puissante armée des frontières et en en menant la guerre contre les maquisards de l'intérieur et les structures issues de de la révolution. Qu'il est triste de constater que près de 60 après après l'indépendance, on retrouve dans une certaine mesure les grandes lignes de la structure politique du colonialisme : les citoyens algériens continuent d'être exclus de la décision politique, humiliés, délaissés, opprimés et privés de leur liberté et de leur dignité. La violence d'Etat continue de fonctionner comme une incurable pathologie concrétisée par le mépris, le mensonge et l'oppression physique et psychologique.
Dans cette perspective, on peut dire que le Hirak s'inscrit dans la continuité du temps historique. Il poursuit le combat inachevé pour libérer le pays et le peuple Le Hirak est porteur de la même espérance lumineuse pour laquelle se sont sacrifiés les dizaines de milliers de martyrs du 8 mai 1945 et de la guerre de libération. Face à la répression actuelle, et en scrutant l'histoire, on sait qu'un peuple uni ne sera jamais vaincu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.