FC Barcelone: Ce message fort sur l'influence de Lionel Messi au Barça...    Tribunal de Sidi M'hamed à Alger : 24 manifestants jetés en prison    Al Ahli: L'entraîneur de Belaili limogé    BENSALAH SIGNE LES LOIS RELATIVES A LA TENUE DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE : Convocation du corps électoral    SOUTIEN A LA CREATION D'ENTREPRISES AU SUD : Levée de gel pour les projets des jeunes    RENTREE UNIVERSITAIRE 2019-2020 A MOSTAGANEM : L'université renforce ses capacités d'accueil    HECATOMBE ROUTIERE : 11 morts et 20 blessés en 48 heures    KHEIR-EDDINE : Les parents d'élèves demandent une protection policière    Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Les manifestants insistent sur le départ du système    Des personnalités nationales et des organisations dénoncent    L'Opep et ses alliés sur le gril    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Le Real se régale, puis se relâche    "La Tunisie est en train de forger son propre modèle démocratique"    La libération du candidat Nabil Karoui sera «une évidence» s'il sort vainqueur    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Meilleures recettes au gingembre pour traiter l'asthme    Un homme électrocuté    Hommage à Cheb Hasni par les siens    Soirées diwane au dendoune et karkabou    Le lion mécanique de Léonard de Vinci exposé à Paris    Ligue des champions (2e tour, match aller) USM Alger – GOR MAHIA (20H45) : Tout pour assurer au stade Tchaker    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika évoque encore ses projets pour l'avenir
Dans son dernier message aux femmes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 03 - 2019

Abdelaziz Bouteflika a réagi, jeudi dernier, pour la seconde fois, à l'impressionnante déferlante populaire qui conteste sa candidature pour un cinquième mandat. Après son message à la Nation accompagnant le dépôt de son dossier de candidature, le 3 mars dernier, il intervient une nouvelle fois, via un autre message, adressé à l'occasion de la journée internationale de la Femme et à la veille du troisième grand vendredi des marches et manifestations anti-5e mandat.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Cible prioritaire, sinon exclusive de la contestation, Bouteflika adopte une déroutante attitude, présentant cet élan populaire, massif et généralisé non pas comme un désaveu, mais comme un aboutissement de sa propre politique et un appui à ses réformes annoncées.
L'image est franchement surréaliste : chef de l'Etat, détenant tous les leviers du pouvoir et régnant sur le pays sans partage depuis vingt ans, incarnant de fait, tout à la fois, le pouvoir, l'Etat et le système, Bouteflika «s'extrait» de cet inédit face-à-face entre la contestation populaire et le pouvoir pour se proposer comme l'ultime arbitre. «Je m'engage à changer le système», annonçait-il en substance dimanche 3 mars . Jeudi dernier, dans son message aux femmes, il ajoutait : «Nous avons enregistré, il y a quelques jours, la sortie de nombre de nos concitoyens et concitoyennes, à travers les différentes régions du pays, afin d'exprimer pacifiquement leurs opinions, et nous nous félicitons de cette maturité de nos concitoyens, y compris de nos jeunes, et du fait que le pluralisme démocratique pour lequel nous avons tant milité, soit désormais une réalité palpable.» Dans ce qui est désormais clairement établi comme étant la position officielle du pouvoir face aux manifestations, Bouteflika met en garde contre «des parties insidieuses» qui voudraient «susciter la fitna et provoquer le chaos». Exactement comme le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et, surtout, le chef d'état-major, Bouteflika écrira dans son message que «néanmoins, nous nous devons d'appeler à la vigilance et à la prudence quant à une éventuelle infiltration de cette expression pacifique par une quelconque partie insidieuse, de l'intérieur ou de l'extérieur, qui pourrait, qu'Allah nous en préserve, susciter la fitna et provoquer le chaos avec tout ce qu'ils peuvent entraîner comme crises et malheurs».
Plus explicite encore que Gaïd Salah, «l'encore» candidat du pouvoir pour l'élection du 18 avril met en garde, aussi bien contre un cauchemardesque retour «à la décennie noire», qu'à celui d'un cataclysme analogue à celui qui a frappé bien des pays arabes. Imperturbable, en dépit de gigantesque contestation populaire contre sa candidature, le candidat Bouteflika écrira, tout bonnement encore dans son message de jeudi dernier : «Nous avons besoin de préserver la stabilité pour se consacrer, peuple et pouvoir, au parachèvement de l'œuvre de construction et d'édification et pour réaliser davantage de succès et de progrès.» Toujours en tant que candidat, Bouteflika ajoutera encore : «Nous sommes face à de nombreux défis économiques, sociaux et politiques afin de permettre à l'Algérie d'accéder à son légitime niveau de prospérité au profit de son peuple et de marquer sa présence économique sur les marchés internationaux, et partant, asseoir davantage sa place dans le concert des nations.» Bref, et pour bien résumer cette dernière sortie de Bouteflika, l'homme livre un seul message : «J'y suis, j'y reste !»
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.