Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La colère des «auto-entrepreneurs»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 03 - 2019

Y a-t-il une «gauche technologique» tapie dans les arcanes de Google et d'Amazon ? Oui, sans l'ombre d'un doute, si l'on croit Asher-Schapiro, journaliste au quotidien américain progressiste The Nation.(*) Pour nous en convaincre, elle nous fait part de l'action croissante des travailleurs du secteur – que l'on croyait robotisés à jamais – en vue d'obtenir «de meilleures conditions, un meilleur traitement et une meilleure rémunération dans le secteur en plein essor de la technologie». A l'en croire, pour les employés ou sous-traitants d'Uber, d'Apple, de Google et de Square (un système de paiement mobile), «un ouvrier est un ouvrier».
Dans ce qui s'apparente à un néo-syndicalisme, l'enjeu est l'organisation de ce que les entreprises du secteur considèrent non comme des employés ou des travailleurs, mais des «auto-entrepreneurs», corvéables à merci, hors de tout esprit de solidarité, en raison de leur atomisation.
La dispersion, le travail à domicile et d'autres formes d'isolement sont au cœur de la nouvelle équation syndicale.
Le chauffeur Uber se plaint d'une industrie qui, selon lui, semble conçue pour bloquer l'action collective : «Je ne rencontre jamais d'autres conducteurs.»
Pour beaucoup d'autres profils du secteur de l'économie numérique, «atomisés de manière frustrante», leur sort «ressemble à une servitude sous contrat».
«Le défi majeur pour le mouvement ouvrier des technologies en émergence est également aujourd'hui son principal atout : la définition du «travailleur en technologies» est tellement large qu'elle peut perdre plusieurs significations.
«Travailler ‘'dans la technologie'' pourrait signifier faire n'importe quoi : sur internet, avec des ordinateurs ou des smart-phones ou sur tout ce qui se branche sur un mur.»
Que les contours du secteur soient imprécis ne procure pas que des inconvénients, il offre l'opportunité de «beaucoup plus de recrues potentielles pour le mouvement syndical».
«Ceci est particulièrement important aujourd'hui car, quelque part, entre le scandale Cambridge Analytica, le plan secret de Google visant à créer un moteur de recherche censuré pour le gouvernement autoritaire chinois et la récente éviction d'Amazon dans le quartier de Queens à New York, la Silicon Valley a perdu son air d'invincibilité, ouvrant de nouvelles possibilités d'organisation sur le lieu de travail.»
Quelques exemples récents témoignent de cette fin d'impunité : en 2018, des travailleurs somaliens dans un entrepôt Amazon à Minneapolis ont forcé la société à se rendre à la table des négociations ; les employés de Microsoft ont présenté une pétition signée par 300 000 personnes pour protester contre le travail effectué par l'entreprise pour faciliter la détention des migrants ; un débrayage international massif a été enregistré chez Google, accompagné d'une liste de revendications agressives allant de la nomination d'un représentant des travailleurs au conseil d'administration à la refonte des protocoles relatifs au harcèlement sexuel.
2018 est alors considérée comme «l'année où les travailleurs techniques réalisaient qu'ils étaient des travailleurs».
Comme nombre de mouvements contemporains, le syndicat TWC – une organisation créée en 2014 par une amitié entre un ingénieur informaticien et un employé de cafétéria qui se sont engagés à forger une alternative à «l'idéologie californienne», ou encore «l'éthique ancienne de l'industrie de l'individualisme et de l'autonomie» — est dépourvu de structure ou de hiérarchies de leadership du syndicat traditionnel, avec des sections à Seattle, à New York et à Boston.
«Cette philosophie — selon laquelle les codeurs, les pilotes et les concierges peuvent être regroupés dans une action collective — est difficile à concilier avec les stéréotypes des libertaires Googlers qui gambadent devant Burning Man. Il est également difficile de passer à l'action pour les militants les plus engagés, habitués à des initiatives plus contenues.»
Pour Thom Hoffman, un chauffeur de longue date pour Uber et Lyft, un des organisateurs de covoiturage les plus en vue de la région de la Baie, «l'action collective, les syndicats, le renforcement du pouvoir des travailleurs, voilà ce qui empêche que des individus soient exploités».
Meredith Whittaker, experte de l'impact social de l'intelligence artificielle chez Google depuis plus de 10 ans, se trouve également être l'un des critiques les plus féroces et les plus actifs de Google, travaillant sans relâche pour créer une résistance interne au sein de la société.
Les deux activistes se rejoignent. Tandis que Hoffman déclare se battre pour payer le loyer et se payer une assurance maladie, Whittaker parle d'éthique et d'alliances : «L'année dernière, Whittaker a été l'un des nombreux employés de Google à faire pression sur la société pour qu'elle cesse de collaborer pour le programme de renseignement artificiel militaire du Pentagone, connu sous le nom de Project Maven. Ces manifestations sont de plus en plus courantes: en février, des travailleurs de Microsoft ont manifesté publiquement contre un contrat de 480 millions de dollars portant sur la fourniture de casques en réalité accentuée à l'armée américaine.»
Les chercheurs syndicaux soutiennent tous sentir des changements en cours dans le secteur : «Beaucoup sont allés dans ce domaine avec une vision du monde, et cela ne consistait pas à aider le Pentagone à construire des drones.»
«Le mouvement des travailleurs de la technologie est là pour rester», a déclaré Will Luckman, un organisateur du groupe de travail Tech Action des démocrates socialistes d'Amérique.
«La question aujourd'hui est : qu'est-ce qu'on va en faire ?»
A. B.
(*) Avi Asher-Schapiro, Move Fast And Build Solidarity, The Nation, 6 mars 2019
https://www.thenation.com/article/tech-workers-google-facebook-protest-dsa/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.