La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Les campus au rendez-vous    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    Un Palestinien tué dans une nouvelle agression israélienne    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Sensibilisation et dépistage tous azimuts    Vingt-huit personnes condamnées à la prison ferme    Séance surréaliste à l'APN    Emploi au Sud: Un plan d'action dans une dizaine de jours pour définir définitivement les entraves    Rupture et montée en gamme    Algérie - Zambie : déclarations des joueurs en zone mixte    Que reste-t-il du grand clasico ?    Le PAC dans le groupe D    Du huis clos pour le MCO et l'USMAn, des amendes pour l'ASAM    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Un danger qui interpelle    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Vivre avec et contre le passé    Examen des propositions relatives à la régularisation de la situation des diplômés bénéficiaires de contrats de pré-emploi    L'UE valide l'étiquetage «colonies israéliennes»    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Album Live de Hakim Hamadouche : Hommage funky à M'hamed El Anka    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    ACCUSER L'HIVER ET LES SAISONS    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Le pari gagnant de l'Algérie    MC Oran - Sous la menace de la DNCG: Le Mouloudia dans l'œil du cyclone    38ème mardi de mobilisation: Les étudiants réclament «une justice indépendante»    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Botswana : Amrouche retient 25 joueurs pour le Zimbabwe et l'Algérie    Le prononcé du jugement renvoyé au 19 novembre    Ligue 1 (mise à jour/10e journée) MCA-JSK : Les Algérois pour s'emparer du fauteuil de leader    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Place aux entreprises algériennes    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Mucem interroge les relations franco-algériennes d'hier et d'aujourd'hui
َ Travers la manifestation «Algérie rêvée, Algérie vécue :des regards en miroir»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 03 - 2019

Le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem), de Marseille, en France, a accueilli dernièrement la 3e édition de la manifestation «Algérie rêvée, Algérie vécue : des regards en miroir» pour interroger les relations entre la France et l'Algérie.
Les relations entre les deux pays ont été revisitées à travers une vitrine présentant une sélection d'objets et une série de trois tables-rondes pour «explorer la question des représentations, entre Algérie rêvée et Algérie vécue, de l'orientalisme d'hier aux jeunes générations franco-algériennes d'aujourd'hui».
Les initiateurs de cette manifestation se sont appuyés sur le fonds d'objets conservés au Mucem, en invitant des chercheurs, des écrivains et des artistes afin de «croiser leurs regards au sujet de ce patrimoine, d'en explorer les richesses
– comme les lacunes –, et de réunir, autour des histoires qui le composent, toutes les mémoires dont il est aujourd'hui l'héritage».
Ce projet a pu se réaliser également grâce à la riche collection du Musée d'histoire de la France et de l'Algérie (MHFA), dont la création fut initiée au début des années 2000 par la ville de Montpellier, avant d'être abandonnée en 2014. Le Mucem avait, alors, hérité en juillet 2018 de près de 5 000 objets et documents, qui étaient originalement destinés au projet du MHFA. La collection englobe un grand fonds muséal très riche composé de photographies, de cartes postales, d'affiches, peintures, objets, manuscrits et textiles retraçant l'histoire croisée de la France et de l'Algérie.
«De Dunkerque à Tamanrasset, l'orientalisme et ses héritages. Algérie-France, la voix des objets» est une rencontre-débat qui a été organisée jeudi dernier pour mettre en perspective le début de la relation avec la colonisation où les premières images de l'Algérie sont transmises en France. Elle a été suivie d'une présentation des objets exposés dans la vitrine, d'une table ronde et d'une proposition artistique alliant histoire de l'art et musique, avec Cheikh Sidi Bemol en duo avec Abdenour Djemaï.
Le 11 mars 2019, «Alger 2035» a posé la problématique du patrimoine dans le contexte actuel de l'Algérie et le territoire algérien à l'ère des nouveaux plans d'aménagement et d'urbanisme. Les destructions urbaines du temps de la conquête coloniale française en Algérie, revisitées, montrant ainsi la transformation et le réaménagement «à la française» des villes algériennes par le pouvoir colonial.
Avec «D'ailleurs je suis d'ici. Penser l'algérianité aujourd'hui», les organisateurs ont mis en exergue «une Algérie qui, façonnée par la transmission de souvenirs, d'objets, de photographies familiales, devient souvent plurielle, entre le réel et le rêve».
La manifestation «Algérie rêvée, Algérie vécue : des regards en miroir» du 7 au 14 mars 2019.
«La singularité du Mucem est de retracer, d'analyser et d'éclairer, dans un même élan et un même lieu, les antiques fondations de ce bassin de civilisation, et les tensions qui le traversent jusqu'à l'époque contemporaine. D'être un lieu d'échange autour des enjeux méditerranéens», lit-on dans la présentation du Musée marseillais.
«Dans ses expositions comme dans sa programmation culturelle, il propose une vision pluridisciplinaire où se conjuguent anthropologie, histoire, archéologie, histoire de l'art et art contemporain, afin de montrer au public les diverses facettes du monde méditerranéen et de son dialogue permanent avec l'Europe», est-il encore expliqué.
Le Mucem est le premier musée consacré aux cultures de la Méditerranée. Il est né de la métamorphose d'un grand musée de société à savoir le Musée des arts et traditions populaires créé en 1937 à Paris et représente le premier véritable transfert d'un musée national en région. Ouvert à Marseille en juin 2013, le Mucem est entré dès l'année suivante dans le cercle des 50 musées les plus visités du monde.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.