L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Mucem interroge les relations franco-algériennes d'hier et d'aujourd'hui
َ Travers la manifestation «Algérie rêvée, Algérie vécue :des regards en miroir»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 03 - 2019

Le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem), de Marseille, en France, a accueilli dernièrement la 3e édition de la manifestation «Algérie rêvée, Algérie vécue : des regards en miroir» pour interroger les relations entre la France et l'Algérie.
Les relations entre les deux pays ont été revisitées à travers une vitrine présentant une sélection d'objets et une série de trois tables-rondes pour «explorer la question des représentations, entre Algérie rêvée et Algérie vécue, de l'orientalisme d'hier aux jeunes générations franco-algériennes d'aujourd'hui».
Les initiateurs de cette manifestation se sont appuyés sur le fonds d'objets conservés au Mucem, en invitant des chercheurs, des écrivains et des artistes afin de «croiser leurs regards au sujet de ce patrimoine, d'en explorer les richesses
– comme les lacunes –, et de réunir, autour des histoires qui le composent, toutes les mémoires dont il est aujourd'hui l'héritage».
Ce projet a pu se réaliser également grâce à la riche collection du Musée d'histoire de la France et de l'Algérie (MHFA), dont la création fut initiée au début des années 2000 par la ville de Montpellier, avant d'être abandonnée en 2014. Le Mucem avait, alors, hérité en juillet 2018 de près de 5 000 objets et documents, qui étaient originalement destinés au projet du MHFA. La collection englobe un grand fonds muséal très riche composé de photographies, de cartes postales, d'affiches, peintures, objets, manuscrits et textiles retraçant l'histoire croisée de la France et de l'Algérie.
«De Dunkerque à Tamanrasset, l'orientalisme et ses héritages. Algérie-France, la voix des objets» est une rencontre-débat qui a été organisée jeudi dernier pour mettre en perspective le début de la relation avec la colonisation où les premières images de l'Algérie sont transmises en France. Elle a été suivie d'une présentation des objets exposés dans la vitrine, d'une table ronde et d'une proposition artistique alliant histoire de l'art et musique, avec Cheikh Sidi Bemol en duo avec Abdenour Djemaï.
Le 11 mars 2019, «Alger 2035» a posé la problématique du patrimoine dans le contexte actuel de l'Algérie et le territoire algérien à l'ère des nouveaux plans d'aménagement et d'urbanisme. Les destructions urbaines du temps de la conquête coloniale française en Algérie, revisitées, montrant ainsi la transformation et le réaménagement «à la française» des villes algériennes par le pouvoir colonial.
Avec «D'ailleurs je suis d'ici. Penser l'algérianité aujourd'hui», les organisateurs ont mis en exergue «une Algérie qui, façonnée par la transmission de souvenirs, d'objets, de photographies familiales, devient souvent plurielle, entre le réel et le rêve».
La manifestation «Algérie rêvée, Algérie vécue : des regards en miroir» du 7 au 14 mars 2019.
«La singularité du Mucem est de retracer, d'analyser et d'éclairer, dans un même élan et un même lieu, les antiques fondations de ce bassin de civilisation, et les tensions qui le traversent jusqu'à l'époque contemporaine. D'être un lieu d'échange autour des enjeux méditerranéens», lit-on dans la présentation du Musée marseillais.
«Dans ses expositions comme dans sa programmation culturelle, il propose une vision pluridisciplinaire où se conjuguent anthropologie, histoire, archéologie, histoire de l'art et art contemporain, afin de montrer au public les diverses facettes du monde méditerranéen et de son dialogue permanent avec l'Europe», est-il encore expliqué.
Le Mucem est le premier musée consacré aux cultures de la Méditerranée. Il est né de la métamorphose d'un grand musée de société à savoir le Musée des arts et traditions populaires créé en 1937 à Paris et représente le premier véritable transfert d'un musée national en région. Ouvert à Marseille en juin 2013, le Mucem est entré dès l'année suivante dans le cercle des 50 musées les plus visités du monde.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.