Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trop de questions (2)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 08 - 2019

Il est question encore du panel. J'insiste sur cette « chose » de dialogue et de concertation. J'insiste, parce que je ne comprends pas leurs desseins. Dialoguer et réconcilier ? Oui, mais qui ? Comment ? Puis, comment s'est formé ce panel ? Un panel ex nihilo, je n'y crois pas. Il doit bien y avoir une force derrière, non ? Ceci dit, je ne crois pas que ce panel est venu « comme ça », d'une manière désintéressée. L'amour du bled, penses-tu ? C'est mon droit, je n'y crois pas. Depuis 62, il n'y a plus d'amour du pays. C'est à qui amassera la fortune ; puis, basta ! Alors, le bled, tu penses. De plus, j'ai cru comprendre que ce panel œuvre pour une élection présidentielle rapide. Bon, allons-y alors. Pourquoi toutes ces simagrées ? Toute cette comédie démocratique ? Pourquoi tout ce tapage ? La télé, et tout le toutim ? Remplissons les urnes, vite. Qu'on connaisse enfin « notre » Président. Sauf que j'ai cru comprendre que ce Président ne sera élu que pour gérer une transition. Chut, il ne faut pas parler de transition. C'est un mot évacué, manu militari, du vocabulaire du bled. Soyons sérieux, un instant. Un président pour gérer une transition ! Il y a de la cervelle dans ce panel. Oui, pourquoi pas ? Quoique je me dise qu'il faut juste le désigner. Par qui ? Par le Hirak, pardi. Les cerveaux du panel ont fait une autre trouvaille. Pour que le « président de la transition » ne s'incruste pas à El-Mouradia, les candidats éventuels (il faut les trouver ces saisonniers des urnes) doivent signer une charte, une sorte de déclaration sur l'honneur qu'ils ne vont pas mettre de la glu sur le fauteuil présidentiel. De l'éthique, disent-ils, ces cerveaux du panel ! De l'éthique ? Je me marre. De l'éthique, allons donc. Wallah, je suis tenté par le nihilisme. Je ne crois plus en rien. Jusqu'au rêve qu'on m'interdit de faire ! Alors, Karim Younès, cher ami, essayez de me convaincre !
Il est question de redressement au FLN. Redresser le FLN ? Qu'est-ce qu'il y a à redresser au FLN ? Un redressement au FLN me rappelle le coup d'Etat scientifique, les chaînes et les cadenas, les dobermans et le… 19 juin 65. Il s'agissait, nous disaient-ils, de redressement révolutionnaire. Mieux encore, de sursaut révolutionnaire. Le sursaut nous a menés très loin. Jusqu'au… FLN d'aujourd'hui. On s'ennuie tellement dans ce parti que, du jour au lendemain, un groupe de redresseurs se met en place. Et tente de dégommer le patron, celui qui a été adoubé par ceux-là mêmes qui veulent le mettre en retrait. Ça s'ennuie grave au FLN ! Le patron du FLN dit ceci : « Nous connaissons toutes les difficultés des Algériens, et le FLN a toujours été à l'écoute du peuple » (in Le Soir d'Algérie du 18 août). Ça rigole grave également au FLN ! Ce dernier a tellement été à l'écoute de « son » peuple que celui-ci vit, aujourd'hui, un bonheur sans pareil. Au point où certains pays, comme la Suède ou la Finlande, copient l'écoute populaire du FLN ! Au moment où nos robinets rotent la soif et que nos ampoules disjonctent à tout bout de champ, le FLN (lui !) est toujours à l'écoute. Ecoutez, écoutez, il en restera toujours quelque chose ! Au point où le peuple « vendredise » sa colère. Son ras-le-bol. Sa frustration. Et ses espoirs. Soyons sérieux un moment ! Et si tout simplement on convoque, pour une fois, l'Histoire vraie ? Et que l'Histoire décide de mettre le FLN au musée, loin de tous les redressements. Et autres chaînes et cadenas.
Il est question de l'anglais. J'ai cru comprendre que d'autres cerveaux, ceux-ci sont au gouvernement, veulent introduire l'anglais au primaire. C'est génialissime ! De l'anglais au primaire ! L'Algérie a des « analphabètes trilingues », cette combinaison n'est pas de moi. Elle relève du génie populaire. Bien, nous irons plus loin. D'ici quelques années, avec l'anglais en renfort, l'Algérie aura des « analphabètes quadrilingues ». C'est parfait ! Allons-y ! Mettons l'anglais au primaire. Oui, dès la première année ! Il faut oser. Il n'y a pas à hésiter. Dès la première année, allons-y pour la langue des Beatles. Je me rappelle de mon prof d'anglais, en quatrième du lycée, dans une autre vie, juste avant le redressement révolutionnaire : « Hez your finger ya akhi ! » Oui, mon prof d'anglais ! Il est venu directement du Moyen-Orient. Je n'invente rien. Au point où je suis aujourd'hui analphabète dans la langue de Shakespeare. Je n'invente rien, wallah. Heureusement que mon prof de français ne me disait pas : « R'fed ton doigt, ya kho ! » Il n'y avait pas de prof de français du Moyen-Orient, non. Ah, nos futurs anglophones pourront lire, à l'entrée de Oued Rhiou, les plaques de signalisation : « Welcome to Oued Rhiou ». Ou « Thank you for your visit ». L'anglais est déjà chez nous. Dans nos communes. Dans nos villages. Il ne reste qu'à fourguer cette langue à nos enfants. Youpi, l'Algérie est un pays international ; il parle une langue internationale. Ouf !
Il est question de la prison d'El-Harrach. Sincèrement, je ne veux pas parler de prison. Ni celle d'El-Harrach. Ni celle d'ailleurs. Mais je pense aux nouveaux pensionnaires de cette institution, il m'arrive de penser que tout est pourri au pays du million de chahids. Tout est pourri, à ce point ? Je n'accuse personne. Et ne condamne personne. J'accuse et condamne le système que le peuple, depuis le 22 février, ne cesse de lui crier : « Dégage ! » Puis, j'ai essayé de me documenter sur d'autres pays. J'ai beau chercher, je n'ai pas trouvé d'équivalent au nôtre. Je n'ai pas connaissance d'un pays où deux Premiers ministres se retrouvent en prison. Pour des affaires liées à leur gestion. Ni autant de ministres. Ni autant de walis. Si vous, lecteurs, avez en tête un exemple, je vous remercie d'avance de me fournir le nom du pays concerné. Moi, j'ai donné ma langue au chat. J'abandonne. Je passe mon tour. Et le FLN qui nous dit être à l'écoute du peuple !
Pardonnez mon scepticisme que l'ami Madjid trouve excessif. A vrai dire, je n'ai pas d'autre choix intellectuel, pour le moment. Je suis dépassé. Je suis périmé du bulbe. L'âge n'explique pas tout, bien sûr. Si j'avais dix-huit ans (ça devrait vous rappeler quelque chose cette condition), j'aurais tenté la harga. Pour où ? Pour n'importe où, comme disent les algéro-désespérés, comme moi. Mais, l'ami Madjid, je n'ai plus les moyens de la harga. Je n'ai même plus les moyens de maintenir intactes mes facultés d'émerveillement, pour tenter le pays des muses. Je n'ai plus les moyens de mes rêves. Au point où il m'arrive de penser qu'il y a des Algériens à qui il faut interdire la parole publique. Alors, mon jeune ami, n'oublie pas de recharger la batterie de ton mégaphone, vendredi n'est qu'à portée de voix. Et de voie !
Y. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.