Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grève des enseignants du primaire largement suivie
Education
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 11 - 2019

Large mobilisation, hier lundi, des enseignants des écoles primaires au premier jour de leur grève. En l'absence de dialogue avec la tutelle, la Coordination nationale des enseignants du cycle primaire a décidé d'une grève cyclique de trois jours par semaine. Les enseignants, qui poursuivent aujourd'hui leur contestation, menacent également de boycotter les examens du premier semestre.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Le bras de fer entre les enseignants des écoles primaires et le ministère de l'Education nationale se poursuit. Le mouvement de grève, qui a été déclenché depuis sept semaines par des enseignants du primaire, sans aucune couverture syndicale, est en train de prendre de l'ampleur. D'ailleurs, il y a eu une forte mobilisation, hier, au premier jour de grève, autour de ce mouvement.
La Coordination nationale des enseignants du cycle primaire n'a pas donné un taux de suivi national puisque ces derniers ne sont pas encore organisés. Les enseignants grévistes estiment que le taux de suivi diffère d'une wilaya à une autre, et d'un établissement à un autre. Selon leurs estimations, dans certains établissements, le taux de suivi a dépassé les 80% et dans d'autres 50%.
Les protestataires étaient nombreux à se rassembler, hier, devant l'annexe du ministère de l'Education nationale, à Alger. Les représentants des enseignants grévistes ont pensé qu'ils allaient être reçus par le ministre de l'Education. Mais, depuis la semaine dernière, la tutelle, qui a reçu la plateforme des revendications des grévistes, n'a pas encore réagi.
Devant ce silence, les enseignants, qui vont poursuivre leur mouvement aujourd'hui et demain, ont décidé d'une grève cyclique de trois jours par semaine à partir de la semaine prochaine. «Nous avons constaté qu'il n'y a aucune intention d'ouvrir les portes du dialogue de la part du ministre de l'Education, ni nous convoquer pour une réunion. Nous allons donc poursuivre notre grève nationale aujourd'hui et demain, et à partir de la semaine prochaine, ça sera une grève cyclique de trois jours par semaine jusqu'à l'ouverture des portes du dialogue par la tutelle», a déclaré un représentant des enseignants.
Les protestataires, qui sont soumis à des ponctions sur salaire depuis le début de leur mouvement, affirment qu'ils ne reculeront pas, en dépit de toutes les mesures dissuasives de l'administration, notamment les menaces d'exclusion, tant que leur plateforme de revendications n'est pas satisfaite.
«Nos revendications sont légitimes et ne sont pas uniquement d'ordre pécuniaire mais nous luttons aussi pour l'avenir de nos enfants et une école primaire de qualité, car nous sommes démunis des moindres moyens pédagogiques», ont expliqué les protestataires.
D'ailleurs, ils comptent faire pression sur la tutelle en menaçant de boycotter les examens du premier trimestre qui débutent le 22 novembre prochain.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.