Une initiative mort-née ?    Retour à la case départ    La défense des accusés plaide l'acquittement    Le ministère du Commerce pointé du doigt    Le Sahara Blend algérien termine 2020 en hausse de 7,40 dollars    Relance des travaux    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Lamborghini des bourdes !    Le Mouloudia «tombe» l'ESS, la JSK se refait une santé à Tlemcen !    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Issa Hayatou, président d'honneur    Secousse tellurique de 3,5 sur l'échelle de Richter    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    La poste de Mahfouda cambriolée, 300 millions de centimes subtilisés    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    L'Algérie, un pays avant-gardiste en Afrique    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    Réunion extraordinaire du BF pour trancher la question    De quelle nature sera le prochain Exécutif ?    Les hirakistes ne lâchent pas prise    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Sit-in des professeurs du primaire à Sétif    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    Le métro d'Alger fin prêt pour recevoir ses usagers    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    LOURDE CHARGE    Lentement ou sans précipitation ?    O. Médéa: L'Olympique force le respect    USM Bel-Abbès: L'équipe montre le chemin à la direction    Valse des entraîneurs: Bricolage et médiocrité préférés au projet sportif    Grands corps «malades»    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Chlef: Le versement des pensions de retraite étalé sur 10 jours    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Retour au point de départ    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum
Soudan
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2019

Le gouvernement soudanais et des groupes rebelles soudanais ont débuté hier mercredi un nouveau round de pourparlers de paix à Juba, au Soudan du Sud, se disant optimistes de pouvoir arriver à un accord dans les deux prochaines semaines.
Un premier tour de pourparlers avait eu lieu en octobre à Juba, en vue de mettre un terme aux conflits au Darfour (ouest), au Kordofan-Sud (sud) et au Nil Bleu (sud-est), où des rebelles se sont insurgés contre ce qu'ils estimaient être la marginalisation de leurs régions sous le régime du Président soudanais déchu Omar el-Béchir. De nombreux pourparlers sous l'égide de l'Union africaine avaient précédemment échoué, mais la chute d'Omar el-Béchir ainsi que la posture du gouvernement de transition, dirigé par le Premier ministre Abdallah Hamdok, ont donné un nouvel élan aux discussions. «Nous sommes optimistes cette fois quant à l'obtention de résultats positifs», a déclaré le chef rebelle Abdulaziz al-Hilu, qui dirige le Mouvement de libération du peuple du Soudan - Armée/Nord (SPLM-A/N), une coalition de trois groupes armés actifs au Kordofan-Sud. Les rébellions au Kordofan-Sud et au Nil Bleu, frontaliers avec le Soudan du Sud, sont vues comme une continuation de la guerre qui a mené à l'indépendance du Soudan du Sud en 2011. En octobre, les parties s'étaient accordées sur un cessez-le-feu permanent. Lors de ce round de discussions, le gouvernement et les rebelles doivent discuter de questions politiques, sécuritaires ainsi que de l'accès humanitaire à ces trois régions. Ils devraient également discuter du partage des richesses et du pouvoir dans ces zones. «La paix que nous allons conclure (...) va amorcer des transformations politiques et démocratiques pour notre pays», a déclaré Alhadi Idris, chef du Front révolutionnaire du Soudan (SRF), une coalition de neuf groupes rebelles issus des trois régions concernées. Le conflit dans la région du Darfour a lui éclaté en 2003. Des centaines de milliers de personnes ont été tuées lors des conflits dans ces trois régions peuplées par des minorités ethniques. Des représentants des groupes rebelles ont indiqué hier mercredi que les questions d'identité nationale et le manque de clarté quant à la relation entre l'Etat et la religion font également partie des causes profondes des conflits et devraient être évoquées lors des négociations. Mohamed Hamdan Daglo, figure clé du gouvernement de transition du Soudan et qui dirige la délégation soudanaise à Juba, a assuré que son équipe a «un mandat entier» pour conclure un accord. «Ce round de discussions devrait mener à un accord qui mettra un terme aux souffrances du peuple soudanais».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.