Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le projet de Constitution profite aux laïcs»
ABDERREZAK MAKRI S'EXPLIQUE :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 09 - 2020

Le président du Mouvement de la société pour la paix accuse le courant laïque, dont les idées et la doctrine sont pesantes dans la version finale du projet de révision constitutionnelle, de s'adonner à «un jeu double» : appeler au boycott du référendum du 1er novembre prochain portant justement sur ce projet, tout en souhaitant son passage en force.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - C'est ainsi que Abderezzak Makri explique grandement la position arrêtée samedi dernier par le conseil consultatif national du mouvement portant participation au prochain référendum, et le vote par non sur le projet de la nouvelle Constitution.
Dans son long exposé explicatif de cette position, le président du MSP affirme que le document final qui sera soumis le 1er novembre prochain à l'appréciation du peuple est «loin d'être consensuel, en sus du fait que le panel d'experts l'ayant élaboré n'est pas représentatif, et qu'il (le projet ) a été approuvé par les seuls parlementaires de l'allégeance».
Mais pas que ces raisons, puisque Makri évoque le fait que les nombreuses propositions émises par le mouvement, dont la définition de la nature du régime politique ou encore la désignation du chef de gouvernement parmi la majorité parlementaire, n'ont pas été retenues. Ne s'arrêtant pas là, le président du MSP s'appesantira sur «ces dispositions empoisonnées qui menacent l'identité nationale, dont la neutralité de l'école». Il y a aussi l'article 67, qu'il compare à la «loi de l'indigénat» du temps de la colonisation française, et qui évoque la répartition des hauts postes de responsabilité de l'Etat, le qualifiant de «véritable mascarade», «d'aberration», qui entame grandement la crédibilité de ce projet.
Makri cite également l'article 51 qui consacre la liberté de culte, mais qui, selon lui, «interdit à la mosquée d'accomplir ses missions de sensibilisation». Autant de dispositions aux côtés d'autres, comme les articles 40 et 71 qui indiquent, selon lui et on ne peut plus clairement, la vision idéologique laïque des rédacteurs de ce texte. Suffisant pour le président du MSP d'en appeler au peuple à l'effet de «prendre ses responsabilités», pour faire échec à ce projet de nouvelle Constitution qui, selon lui, fait la «part belle au courant laïque qui n'a aucune chance dans la démocratie ou encore dans une quelconque compétition électorale». Un courant qui s'appuie, ajoutera Makri, sur les lobbies financiers et médiatiques pour attenter à l'identité du peuple».Pour le président du MSP, «l'Algérie a une fois de plus raté l'occasion de réaliser un consensus».
«Précédent grave»
Sur un tout autre plan, et à propos de cette session du conseil consultatif national du mouvement, le président du MSP a, en parlant du refus des services de la wilaya d'Alger de leur donner l'avis favorable pour sa tenue dans une salle de la Safex, à l'est d'Alger, évoqué une «décision politique» et d'un «précédent grave» puisque, selon lui, «ces mêmes services auraient dû nous avertir de ce refus bien avant la date de notre conseil consultatif national pour prendre nos dispositions».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.