Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Marché de Tidjelabine : Les prix s'envolent dès le premier jour    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    A l'initiative d'Appel égalité / La place des femmes dans le hirak    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Face au refus du Maroc d'accueillir l'équipe Algérienne : La CAF tranchera pour un report ou une délocalisation de la CAN-U17    Italie : Ounas victime de propos racistes    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Ramadhan : Les médias appelés à étre responsable dans la sélection des programmes    Femmes, un combat universel    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Match reporté à une date ultérieure    La JSK avec un effectif au grand complet    Joan Laporta, le grand retour    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'Algérie épuise ses stocks de vaccins    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Tendances instables    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flâneries, émerveillement et regrets !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 01 - 2021

Il m'arrive parfois de parler de messages et d'échanges, mais jamais à sens unique, puisque nous les lisons. Les remarques censées aiguiser les consciences sont légion. Elles s'adressent à une presse, dite «sans éthique» et qui composerait avec un optimisme béat destiné à endormir les consciences.
Comment se convaincre qu'il n'y aurait absolument rien à faire pour restituer au pays une dignité et un lustre égarés en cours de route ? Et comment ne pas insister sur la nécessité de développer une contradiction qui soit, de fait, utile à la critique négative ? On aura beau, par conséquent, se moquer de congés qui n'en seraient pas, selon ceux qui ne conçoivent une coupure que si elle est consommée à l'extérieur du pays, aller ici et là, sans se poser de questions et surtout sans but précis, procure un bien-être très particulier. Bien sûr, il y aura, toujours, cette forte dose de regrets qui ponctuera vos pas mais l'on ne perd rien, bien au contraire, à regarder d'un œil attendri ces formes qui nous entourent et nous racontent la maltraitance dont elles sont victimes.
Prendre le temps de déambuler, par beau temps et même quand il pleut, à travers les rues d'Alger. Emprunter les ruelles qui mènent inévitablement quelque part et renouer avec l'insupportable abandon dont sont l'objet les vieilles bâtisses qui font le patrimoine et portent en elles une histoire inconfortable qui évolue dans un inlassable travestissement. Comment, dès lors, s'étonner que les repères s'effondrent avec une telle gravité ? Le bien-être est pourtant possible, même s'il s'efface au contact des trous béants dont souffre la Casbah. Des blessures profondes qui disent la maltraitance qu'ont subie les maisons qui étaient là et ne le sont plus.
Ecumer les rues d'Alger à la recherche d'un soupçon de détente. Nous reviennent alors en mémoire les argumentaires quelque peu crédibles que l'on développe, avec arrogance et certitude, pour vendre du vent aux plus naïfs d'entre nous. Les murs lézardés et mal en point d'édifices malmenés par leurs occupants. Parce que, attention, chacun a sa part de responsabilité dans la détérioration du vieux bâti !
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.