Les mises en garde de Tebboune    Une cinquantaine de maires non encore installés    «Le plan de sauvetage de la compagnie doit s'opérer»    Des bombardements font 11 morts à Sanaâ, la capitale du Yémen    Alger, dernière escale de l'envoyé de l'ONU Staffan de Mistura    Pyongyang confirme avoir tiré deux missiles lundi    Dos au mur, tout reste possible pour les Verts    Algérie-Côte d'Ivoire se jouera au Japoma Stadium    Suspension d'un an contre le président Mohamed Zerouati    «Un virus appelé à disparaître vers le mois de mars»    Faut-il changer de stratégie ?    Décès de 4 ouvriers et un blessé dans un état critique à Oran    Une semaine de documentaires récents et inédits    L'axe de coopération se renforce entre Conakry et Bamako    Six soldats tués en une semaine    Conseil de sécurité: débat ouvert sur la situation au Moyen-Orient et en Palestine    Le prix du pétrole tire vers les 100 dollars    APN: plénière jeudi consacrée aux questions orales    Salon international du bâtiment à Annaba: 80 opérateurs exposent leurs produits    Délégation de la CAF à Tizi Ouzou et à Sétif    "L'Algérie peut battre la Côte d'Ivoire"    Foot-Ligue 1 algérienne : journée favorable pour le groupe de tête    Report au 26 janvier du procès des accusés dans l'affaire du groupe "Benamor"    Le procès de l'activiste Nora Haddad renvoyé    Vers la prise en charge des préoccupations des boulangers    Les laboratoires d'analyses médicales sous pression    Les travailleurs des impôts en grève    Le bilan macabre de la contre-révolution au Soudan    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Une critique constructive des limites inhérentes au Hirak    Affaire du groupe Amenhyd: 4 ans de prison ferme pour Sellal et 5 ans à l'encontre de Necib    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    Aïn El Turck: Un réseau de 5 individus démantelé et 580 comprimés psychotropes saisis    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Umtiti blessé au pied et opéré    2.668 logements attribués    Une hausse inquiétante    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Les défenseurs des migrants vent debout contre l'enfermement    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Pourquoi relire «La peste»?    Projection de «Ne nous racontez plus d'histoire !»    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Contre l'embargo américain, Huawei a un plan !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 11 - 2021

L'embargo américain pèse lourd sur Huawei, le constructeur chinois n'a plus droit, depuis un certain temps, à Android, aux semi-conducteurs et autres. C'est pour cette raison que Huawei prévoierait de céder la fabrication des smartphones à d'autres partenaires chinois, à travers un système de licence. Cette solution semble être légitime, reste à savoir si elle est applicable, et quelle serait la réaction de Washington.
Pour rappel, l'embargo américain date du 15 mai 2019, à l'ère de Trump qui avait signé un décret qui «interdit aux entreprises américaines de s'équiper auprès de fournisseurs étrangers jugés à risque, comme Huawei». À partir de cette décision, le constructeur chinois s'est vu privé d'un grand nombre de ses partenariats stratégiques, comme Google et des fournisseurs de composants, dont TSMC. Les conséquences des sanctions américaines ont eu des répercussions immédiates sur les résultats de 2019 estimés à plus de 10 milliards de dollars, selon le cabinet Counterpoint.
L'arrivée de Biden au pouvoir n'a pas arrangé les choses pour Huawei. Au cours de ce mois, le Président américain a signé «le Secure Equipment Act, une nouvelle loi visant à extirper encore un peu plus du réseau américain les équipements télécoms pouvant représenter une menace pour la sécurité intérieure». Cette loi fut votée à l'unanimité par le Sénat fin octobre. Ce texte va empêcher notamment la FCC (Federal Communications Commission) de donner de nouvelles licences à des sociétés comme Huawei et ZTE, toutes deux black-listées aux Etats-Unis pour des soupçons de relations proches avec Pékin et le Parti communiste chinois.
Sans ces licences délivrées par la FCC, les équipements 5G des deux marques citées ne pourront pas être commercialisés sur le marché américain.
Huawei se débrouille
Pour minimiser les conséquences des sanctions américaines, Huawei a dû commencer par se détacher de Honor, en novembre 2020, pour que l'entreprise indépendante puisse profiter des services Google et tout ce qui va avec.
La question qui se pose, désormais, est de savoir si Honor fait partie de la stratégie du système de licence, conçue par Huawei pour que la jeune entreprise puisse reprendre des designs faits par son ex-maison-mère, tout en n'étant pas black-listée aux Etats-Unis. Même s'il n'est pas impossible que Honor subisse une éventuelle sanction américaine. Le but de Huawei, à travers le système de licence, est que des tiers puissent obtenir les composants indispensables auprès des fournisseurs avec lesquels Huawei n'est plus en mesure de collaborer. Selon Bloomberg, la firme envisagerait de s'appuyer sur les lignes de production de l'entreprise China Postal and Telecommunications Applicances Co (PTAC) — il s'agit d'une entité détenue par l'Etat chinois.
Ainsi, Huawei prévoirait d'accroître d'une manière significative la production de smartphones. Pour éventuellement dépasser les 30 millions de livraisons en 2022, en vendant les appareils produits en interne et aussi ceux qui sont fabriqués par ce genre de partenariats.
A. F.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.