APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Projets d'infrastructures sportives en souffrance à Alger    CAN 2019, Groupe C Algérie 2 - Kenya 0 : Débuts réussis pour la sélection algérienne    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Création d'une commission spécialisée en vue des JM-2021    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Côte d'Ivoire : Scandale des 18.000 tonnes de riz avarié importé de Birmanie    Secteur de l'hydraulique à Mostaganem : Une enveloppe de 5,5 milliards DA pour financer cinq projets    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs, les priorités    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    La nécessaire diversification énergétique    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    Le Sénat examine le dossier Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    Les Algériens suffoquent !    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    ALGERIE TELECOM : L'ex-PDG devant le procureur jeudi prochain    ACCUSES D'ENGENDRER DE GRAVES DOMMAGES POUR LE PARTI : Ould Abbes et Bouchareb indésirables au FLN    REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Premiers incidents post-congrès    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ghaza, échec d'une stratégie fondée sur la force
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 08 - 2014


Par Hassane Zerrouky
Je ne sais pas si la trêve conclue lundi entre Israël et la résistance palestinienne va tenir. En revanche, ce qui est sûr, c'est que le retrait israélien de Ghaza laissant une ville en ruines, a remis plus que jamais à l'ordre du jour la question palestinienne, avec un Hamas sorti renforcé.
Certes, cette trêve conclue au Caire grâce à la médiation de l'Egypte qui, par la même occasion, revient dans le jeu diplomatique, reste fragile.
Mais n'eûssent été les mobilisations de plus en plus fortes des opinions publiques en Europe et dans le monde, y compris aux Etats-Unis, avec cette manifestation inédite de plusieurs milliers de personnes, samedi, devant la Maison Blanche, et la résistance opposée par les Palestiniens à l'armée israélienne au prix de 1850 morts, de milliers de blessés majoritairement civils, et le déplacement forcé de 520 000 personnes, cet arrêt des combats n'aurait sans doute pas été possible.
Car ces opinions publiques, choquées par les tueries commises en toute impunité quand elles n'étaient pas implicitement approuvées par leurs gouvernements respectifs, ont fini par contraindre les exécutifs de leurs propres pays (Etats-Unis et leurs alliés européens) à user d'un ton moins conciliant à l'égard d'Israël. Les fermes condamnations, inhabituelles au demeurant, de Washington, Paris, Londres et, bien sûr, du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, suite au bombardement délibéré d'une école à Ghaza le 3 août – le troisième en dix jours (Beit Hanoun le 24 juillet et Jabaliya le 31 juillet) – tranchaient avec leurs habituelles recommandations à leur allié israélien à faire montre de «retenue», quand ils n'insinuaient pas que la résistance palestinienne se servait des civils comme «bouclier humain !», «Tuer des enfants», «massacres de civils» ont soudain fait irruption dans le vocabulaire diplomatique occidental.
Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, jusque-là très prudent à l'égard de Tel-Aviv, a même préconisé que la communauté internationale «impose» la solution politique de deux Etats, israélien et palestinien.
Autre allié d'Israël, la Grande-Bretagne. Sous la pression de l'opposition et de l'opinion publique, le gouvernement de David Cameron a décidé de réexaminer les licences d'exportation conclues avec Israël sur les armes et les équipements militaires «au regard de la situation actuelle». Et signe du malaise provoqué par la guerre israélienne contre Ghaza au sein de l'exécutif britannique, l'annonce, hier, de la démission de Mme Sayeda Warsi, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères de son poste, arguant de ne plus pouvoir «soutenir la politique du gouvernement sur Ghaza» qu'elle a qualifiée de «moralement indéfendable».
Enfin, il n'est sans doute pas inutile de rappeler le poids prépondérant des pays d'Amérique latine et leur fermeté à l'égard d'Israël. Le 29 juillet, le sommet du Mercosur (Argentine, Brésil, Venezuela, Paraguay, Uruguay) a appelé l'ONU à prendre des mesures rapides et concrètes afin d'obliger Israël à mettre fin à la guerre meurtrière.
Il faut rappeler qu'en décembre 2010, le Brésil, l'Argentine, la Bolivie, le Guyana puis l'Equateur avaient reconnu l'Etat palestinien «à l'intérieur des frontières de 1967». A quoi s'ajoute le fait que les Palestiniens ont remporté la bataille de l'image et des réseaux sociaux. Deux jours avant l'annonce de cette trêve, il n'était pas du tout question de retrait. Samedi, Benyamin Netanyahu ne déclarait-il pas que les opérations militaires se poursuivraient «aussi longtemps que nécessaires» avec «toute la force requise» ? Et le lendemain dimanche, n'a-t-on pas entendu un porte-parole de l'armée israélienne dire qu'elle resterait «dans la bande de Ghaza car il y a beaucoup d'autres missions à terminer» ! Or, c'est le contraire qui s'est produit. Les forces israéliennes se sont retirées.
Pour ne pas perdre la face, Israël explique avoir achevé sa mission de destruction des tunnels et tué «900 terroristes» ! En vérité, l'acceptation de cette trêve et du retrait israélien signent encore une fois l'échec d'une stratégie fondée sur l'emploi de la force.
Le Hamas, loin d'être affaibli, revient en force. Et le plus dur reste encore à venir : Israël exige une démilitarisation de Ghaza, comprendre, un désarmement de la résistance palestinienne sans s'engager à lever le blocus imposé aux Palestiniens et, encore moins, à leur reconnaître le droit à vivre dans un Etat viable dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-est comme capitale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.