Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



COMMERCE INFORMEL � JIJEL
L�UGCAA d�nonce le mutisme et le laisser-aller
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 07 - 2008

Il r�gne une grande pagaille � travers rues et ruelles de la ville de Jijel. Des produits de toutes sortes y sont d�pos�s p�le-m�le.
Ces souks �parpill�s � l�emporte- pi�ce ternissent le vrai visage de la ville mais aussi et surtout portent atteinte aux loyaux commer�ants qui payent leurs imp�ts. Il faut reconna�tre que rien n�a �t� fait pour organiser ces vendeurs � la sauvette. �Nous avons demand� � l�APC de mettre � notre disposition des locaux commerciaux et sommes pr�ts � nous acquitter de nos droits mais rien n�a �t� fait dans ce sens. Nous sommes des p�res de famille et nous avons nous aussi le droit de vivre�, diront un groupe d�exposants. L�Union g�n�rale des commer�ants et artisans alg�riens (UGCAA) d�nonce cette situation d�abandon. �Nous avons saisi � maintes reprises les autorit�s locales. Nous leur avons fait savoir qu�il �tait imp�ratif de r�unir toutes les parties concern�es. Avant cela, nous avons fait des propositions qui se r�sument en l�installation de march�s de proximit�. Ceci permettra � ces commer�ants de s�organiser, d�exercer dans la l�galit� et de lib�rer les trottoirs et placettes publiques. Nous avons inform� le minist�re de tutelle. Ce dernier � travers sa r�ponse, n�y voit aucun inconv�nient � la concr�tisation de telles propositions. Nous ne comprenons pas ce mutisme de la part des pouvoirs publics�, pr�cisera M. Azzizi, secr�taire g�n�ral de l�UGCAA. Selon notre interlocuteur, un autre probl�me et pas des moindres a surgi depuis le d�but de l�ann�e. Il s�agit de la vente au march� noir des mat�riaux de construction. Depuis la disparition de l�Edimco en 2007, la cimenterie de Hamma Bouziane de Constantine, ne sert plus les particuliers et entretient la sp�culation. �Un citoyen de Jijel qui veut am�nager sa propri�t� ou proc�der � une construction quelconque doit payer 500 DA pour un sac de ciment sans compter les autres mat�riaux� ajoutera notre interlocuteur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.