Le groupe parlementaire du FLN met la pression    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Terres agricoles : Retrait de 50 000 hectares à Ali Haddad    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Ce que votre façon de marcher dit de vous    Real : Zidane saute sur l'occasion pour Mbappé    Tribunal militaire de Blida : Saïd Bouteflika, les généraux Mediène et Tartag et Louisa Hanoune restent en prison    L'OPEP pourrait prolonger son accord en juin prochain : Le pétrole atteint près de 73 dollars le baril    Un sandwich au pain de la galette    Vers l'impasse    Pour récupérer plus de 3 milliards de DA de créances: La SEOR accorde un échéancier aux «mauvais payeurs»    Conservation des forêts: 50 chasseurs en stage pour l'obtention du permis de chasse    L'HUMILITE SOURCE DE CREDIBILITE    Les pénalités de retard    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La vision de Xi sur les civilisations inspire de l'espoir pour l'avenir de l'humanité    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Chine La banque centrale met en garde contre les incertitudes économiques mondiales générées par les frictions commerciales    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ibbou battue en finale par Molinaro    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Qui aura le dernier mot de la saison 2018-2019 ?    Ghoulam et Ounas retenus dans la liste élargie    Les joueurs en grève avant le match de la «survie» face au MCA    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Le mouvement populaire se mêle de tout    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Répression de la marche du vendredi.. Plusieurs blessés signalés
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 04 - 2019

Le caractère pacifique du mouvement populaire qui dure depuis le 22 février dernier, a dévié de sa trajectoire habituelle, et à fait place à des scènes d'accrochage très violentes entre les policiers et les manifestants. La répression des forces de l'ordre, notamment des policiers anti-émeute, a battu son plein et a provoqué la révolte des Algériens. Depuis mardi dernier, le «pas de pitié» des policiers a causé plusieurs blessés parmi les protestataires pacifiques. A cause du jet anarchique des grenades à gaz lacrymogène et l'utilisation des canons à eau, plusieurs accidents ont été signalés dans les grandes artères de l'Algérois. A travers des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, les protestataires ont dénoncé le regain de violence, dont ont fait preuve les agents de forces anti-émeute envers eux.
Coups et blessures, attaques à la matraque, grenades à gaz lacrymogène, canon à eau et balles en caoutchouc… Tous les moyens étaient bons pour disperser la foule qui, depuis les premières heures de la journée du vendredi, ne faisait que s'accroître, pour exiger le départ du pouvoir et ses plus anciennes figures. Les témoignages sur les violences policières sont nombreux et beaucoup de commentaires négatifs sur le recours aux GOSP (unités d'élite de la police), en fin de manifestations, ont été contestés. Face à cette succession rapide des faits et le changement radical du comportement des agents de police, les manifestants maintiennent le cap des marches pacifiques jusqu'à l'aboutissement de leurs revendications. Dans ce remue-ménage, la DGSN fait part de 108 personnes arrêtées et de 83 policiers blessés. Elle a relevé dans un communiqué, que ces policiers ont été victimes d'agression au jet de pierres et aux objets contendants par des voyous. Suite à ces dérapages, poursuit-t-elle, «les services de police ont interpelé 108 personnes parmi les casseurs».
Il y a certes, des «casseurs» et des voleurs parmi les protestataires, mais rien ne justifie pour beaucoup, l'usage excessif du gaz lacrymogène. Cette tournure tragique des évènements a été qualifiée par plusieurs parties d'une «répression injustifiée». De son côté, le Syndicat national des médecins résidents (SNMR) n'a pas hésité à charger la DGSN. Il a affirmé avoir été «témoin», par le biais des équipes de médecins bénévoles présents sur les lieux des manifestations et des points d'urgences, des agissements violents et illégitimes des forces de l'ordre, en dépit du caractère pacifique de la marche. Déplorant cette répression injustifiée, le syndicat a dénoncé une utilisation excessive et sans réserve des canons à eau, du gaz lacrymogène contre des manifestants pacifiques, au niveau de la place Maurice Audin.
Face à cette situation, le SNMR a salué le civisme exemplaire et la mobilisation pacifique hors du commun des Algériennes et des Algériens, dans ce tournant décisif que vit notre pays. Par ailleurs, la mobilisation des forces spéciales de polices au niveau de la capitale ce vendredi, était sans précédent. Plusieurs centaines de policiers avaient déjà barricadé toutes les entrées d'Alger-Centre, dès les premières heures de la matinée. Tout au long de cette journée, la répression des policiers envers le peuple ne faisait que s'accroître.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.