Cérémonie d'installation du nouveau wali    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    Changer d'entraîneur, est-ce la bonne option ?    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    L'OMS tire la sonnette d'alarme    Le parc d'attraction rouvre ses portes    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    La 10e édition prévue pour la mi-février    Tebboune préside une séance de travail    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    Le Consulat de France annonce de nouvelles mesures    «Accélérer la réalisation des projets de partenariat et les élargir à d'autres domaines»    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Le Tunisien Zelfani pour sauver les meubles    Décès de l'international IsmailMahieddine    Appel à lancer des cadres juridiques plus adéquats pour lutter contre ce phénomène    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens    Le président du Conseil scientifique de l'Agence de greffe d''organes    Le CNES revient à la charge    Ouverture de la 14e èdition    Décès du pilote et de son assistant    Poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Arrestation de cinq individus en possession de 100 millions de centimes en faux billets    Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    BONBONS ET CARAMELS    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    L'après Berlin et la crise libyenne    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Répression de la marche du vendredi.. Plusieurs blessés signalés
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 04 - 2019

Le caractère pacifique du mouvement populaire qui dure depuis le 22 février dernier, a dévié de sa trajectoire habituelle, et à fait place à des scènes d'accrochage très violentes entre les policiers et les manifestants. La répression des forces de l'ordre, notamment des policiers anti-émeute, a battu son plein et a provoqué la révolte des Algériens. Depuis mardi dernier, le «pas de pitié» des policiers a causé plusieurs blessés parmi les protestataires pacifiques. A cause du jet anarchique des grenades à gaz lacrymogène et l'utilisation des canons à eau, plusieurs accidents ont été signalés dans les grandes artères de l'Algérois. A travers des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, les protestataires ont dénoncé le regain de violence, dont ont fait preuve les agents de forces anti-émeute envers eux.
Coups et blessures, attaques à la matraque, grenades à gaz lacrymogène, canon à eau et balles en caoutchouc… Tous les moyens étaient bons pour disperser la foule qui, depuis les premières heures de la journée du vendredi, ne faisait que s'accroître, pour exiger le départ du pouvoir et ses plus anciennes figures. Les témoignages sur les violences policières sont nombreux et beaucoup de commentaires négatifs sur le recours aux GOSP (unités d'élite de la police), en fin de manifestations, ont été contestés. Face à cette succession rapide des faits et le changement radical du comportement des agents de police, les manifestants maintiennent le cap des marches pacifiques jusqu'à l'aboutissement de leurs revendications. Dans ce remue-ménage, la DGSN fait part de 108 personnes arrêtées et de 83 policiers blessés. Elle a relevé dans un communiqué, que ces policiers ont été victimes d'agression au jet de pierres et aux objets contendants par des voyous. Suite à ces dérapages, poursuit-t-elle, «les services de police ont interpelé 108 personnes parmi les casseurs».
Il y a certes, des «casseurs» et des voleurs parmi les protestataires, mais rien ne justifie pour beaucoup, l'usage excessif du gaz lacrymogène. Cette tournure tragique des évènements a été qualifiée par plusieurs parties d'une «répression injustifiée». De son côté, le Syndicat national des médecins résidents (SNMR) n'a pas hésité à charger la DGSN. Il a affirmé avoir été «témoin», par le biais des équipes de médecins bénévoles présents sur les lieux des manifestations et des points d'urgences, des agissements violents et illégitimes des forces de l'ordre, en dépit du caractère pacifique de la marche. Déplorant cette répression injustifiée, le syndicat a dénoncé une utilisation excessive et sans réserve des canons à eau, du gaz lacrymogène contre des manifestants pacifiques, au niveau de la place Maurice Audin.
Face à cette situation, le SNMR a salué le civisme exemplaire et la mobilisation pacifique hors du commun des Algériennes et des Algériens, dans ce tournant décisif que vit notre pays. Par ailleurs, la mobilisation des forces spéciales de polices au niveau de la capitale ce vendredi, était sans précédent. Plusieurs centaines de policiers avaient déjà barricadé toutes les entrées d'Alger-Centre, dès les premières heures de la matinée. Tout au long de cette journée, la répression des policiers envers le peuple ne faisait que s'accroître.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.