Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En réponse à la Corée du Nord: Séoul et Washington simulent une attaque
Publié dans Le Temps d'Algérie le 06 - 07 - 2017

Démonstration de force. La Corée du Sud et les Etats-Unis ont tiré, hier matin, plusieurs missiles au large de la péninsule coréenne, au lendemain d'un nouveau tir de missile de la Corée du Nord présenté comme une fusée de longue portée par le régime.

Le numéro un nord-coréen Kim Jong-Un a affirmé que le tir d'un ICBM la veille, jour de la fête nationale américaine, était un «cadeau» aux «salauds d'Américains». La maîtrise d'un missile intercontinental est un succès majeur pour le régime de Pyongyang, dont l'objectif avoué est d'être en mesure de menacer le sol continental américain du feu nucléaire. Cette percée nord-coréenne, qui constitue un défi géopolitique pour la Maison Blanche, impliquera une réévaluation de la menace posée par l'un des régimes les plus isolés au monde. Pyongyang, qui a déjà mené cinq essais nucléaires et dispose d'un petit stock de bombes atomiques, soutient que son nouveau missile peut porter «une grosse tête nucléaire». Moins de 24 heures après cet essai qui a été largement condamné par la communauté internationale, les forces sud-coréennes et américaines ont tiré de la péninsule plusieurs missiles de courte portée qui se sont abattus en mer du Japon. L'agence sud-coréenne Yonhap a parlé d'un «fort message d'avertissement», quand l'état-major interarmes sud-coréen expliquait que cet exercice avait «montré la capacité d'une frappe de précision contre le quartier général de l'ennemi en cas d'urgence». Le président sud-coréen Moon Jae-In, par ailleurs favorable à une reprise du dialogue avec le Nord, a déclaré que «la sérieuse provocation de la Corée du Nord nécessitait que nous réagissions avec davantage qu'un communiqué», selon Yonhap. La Corée du Sud et les Etats-Unis sont tenus par une étroite alliance militaire. Environ 28.000 militaires américains sont déployés sur la péninsule. Ces tirs devraient provoquer la fureur du régime de Pyongyang, qui se dit justement acculé au développement de programmes balistique et militaire par la menace que pose pour sa survie la présence massive de troupes américaines au Sud. Plusieurs résolutions assorties de sanctions ont été votées par le Conseil de sécurité pour tenter de pousser Pyongyang à renoncer à ces programmes interdits. L'exécutif de l'ONU devait se réunir en urgence hier pour évoquer le dossier nord-coréen, le secrétaire général Antonio Guterres ayant qualifié mardi soir le tir nord-coréen de «violation éhontée des résolutions» et d' «escalade dangereuse». Ce lancement a aussi entraîné une vive réaction de Donald Trump qui a demandé à Pékin, principal soutien international de Pyongyang, de «mettre fin à cette absurdité une bonne fois pour toutes».
Hawaï n'est pas loin…
Alors que le président chinois Xi Jinping se trouvait à Moscou pour rencontrer Vladimir Poutine, la Russie et la Chine ont appelé à un double «moratoire»: Pyongyang arrêterait ses tests nucléaires et balistiques et Wa-shington renoncerait à organiser des manoeuvres militaires à grande échelle aux côtés de son allié sud-coréen. Après avoir personnellement supervisé le tir de mardi, Kim Jong-Un a déclaré selon l'agence nord-coréenne KCNA que «les salauds d'Américains ne seraient pas très heureux de ce cadeau envoyé pour l'anniversaire du 4 juillet».
Hilare, selon KCNA, il a ajouté que «nous devrions leur envoyer des cadeaux de temps en temps pour les aider à tromper leur ennui». Le leader nord-coréen a inspecté le Hwasong-14, et dit sa satisfaction, affirmant qu'«il était beau comme un joli garçon et bien fait». Des questions demeurent sur les caractéristiques de ce projectile, sur la capacité de Pyongyang à miniaturiser une tête nucléaire pour la monter sur un missile et sur sa maîtrise de la technologie de rentrée dans l'atmosphère. L'agence KCNA a assuré que le lancement de mardi avait répondu à «tous les critères technologiques, y compris la résistance à la chaleur et la stabilité structurelle de l'ogive» nécessaire pour qu'elle rentre sans dommages dans l'atmosphère. L'ogive était en fibre de carbone, selon KCNA. «Dans des conditions difficiles, impliquant une chaleur de milliers de degrés, de la pression et des secousses, la température à l'intérieur de l'ogive était stable, entre 25 et 45 degrés Celsius», a précisé l'agence. L'engin a eu une trajectoire «parfaite» et «a atteint sa cible avec précision». Le missile n'a parcouru qu'une distance inférieure à 1.000 km. Mais l'altitude qu'il a atteinte -plus de 2.800 km selon Pyongyang - prouve qu'il peut voyager bien plus loin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.