Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'aïd, un vrai sacrifice
Fermeture des commerces, coût très élevé du mouton et des légumes
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 10 - 2012

Les fêtes de l'Aïd en Algérie ne sont pas synonymes uniquement de repos, de joie et de rencontres familiales. Ces journées peuvent virer au cauchemar pour nombre d'Algériens, qui souffrent souvent de la fermeture prolongée des commerces.
Chaque année, le même scénario se répète. Toutes les villes sont dépeuplées mais également hémiplégiques. L'approvisionnement en ces périodes peut s'avérer une tâche pénible. Rien n'est disponible sur place, tous les commerces sont fermés. Pénurie de lait, de pain, fruits et légumes….
Pour cette année, certains boulangers habitant la capitale ont décidé, suite à l'appel du ministère du Commerce et de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), de travailler de manière régulière, mais uniquement en début de matinée, soit avant 9 heures. «Je travaille comme d'habitude. Je ne ferme jamais les deux jours des fêtes religieuses. Sauf que je ferme, avant la prière de l'Aïd.
Il faut venir tôt», s'exprime Hadj Tahar, boulanger de la commune d'El Biar, qui rajoute que les grandes portes vitrées de son local resteront fermées, «nous ouvrirons uniquement la petite porte à gauche, puisque nous ne ferons pas de pâtisseries et de gâteaux».
Aami Salem de la rue Belouizdad (ex-Belcourt) promet également de faire la même quantité de pain produite habituellement le jour de l'Aïd, mais il sera obligé de fermer tôt : «Nous aussi, nous devons fêter l'Aïd avec nos enfants, égorger le mouton. Vous voulez acheter du pain, soyez matinaux et vous serez servis, pas de problème.» Nadir, boulanger à Hussein Dey, sera obligé, par contre, de baisser les rideaux.
Ses ouvriers sont de Jijel et ils ont, d'ores et déjà, demandé quelques jours complémentaires afin de profiter de leurs familles en cette occasion très appréciée. Idem pour un des boulangers d'El Mouradia, qui se retrouve toujours pris au piège pour le même motif.
«Je ne ferme pas complètement comme vous le voyez, puisque je produis également des gâteux traditionnels et de la pâtisserie. Je serai donc ouvert jusqu'à jeudi, la veille de la fête. Pour le pain, je n'aurai pas d'autres solutions que d'attendre le retour des ouvriers», déclare tristement le propriétaire, qui regrette le manque flagrant des professionnels au niveau de la capitale.
«Chaque année, c'est le même problème qui revient, mais les Algérois peuvent s'approvisionner facilement. Des confrères assurent des permanence», a-t-il affirmé. Interrogé sur la vente de pain au marché noir, il déclare : «Le plus important est la disponibilité du pain. Les commerçants informels profitent de ces occasions rares et rachètent aux boulangers leurs productions et la revendent à longueur de journée, alors que les boulangers préfèrent baisser rideau dans la matinée».
Marchands des fruits et légumes et bouchers fermés durant une semaine
Les vendeurs des fruits et légumes ne font pas de concessions. Leurs commerces seront fermés durant une semaine. «Ce n'est pas de notre faute», se justifie Sofiane, commerçant à Belouizdad. «Même nous, nous serons privés de marchandises, puisque les marchés de gros seront fermés.»
Contacté par le Temps d'Algérie, le directeur général du marché de gros des Eucalyptus à Alger, Mounir Ayad, a démenti cette information. Il précise que les marchés de gros seront fermés uniquement les deux jours de l'Aïd, soit le vendredi et le samedi. Les mandataires et les agriculteurs ainsi que tout le staff reprendront le travail à partir de dimanche. Les prix de certains légumes ont, cependant, enregistré une hausse considérable. Les prix des navets, très demandés par les ménages, flambent : ils sont proposés à 300 DA le kilogramme. Les tomates, elles, sont cédés à 130 DA le kilo, alors que la pomme de terre stagne à 70 DA le kilo.
Les bouchers, à l'approche des fêtes, travaillent uniquement sur commande. Pour le dernier jour avant la fête, tous les clients doivent se présenter dans la matinée, afin de récupérer leurs commandes, suite à quoi un congé d'une semaine sera observé.
Il y a lieu de signaler, qu'hormis une circulaire ministérielle «exigeant» des commerçants, notamment les boulangers, d'assurer une permanence, aucune loi n'est promulguée pour imposer aux commerçants un programme de permanence.
L'UGCAA a promis de résoudre ce problème, cette année, en établissant avec les bureaux et les sections locales, des listes des commerçants concernés par les permanences dans les quartiers populaires et les grandes agglomérations, notamment les boulangers, les marchands de fruits et légumes et de produits alimentaires, pour assurer un approvisionnement permanent en produits de première nécessité. Cet appel risque, toutefois, de rester sans écho.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.