Le président Tebboune et son homologue turc coprésident les travaux de la première session du Conseil de coopération conjoint de haut niveau    Gestion budgétaire: Le système intégré permettra de gérer efficacement les deniers publics    Coopération parlementaire algéro-russe: Viktor Bondarev en visite, mardi, en Algérie    Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec le Président Erdogan    JM-Oran 2022 : "Merci à l'Algérie de nous donner l'opportunité de se retrouver"    Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Fluctuations des données    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    Coups de théâtre à la cour d'Alger    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    De nouvelles lignes de transport    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mercedes devance Renault en Algérie
Publié dans L'Expression le 16 - 07 - 2012


Les Français ont pour habitude de se référer au modèle allemand. Pour tout. Pour le système de retraite, pour la création d'emplois, pour l'équilibre budgétaire, pour l'automobile, etc. Pour tout, absolument tout! Ils n'ont pas tort. Les Allemands viennent, encore, de les prendre de vitesse dans l'industrie automobile en Algérie. Trois sociétés à capitaux mixtes ont vu le jour, hier, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. Une pour la production, à Rouiba, de camions, cars et bus, la seconde produira, à Tiaret, des véhicules utilitaires et enfin la troisième, à Oued Hamimine (Constantine), pour la production de moteurs des gros engins. Dans ces trois sociétés, la partie algérienne est représentée par plusieurs entités économiques du secteur public dont la Snvi, le fonds d'investissement Aabar représente les Emirats et Mercedes-Benz la partie allemande. Les véhicules (camions et utilitaires) seront produits dès 2013 et en 2014 suivra l'usine des moteurs pour les gros engins. Pendant que le groupe français Renault «joue les prolongations» dans son projet en Algérie, même lorsque l'industrie automobile tombe en ruine dans son pays, la célèbre marque allemande Mercedes le devance et s'installe en force en Algérie. Il sera dit que les Allemands auront toujours une longueur d'avance sur les Français. Comme une fatalité. Voilà un sujet qui alimentera, sûrement, le petit déjeuner que partageront, ce matin, les chefs d'entreprises françaises en Algérie avec leur ministre des Affaires étrangères en visite dans notre pays. Dès 2013, 10.000 véhicules particuliers Mercedes sortiront de l'usine de Tiaret. Une quantité qui «rognera» sur celle qu'écoulent les autres marques sur notre marché. La montée en cadence de la production fera le reste. A terme, l'automobile allemande se fera une place plus que confortable dans le parc algérien. Il va sans dire qu'un réseau de services après-vente est déjà prévu par les Allemands. Il suivra la progression de la production. Les équipementiers ou sous-traitants algériens auront, avec le temps, appris à travailler sur le modèle allemand. Une référence pour le développement durable. Globalement, les trois sociétés mixtes ne vont pas faire dans le bricolage. Entre les camions, cars, bus, véhicules tout-terrain, utilitaires et les moteurs, l'éventail de production touche une importante partie de l'ensemble du secteur des transports en Algérie. A la clé, ce sont des milliers d'emplois, des centaines de PME-PMI, une grande stimulation de l'économie locale autour des sites d'implantation, une formation et un transfert de technologie de haut niveau. Ceci dit, la création de ces trois sociétés mixtes mettent à plat tous les prétextes avancés jusque-là par Renault pour ne pas investir en Algérie. Rappelons-nous son argument du coût du travail en Algérie pour justifier son implantation à Tanger. Le même argument que celui de PSA qui met sur le coût du travail son plan de licenciements. Pas plus tard qu'hier, Henri Emmanuelli, ancien secrétaire d'Etat français au budget, a «démoli» cet argument. Il a rappelé que le coût horaire de la main-d'oeuvre dans l'industrie automobile allemande est de 43, 14 euros alors qu'en France il n'est que de 33, 38 euros. Pourtant, l'automobile allemande se porte bien. On peut y ajouter «l'absence des équipementiers en Algérie» avancée par Renault. On a envie de lui conseiller de demander aux Allemands ce qu'ils font de cet argument en s'installant chez nous. En réalité, la coopération algéro-allemande relève de l'intérêt mutuel des deux pays. Sans autre considération. C'est pourquoi la création des trois sociétés avec les Allemands est bien accueillie par les Algériens. Elle rassure et s'intègre parfaitement dans la stratégie industrielle qui pérennise notre économie hors hydrocarbures. Pour nous, l'essentiel est là!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.