7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mercedes devance Renault en Algérie
Publié dans L'Expression le 16 - 07 - 2012


Les Français ont pour habitude de se référer au modèle allemand. Pour tout. Pour le système de retraite, pour la création d'emplois, pour l'équilibre budgétaire, pour l'automobile, etc. Pour tout, absolument tout! Ils n'ont pas tort. Les Allemands viennent, encore, de les prendre de vitesse dans l'industrie automobile en Algérie. Trois sociétés à capitaux mixtes ont vu le jour, hier, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. Une pour la production, à Rouiba, de camions, cars et bus, la seconde produira, à Tiaret, des véhicules utilitaires et enfin la troisième, à Oued Hamimine (Constantine), pour la production de moteurs des gros engins. Dans ces trois sociétés, la partie algérienne est représentée par plusieurs entités économiques du secteur public dont la Snvi, le fonds d'investissement Aabar représente les Emirats et Mercedes-Benz la partie allemande. Les véhicules (camions et utilitaires) seront produits dès 2013 et en 2014 suivra l'usine des moteurs pour les gros engins. Pendant que le groupe français Renault «joue les prolongations» dans son projet en Algérie, même lorsque l'industrie automobile tombe en ruine dans son pays, la célèbre marque allemande Mercedes le devance et s'installe en force en Algérie. Il sera dit que les Allemands auront toujours une longueur d'avance sur les Français. Comme une fatalité. Voilà un sujet qui alimentera, sûrement, le petit déjeuner que partageront, ce matin, les chefs d'entreprises françaises en Algérie avec leur ministre des Affaires étrangères en visite dans notre pays. Dès 2013, 10.000 véhicules particuliers Mercedes sortiront de l'usine de Tiaret. Une quantité qui «rognera» sur celle qu'écoulent les autres marques sur notre marché. La montée en cadence de la production fera le reste. A terme, l'automobile allemande se fera une place plus que confortable dans le parc algérien. Il va sans dire qu'un réseau de services après-vente est déjà prévu par les Allemands. Il suivra la progression de la production. Les équipementiers ou sous-traitants algériens auront, avec le temps, appris à travailler sur le modèle allemand. Une référence pour le développement durable. Globalement, les trois sociétés mixtes ne vont pas faire dans le bricolage. Entre les camions, cars, bus, véhicules tout-terrain, utilitaires et les moteurs, l'éventail de production touche une importante partie de l'ensemble du secteur des transports en Algérie. A la clé, ce sont des milliers d'emplois, des centaines de PME-PMI, une grande stimulation de l'économie locale autour des sites d'implantation, une formation et un transfert de technologie de haut niveau. Ceci dit, la création de ces trois sociétés mixtes mettent à plat tous les prétextes avancés jusque-là par Renault pour ne pas investir en Algérie. Rappelons-nous son argument du coût du travail en Algérie pour justifier son implantation à Tanger. Le même argument que celui de PSA qui met sur le coût du travail son plan de licenciements. Pas plus tard qu'hier, Henri Emmanuelli, ancien secrétaire d'Etat français au budget, a «démoli» cet argument. Il a rappelé que le coût horaire de la main-d'oeuvre dans l'industrie automobile allemande est de 43, 14 euros alors qu'en France il n'est que de 33, 38 euros. Pourtant, l'automobile allemande se porte bien. On peut y ajouter «l'absence des équipementiers en Algérie» avancée par Renault. On a envie de lui conseiller de demander aux Allemands ce qu'ils font de cet argument en s'installant chez nous. En réalité, la coopération algéro-allemande relève de l'intérêt mutuel des deux pays. Sans autre considération. C'est pourquoi la création des trois sociétés avec les Allemands est bien accueillie par les Algériens. Elle rassure et s'intègre parfaitement dans la stratégie industrielle qui pérennise notre économie hors hydrocarbures. Pour nous, l'essentiel est là!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.