Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mercedes devance Renault en Algérie
Publié dans L'Expression le 16 - 07 - 2012


Les Français ont pour habitude de se référer au modèle allemand. Pour tout. Pour le système de retraite, pour la création d'emplois, pour l'équilibre budgétaire, pour l'automobile, etc. Pour tout, absolument tout! Ils n'ont pas tort. Les Allemands viennent, encore, de les prendre de vitesse dans l'industrie automobile en Algérie. Trois sociétés à capitaux mixtes ont vu le jour, hier, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. Une pour la production, à Rouiba, de camions, cars et bus, la seconde produira, à Tiaret, des véhicules utilitaires et enfin la troisième, à Oued Hamimine (Constantine), pour la production de moteurs des gros engins. Dans ces trois sociétés, la partie algérienne est représentée par plusieurs entités économiques du secteur public dont la Snvi, le fonds d'investissement Aabar représente les Emirats et Mercedes-Benz la partie allemande. Les véhicules (camions et utilitaires) seront produits dès 2013 et en 2014 suivra l'usine des moteurs pour les gros engins. Pendant que le groupe français Renault «joue les prolongations» dans son projet en Algérie, même lorsque l'industrie automobile tombe en ruine dans son pays, la célèbre marque allemande Mercedes le devance et s'installe en force en Algérie. Il sera dit que les Allemands auront toujours une longueur d'avance sur les Français. Comme une fatalité. Voilà un sujet qui alimentera, sûrement, le petit déjeuner que partageront, ce matin, les chefs d'entreprises françaises en Algérie avec leur ministre des Affaires étrangères en visite dans notre pays. Dès 2013, 10.000 véhicules particuliers Mercedes sortiront de l'usine de Tiaret. Une quantité qui «rognera» sur celle qu'écoulent les autres marques sur notre marché. La montée en cadence de la production fera le reste. A terme, l'automobile allemande se fera une place plus que confortable dans le parc algérien. Il va sans dire qu'un réseau de services après-vente est déjà prévu par les Allemands. Il suivra la progression de la production. Les équipementiers ou sous-traitants algériens auront, avec le temps, appris à travailler sur le modèle allemand. Une référence pour le développement durable. Globalement, les trois sociétés mixtes ne vont pas faire dans le bricolage. Entre les camions, cars, bus, véhicules tout-terrain, utilitaires et les moteurs, l'éventail de production touche une importante partie de l'ensemble du secteur des transports en Algérie. A la clé, ce sont des milliers d'emplois, des centaines de PME-PMI, une grande stimulation de l'économie locale autour des sites d'implantation, une formation et un transfert de technologie de haut niveau. Ceci dit, la création de ces trois sociétés mixtes mettent à plat tous les prétextes avancés jusque-là par Renault pour ne pas investir en Algérie. Rappelons-nous son argument du coût du travail en Algérie pour justifier son implantation à Tanger. Le même argument que celui de PSA qui met sur le coût du travail son plan de licenciements. Pas plus tard qu'hier, Henri Emmanuelli, ancien secrétaire d'Etat français au budget, a «démoli» cet argument. Il a rappelé que le coût horaire de la main-d'oeuvre dans l'industrie automobile allemande est de 43, 14 euros alors qu'en France il n'est que de 33, 38 euros. Pourtant, l'automobile allemande se porte bien. On peut y ajouter «l'absence des équipementiers en Algérie» avancée par Renault. On a envie de lui conseiller de demander aux Allemands ce qu'ils font de cet argument en s'installant chez nous. En réalité, la coopération algéro-allemande relève de l'intérêt mutuel des deux pays. Sans autre considération. C'est pourquoi la création des trois sociétés avec les Allemands est bien accueillie par les Algériens. Elle rassure et s'intègre parfaitement dans la stratégie industrielle qui pérennise notre économie hors hydrocarbures. Pour nous, l'essentiel est là!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.