L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "fake news" en Algérie
Publié dans L'Expression le 27 - 03 - 2017


Signe de progrès? Ils sont largement utilisés aux Etats-Unis depuis la dernière campagne électorale. Ils ont vite traversé l'Atlantique pour se déverser en Europe. Les voilà aujourd'hui dans notre pays. De quoi s'agit-il? De ces fameux «fake news» (fausses informations) qui utilisent les réseaux sociaux avec, malheureusement, une reprise par certains médias. Par erreur? Difficile à croire quand on connaît le b.a.-ba du journalisme qui consiste à vérifier les sources avant toute publication. Bref, ces «fake news», ont très vite fait leur apparition dans notre pays. Ils ont été utilisés contre la vaccination à l'école. Puis ce fut au tour des «diplomates algériens expulsés d'Arabie saoudite» que l'Algérie a vite fait de démentir officiellement. L'autre cible aura été la société Tahkout qui fabrique en Algérie des voitures de marque «Hyundai» accusée de se limiter au montage des roues. Le gouvernement a décidé d'envoyer une mission d'inspection pour en avoir le coeur net. Enfin, il y a eu cette «information» sur le quota d'importation des véhicules qui aurait été fixé par le gouvernement pour 2017. Ce qui a contraint le ministre de l'Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, à faire, dimanche dernier, une mise au point en précisant qu'aucun quota n'a encore été arrêté «pour la simple raison que le comité chargé des licences d'importation des véhicules ne s'est pas encore réuni». Ces exemples suffisent pour montrer que, pour la première fois, une «invention» occidentale arrive chez nous à la vitesse de la lumière. Signe que notre pays est bien entré dans la cour des grands. Sauf que l'on se serait bien passés de ce type de «progrès». Mais ne restons pas sur le constat. Il faut penser à la parade. Il faut bien prendre conscience que le phénomène n'en est qu'à ses débuts et qu'il y a de fortes chances de voir d'autres «fake news» nous cibler. Sans avoir de boule de cristal, nous sommes en présence de rumeurs, avec lesquelles nous avons une longue histoire, qui sont passées en mode 2.0. Paradoxalement, il devient plus facile de s'en protéger. D'autres pays l'ont compris. La France par exemple prépare un projet de loi prévoyant la prison contre la diffusion de «fake news». En effet, il est plus facile de remonter la trace des auteurs de ces fausses informations sur la Toile que de chercher les auteurs d'une rumeur portée par le «bouche-à-oreille». L'essentiel étant de combler le vide juridique pour ce nouveau type de délit. Quant aux journalistes professionnels, les vrais, leur système «immunitaire» reste à toute épreuve. Même à l'ère du numérique!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.