Les réserves de change à 100 milliards de dollars à fin novembre    Le président de la Fédération de l'agroalimentaire: «Les importations ont massacré l'industrie algérienne»    Al Qods: Poursuite des manifestations dans le monde    Equipe nationale des locaux - 21 joueurs convoqués: Le match amical face aux Emirats arabes unis annulé    FAF - Symposium sur le renouveau du football algérien: Deux jours de débats pour une application incertaine    Tissemsilt: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Appel à un débat national sur les droits de l'Homme    "Le cinquième mandat est une atteinte à la Constitution"    Conférence de haut niveau sur le terrorisme à Oran    «Un rapport sera présenté au Chef de l'Etat avant le 6 janvier»    Le projet de la nouvelle loi sanitaire favorise le développement de la greffe    "J'ai toujours aimé composer pour les films"    Une application pour gérer les barrages    "Nous fabriquons 50% de nos médicaments"    Où est l'enfer promis pour 2017?    Paradis fiscal en Tunisie : "Derrière cet acharnement, la France et l'Italie"    Des pouvoirs fictifs    Installation officielle du nouveau P/APW    "Une violation grave de la légalité internationale"    Le président Macron invite Netanyahu à faire des "gestes courageux"    Le pape renouvelle son appel à la "sagesse"    Un accord de divorce, mais avec des questions en suspens    Selon l'annonce de Boeing : Le Canada renonce à acheter des Super Hornet    Journée internationale du vivre-ensemble en paix : L'ONU adopte l'initiative algérienne    "Le FLN vous surprendra le 19 mars prochain"    Le FFS à la tête de l'APW de Tizi Ouzou    Belle opération pour le NAHD et l'USB    Le Chabab sombre dans la crise    Feghouli buteur, Galatasaray en tête    Bouzidi nouveau coach de la JSM Skikda    La direction dément le départ de Madoui    La 3e édition du Rallye "Challenge Sahari international" : Domination algérienne pour la 2e étape    "Laissez les Algériens marcher pour la Palestine"    Un comité interministériel pour le développement des surfaces agricoles    Risque de salmonellose dans le lait Lactalis    A Boumerdès, trois concours pour le Top village, la Top city et la Top école    Gare à l'usage excessif du téléphone portable!    Randonnée à Tizi N'Tsenant : Sur les traces des héros de la bataille du 7 décembre 1957    Commerce: Les prix de la volaille toujours en hausse    L'appel des villageois de Ghemaizia    Obstacles liés à l'accès aux marchés africains Impératif d'un plan national afin d'y remédier    Hachemi Assad balaie les doutes    11 décembre 1960 : Une réponse au plan de De Gaulle visant à étouffer la Guerre de libération    une empreinte indélébile    Spectacle majestueux offert au public    Manifestations des Algériens dans tout le pays    Les Témouchentois confirment leur suprématie    Carte Postale décroche la Grappe d'Or    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cinéma algérien entre le film de Moussaoui et El Hannachia
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2017

La projection du film de Karim Moussaoui avant-hier à Ibn Zeydoun a donné une nouvelle raison au ministre de la Culture Azzedine Mihoubi de revoir sérieusement la politique d'aide au cinéma algérien. Comment un film qui n'a reçu le soutien financier de l'Algérie que tardivement (après sa sélection dans la section Un certain regard au festival de Cannes) a su redorer le blason du cinéma algérien dans les festivals dans le monde, alors que les films qui ont bénéficié d'un soutien financier important n'ont même pas réussi à sortir des frontières, encore moins de gagner des prix et bien représenter le cinéma algérien dans de grandes manifestations cinématographiques mondiales comme Cannes, Dubaï, Hollywood ou encore Le Caire. La projection du film El Hannachia, à peine quelques jours seulement avant le film de Karim Moussaoui, En attendant les hirondelles a convaincu le ministre de la Culture et beaucoup de responsables du cinéma de revoir sérieusement la politique d'aide au cinéma. Dans un poste sur Facebook, un réalisateur et producteur avait déclaré que la majorité des films financés par l'Etat avait été donnée à des réalisateurs pour les aider, plus que pour aider, le cinéma algérien. Aujourd'hui, on ne parle plus de rentabilité des films algériens, mais de perte d'argent. La logique commerciale n'existe pas. Comme on subventionnait le pain et l'essence, on subventionnait le cinéma. Résultat: on possède un cinéma sans âme et sans éclat. L'Algérie a produit une centaine de films depuis plus de 10 ans, mais seulement une dizaine a réussi à s'imposer sur la scène cinématographique internationale. Aujourd'hui, devant les difficultés financières de l'Etat, le ministère de la Culture a décidé de geler le Fdatic, pour la production et essaye d'aider seulement une frange de jeunes cinéaste. Cependant, la nouvelle génération de cinéastes n'attend pas le ministère de la Culture pour avancer et créer leur propre histoire et inscrire leur empreinte sur les chemins du cinéma de l'avenir. Aujourd'hui, les mécanismes de financements sont nombreux et même si parfois, l'avantage c'est qu'elle vous ouvre le chemin de la notoriété et du cinéma mondial. Si le film El Hannachia va rester pompeusement dans les archives du ministère de la Culture comme un film non représentant de la culture et du 7e art algérien, il n'en demeure pas moins qu'aujourd'hui, sans l'aide de l'Etat, le film En attendant les hirondelles qui sort prochainement en France, a été financé plus par la France, l'ancienne puissance coloniale que par l'Etat souverain et protecteur de sa culture qui est le seul ambassadeur du cinéma algérien à l'étranger.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.