West Ham : Des débuts frustrants pour Benrahma    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie capte 1,2 milliard de dollars
INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER (IDE) EN 2017
Publié dans L'Expression le 09 - 06 - 2018

Malgré la baisse en volume par rapport à l'année 2016, les IDE ont connu une diversification dans les domaines d'activité en 2017.
L'investissement direct étranger (IDE) n'a pas connu le boom espéré en 2017 en Algérie. Il n'a été en effet que de 1,2 milliard de dollars, a indiqué la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) dans son dernier rapport. Le taux en question a connu ainsi, une régression de 26% par rapport à l'année 2016 où il était de 1,6 milliard de dollars. Les IDE captés par l'Algérie en 2017 ont connu toutefois une certaine diversification dans les créneaux d'activité, mentionne l'Organisation onusienne. «En 2017 la diversification des investissements directs étrangers en Algérie a été soutenue par les IDE consentis par le groupe de télécoms chinois Huawei et le sud-coréen Samsung qui a ouvert sa première usine de montage de smartphones dans le pays», précise la Cnuced. Selon la Cnuced les IDE pourraient bien rebondir en 2018 en Algérie. La révision de la loi sur les hydrocarbures en cours d'achèvement va booster l'attractivité de l'Algérie. «Les amendements proposés à la loi sur les hydrocarbures pourraient faire augmenter considérablement la participation étrangère dans le secteur pétrolier du pays à l'avenir», souligne la Cnuced faisant observer toutefois que les IDE en Algérie dépendent fortement de l'investissement dans le secteur pétro-gazier. Le recul des IDE en Algérie a été, note le rapport en question, enregistré dans le sillage d'une baisse généralisée de l'investissement direct étranger en Afrique. Les flux captés par le continent ont chuté en effet à 42 milliards de dollars en 2017, soit une baisse de 21% par rapport à 2016, relève le rapport. «La faiblesse des prix du pétrole et les conséquences négatives de la récession du secteur des matières premières sur le plan macroéconomique ont favorisé la contraction des flux dans les principales économies africaines», explique la Cnuced. Pour rappel, c'est l'Egypte qui est arrivée en tête des pays de l'Afrique du Nord en termes de captivité des IDE. Au sujet du classement des pays, il y a lieu de relever que les investissements directs étrangers en Algérie se font avec l'apport de l'Etat et ce, conformément à la règle des 51/49%. Cela veut dire que le montant de 1,2 milliard de dollars est à multiplier fois deux. Par ailleurs, il est à souligner que le gouvernement algérien bien que favorable au renforcement des IDE, ne base pas pour autant son économie sur ces derniers. «L'édification d'un pays ne pourra jamais se faire par des étrangers», a-t-on pu entendre à maintes reprises le président de la République et le Premier ministre Ouyahia s'exprimer sur la question. L'instauration de la règle 51/49% en est d'ailleurs la parfaite illustration. Cela ne veut pas dire que le gouvernement n'a pas prévu des mesures incitatives pour attirer des investissements étrangers. Le gouvernement prévoit bien au contraire un bouquet d'avantages pour ces derniers. Outre la mise à leur disposition du foncier industriel et agricole, le gouvernement prévoit plusieurs avantages d'ordre fiscal, l'accès aux crédits bancaires, la baisse des impôts et la sécurité. «Le gouvernement algérien aura toujours besoin des IDE pour le transfert, de savoir-faire et de la technologie», signifient de leur côté les économistes. Les IDE contribuent aussi à la création de la richesse et de l'emploi. Les entreprises chinoises sont le meilleur exemple à donner dans ce sens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.