Le Tribunal militaire de Blida rejette la demande de libération provisoire de Louisa Hanoune    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    CRISE POLITIQUE EN ALGERIE : Gaïd Salah insiste sur la tenue de la présidentielle    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Le procès d'Ali Haddad reporté    En bref…    Juventus : Allegri donne la raison de son départ    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    L'appui de Benflis    Quelques vérités bonnes à dire    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Appel à un dialogue "franc" avec l'institution militaire    ACTUCULT    Les antiquités en péril recherchent désespérément un nouveau musée    Tajine malsouka au poulet    Cheveux d'ange au miel    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Les joueurs en grève    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Gaïd Salah peaufine sa réponse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Istimara et recours, quelle issue?
LE BRASIER DU LOGEMENT ENFLAMME LA RUE À ANNABA
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019

L'endémique plaie du secteur du logement à Annaba, ne cesse de faire des mécontents au sein des demandeurs de logements.
Ils étaient quelques dizaines «exclus» du quota des 7 000 logements sociaux, à avoir protesté pour faire valoir leurs droits à un logement. De nombreux détenteurs de «l'istimara», parmi les bénéficiaires du quota de 7000 logements publics locatifs, destinés aux demandeurs de logements de la commune de Annaba, ont observé, hier et pour la énième fois, un rassemblement, devant le siège de la daïra de Annaba, a-t-on constaté sur place. Ces bénéficiaires, de plusieurs quartiers du chef-lieu de la commune de Annaba, bien que portés bénéficiaires, à tous les niveaux, ont été écartés, la plupart pour dossiers incomplets. Or, bien que les concernés aient fourni tous les documents manquants, ils ont été ignorés par les services de la daïra de Annaba. Celle-ci, sans raison apparente, persiste dans sa situation de black-out! Selon une indiscrétion, une bénéficiaire, détentrice de la fameuse «istimara», nous révèle qu'en raison de son âge, elle n'ouvre pas droit au logement. «On m'a dit que, vu mon âge et étant seule, je n'ouvre pas droit à un logement, bien que je sois portée bénéficiaire.» Drôle de logique pour la daïra de Annaba, qui élimine les personnes âgées, sans texte de loi. Ce cas précis et bien d'autres, sont confrontés à une batterie de prétextes, non énumérés dans les critères d'obtention du logement social, à Annaba. De même pour les «exclus» du même quota des 7 000 unités sociales pour la commune de Annaba. Ceux-là, représentant les quartiers respectifs de Didouche Mourad et Bormet El Gaz, tous porteurs de recours, ont violemment manifesté leur mécontentement contre les pouvoirs publics en charge du logement social. Peinant à trouver une oreille attentive, ils ont décidé de fermer, hier aussi, la rue. Ils ont barricadé l'entrée de leurs quartiers respectifs, à l'aide de pneus enflammés, de troncs d'arbres, de grosses pierres et de matériaux de construction, ce qui a engendré une très forte perturbation de la circulation automobile, qui s'est rapidement répercutée sur le trafic routier au niveau de la zone reliant la plaine Ouest au centre-ville. Brandissant des banderoles, dénonçant la lenteur dans l'affichage des listes des bénéficiaires de logements et l'étude des dits recours qui selon eux, n'a que trop duré. Les manifestants ont exigé l'intervention du wali. Lui seul, selon eux, est habilité à apporter des clarifications sur leurs situations en suspens. Nos interlocuteurs parmi les manifestants se sont dit las d'observer d'interminables mouvements de contestations devant la daïra et la wilaya. Les contestataires semblent bien déterminés à mener leur action jusqu'à l'intervention du premier responsable de la wilaya. «Le wali doit trouver une solution radicale à notre problème, à savoir déterminer une date pour l'affichage des listes des bénéficiaires», nous ont-ils dit. Nos interlocuteurs ont mis à l'index le chef de daïra «rahi daïra bla chef. Yestakbel kima iheb», ont lancé les demandeurs de logements. «C'est normal, houwasaken, mahouchi madhrour kima hna», a rétorqué un homme au sein de la foule en furie. En effet, les porteurs de recours n'ont en fait pas dévié de leurs revendications initiales, celles relatives à l'étude de leurs recours. Rappelons que depuis 2017, date de l'affichage de la liste des bénéficiaires des 7 000 logements sociaux, destinés à la commune de Annaba, la plaie de ce secteur n'a fait que s'infecter avec, des centaines de mouvements de contestations. Situation retenue à l'actif d'un cafouillage démesuré dans l'établissement des listes des bénéficiaires des 14 quartiers de la commune de Annaba. Celle-ci, signalons-le, a bénéficié d'un quota de 7 000 unités sociales mais, jusqu'à la mise sous presse, la situation ne fait que se compliquer, en raison du nombre important de recours introduits, qui sont de l'ordre de 8 000.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.