Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plaidoyer du compromis
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2019

L'initiative lancée, hier, par Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdenour et Rachid Benyelles pour «une solution de compromis» constitue une ouverture intéressante dans la recherche d'une sortie de crise qui est devenue urgente et nécessaire, compte tenu des difficultés internes et externes auxquelles est confronté le pays. Dans cet appel, il y a d'abord un état des lieux succinct, un diagnostic des tenants et aboutissants de la crise, suivi d'une ordonnance pour une thérapie pondérée.
Sans doute, y a-t-il bien plus de non-dits que de propositions explicites dans la déclaration des trois hommes, connus pour leurs idées comme pour leurs engagements. On ne sait pas, en effet, de quelle manière sera opérée «la transition de courte durée», ni avec qui exactement, tandis que le rôle supposé de l'armée invitée à dialoguer avec les forces politiques, sociales et civiles, recèle une certaine équivoque. Mais gageons qu'avec un peu de bonne volonté, la démarche peut, effectivement, s'avérer probante. Il suffirait, pour cela, que les forces dites du changement trouvent, auprès de celles du Hirak et de la société civile, l'opportunité d'un plan consensuel qui serait agréé aussi bien par le peuple que par l'armée, tributaire de sa volonté souveraine.
L'heure est donc à la discussion entre les diverses parties prenantes de la crise, c'est-à- dire le Hirak, et ses «figures», en théorie représentatives, les partis d'opposition regroupés au sein des Forces du changement, ceux qui ont, jusqu'alors, navigué dans les eaux saumâtres du pouvoir, durant les deux décennies écoulées, les personnalités adoubées par la société civile et celles mandatées par les courants syndicaux. Il appartient à toutes ces strates politiques et autres de réaliser la convergence nécessaire et de présenter une feuille de route inclusive, à charge pour l'armée qui resterait, alors, dans son rôle de gardien vigilant de la souveraineté et de l'unité du pays, d'assumer le statut de facilitateur, en vue d'une solution apaisée que le peuple appelle de ses voeux.
Sans doute, il s'agit d'une offre de dialogue qui demande à être bien orientée, mais dont il faut reconnaître qu'elle constitue une chance pour une sortie de crise rapide et consensuelle, à condition, faut-il le répéter, que soient bien précisée la démarche et identifiés les artisans du processus suggéré. Toute la difficulté de la tâche réside, en effet, dans la détermination des hommes et des femmes qui assumeront la lourde mission de la transition de courte durée, pour peu qu'ils et qu'elles soient agréés pleinement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.