Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou
SOIREES RAMADHANESQUES
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2019


Paix, calme et sérénité
La ville a été littéralement envahie par des centaines de familles, les jeunes filles, des jeunes garçons et même des groupes d'enfants se déplaçant en toute quiètude.
Les soirées ramadhanesques sont devenues beaucoup plus animées qu'elles ne l'étaient au tout début du mois sacré. Si durant les premiers jours de Ramadhan, les soirées étaient plutôt un tant soit peu timides, il faut dire que depuis cinq à six jours, la ville de Tizi Ouzou grouille de monde. Les soirées durent d'ailleurs jusqu'à une heure très tardive, voire au bout de la nuit, pour reprendre le titre d'un célèbre roman. Sans doute, la destination privilégiée des citoyens est la ville des Genêts. Cela fut le cas dans la nuit de vendredi à samedi derniers où le centre-ville de Tizi Ouzou et même les autres quartiers et boulevards comme la rue «Larbi-Ben Mhidi» ont été littéralement «envahis» par des centaines de familles, les jeunes filles, des jeunes garçons et même des groupes d'enfants se déplaçant seuls. C'est dire que dans la ville de Tizi Ouzou, règne une atmosphère plutôt calme et la sécurité est assurée. On ne retrouve guère l'ambiance électrique, parfois insupportable qui prévaut pendant la journée ou presque tous les citoyens ont les nerfs à fleur de peau et où l'on tombe sur une rixe presqu'à chaque coin de rue. La nuit, le ventre est plein, les fumeurs ont aussi fait leur réserve de nicotine, ce qui apaise de manière considérable les esprits. Comme chaque année, les destinations les plus convoitées sont les mêmes. Il y a d'abord les deux établissements culturels que sont la Maison de la culture Mouloud Mammeri et le théâtre régional Kateb Yacine ainsi que les jardins publics, surtout la placette Mbarek Aït Menguellet, située au niveau de l'ancienne gare routière, à l'entrée ouest de la ville. Ici, la place est noire de monde en cette soirée de vendredi. Les enfants prennent d'assaut les espaces réservés aux jeux de manège. Il faut que les enfants fassent une longue queue pour pouvoir s'offrir un tour sur l'un des jeux disponibles sur place. Le manque cruel de ce genre d'espaces dans la wilaya de Tizi Ouzou fait qu'il y a quotidiennement une grande affluence sur l'espace de la place Mbarek Aït Menguellet en dépit de la cherté du ticket (100 DA) au lieu de 50 DA dans d'autres régions. Il y a lieu aussi de dire que les terrasses des cafés constituent les lieux les plus prisés par les citoyens et même par les citoyennes. En effet, contrairement au reste de l'année, pendant le mois de Ramadhan, les femmes n'hésitent pas à s'attabler en soirée pour siroter longuement un thé à la menthe tout en grignotant, avec un réel plaisir, une ou plusieurs tranches de kelb ellouz. L'accentuation de l'ambiance nocturne à Tizi Ouzou ces derniers jours est encouragée en outre par les effets du climat, la chaleur. Sortir reste donc la seule alternative aux familles pour fuir le renfermement suffocant de la maison. Mais, le fait aussi que pendant la journée, se promener n'est pas du tout conseillé quand on jeûne, sortir la nuit constitue une sorte de compensation. Aussi, des centaines de familles affluent en outre vers la grande salle de la maison de la culture Mouloud-Mammeri où plus de 100 chanteurs ont été programmés par la direction de la culture pour animer les soirées de Ramadhan avec une moyenne de deux à trois chanteurs par jour. En plus des chanteurs kabyles, le public a même eu droit à des spectacles de jazz, d'andalou et dans quelques jours, les Tizi Ouzéens auront le loisir assister à un gala qui sera animé par le célèbre chanteur du genre chaâbi, Abdelkader Chaou, dans le cadre des soirées de Ramadhan à la Maison de la culture. Concernant le concert de jazz, la direction de la culture a programmé le duo autrichien Michaela Rabitch et Robert Pawlik au niveau du théâtre régional «Kateb Yacine». Le même établissement a prévu un autre concert du genre andalou avec l'artiste Lamia Aït Amara. Tout au long de cette semaine et tous les soirs à partir de 22 heures, de nombreux chanteurs du genre kabyle se succèderont sur scène à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri. Parmi les chanteurs programmés pour cette semaine, on peut citer Rabah Lani, Abbès Ath Rzine, Louizini, Sihem Stiti, Nassima, Saïd Youcef, Djamel Kaloune et Malek Kezoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.