La justice se penche sur la fraude électorale    Suspension de la chaîne El Hayat TV pour une semaine    Les ambitions de Sonelgaz    Généralisation du sans plomb dès le 1er juillet    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    Le message de Washington    Déroute des partis dominants    «Il reste encore 90 minutes à jouer pour atteindre la finale»    Qui arrêtera l'Italie ?    Une Super Ligue africaine en réflexion    Sit-in de parents de migrants devant la Wilaya    Les sujets diversement appréciés    Une troisième vague n'est plus exclue    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Une édition exclusivement algérienne    La Banque d'Algérie a donné son accord pour la création d'une banque d'import-export    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    L'ALGERIE BAT LA MAURITANIE    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Des pourparlers égypto-européens pour "faire avancer la paix"    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    "Réviser l'Accord d'Alger, c'est ouvrir la boîte de Pandore"    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Education: L'Intersyndicale revient à la charge    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Une ambition en sursis    Selma Bédri, sur du velours    Djerad: la répudiation    Les mesures phares mises en exergue    Chanegriha à Moscou    Fin de saison pour Frioui?    Brèves Omnisports    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Une vingtaine de Palestiniens blessés par l'entité sioniste    L'enjeu des locales et la survie des partis    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tous les rassemblements interdits
Pandémie du nouveau coronavirus en Tunisie
Publié dans L'Expression le 05 - 10 - 2020

Le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi a annoncé samedi soir l'interdiction de tout rassemblement, et réitéré l'obligation de porter le masque afin de ralentir la propagation du nouveau coronavirus, qui menace de saturer les hôpitaux. «Les chiffres (...) ne sont pas rassurants et la situation épidémiologique nécessite une fermeté et des solutions urgentes», a-t-il déclaré samedi soir, à la télévision. Toutes les manifestations culturelles, commerciales, publiques ou privées sont interdites pendant les deux semaines à venir. Les administrations travailleront par roulement afin de limiter l'encombrement des transports tout en permettant «aux forces de production de poursuivre leur travail», a-t-il ajouté.
Mechichi a écarté tout scénario de reconfinement, en annonçant l'adoption du régime de la séance unique et de réduction du nombre d'heures du travail pour endiguer la propagation de la pandémie de coronavirus. Dans une allocution adressée aux Tunisiens et diffusée sur la chaîne publique al Wataniya 1, le chef de l'Exécutif a annoncé une batterie de mesures, s'étalant sur deux semaines, face à l'explosion du nombre de contamination et de décès dus au Covid-19. Il a souligné la nécessité d'assurer la continuité du travail dans les établissements scolaires et de formation et dans les entreprises économiques, appelant les Tunisiens au strict respect du protocolaire sanitaire. Parmi les mesures prises, a-t-il ajouté, l'obligation du port du masque dans les espaces publics et fermés, les moyens de transport en commun et les locaux de commerce ouverts au public.
Le chef du gouvernement a également annoncé l'interdiction de tout rassemblement festif et manifestation publique ou privée. «Le scénario de reconfinement n'est pas envisageable», a assuré Mechichi, ajoutant que la Tunisie ne peut pas supporter le coût de la paralysie économique. Pour Mechichi, le reconfinement n'est pas une solution idéale pour combattre le virus, invitant les Tunisiens, toutes catégories confondues, à appuyer les efforts de l'Etat en matière de lutte contre l'épidémie qui a gagné du terrain, ces derniers jours. Le chef du gouvernement a affirmé avoir émis des instructions aux gouverneurs pour instaurer un confinement partiel et décréter un couvre-feu, le cas échéant. Par ailleurs, il a salué les efforts fournis par le corps médical et paramédical pour enrayer la propagation de la pandémie, annonçant l'augmentation du nombre de lits et de tests de dépistage relatif au Covid-19.
La Tunisie dont l'économie dépend, en grande partie de l'activité touristique, traverse une situation de plus en plus difficile, avec la montée de la grogne et des revendications, à travers tout le pays. Le Premier ministre tunisien a, de ce fait, laissé aux autorités régionales le soin de décréter des confinements locaux ou la fermeture des lieux de culte selon la situation épidémiologique. Un couvre-feu a été imposé jeudi dans les régions côtières de Sousse et de Monastir ainsi que dans certaines zones autour de Sidi Bouzid, dans l'intérieur du pays, avec la suspension des marchés hebdomadaires.
Le port du masque, imposé début août, est resté longtemps lettre morte, pour le grand public comme pour certains responsables, et nombre de Tunisiens réclament une stratégie plus stricte. Les autorités tunisiennes ont averti que les hôpitaux peinent à faire face à l'afflux de malades. La Tunisie, qui compte plus de 11,5 millions d'habitants, avait quasiment circonscrit la pandémie fin juin avec un millier de cas et cinquante morts, et a levé la plupart des restrictions durant l'été. Mais le nombre de cas confirmés dépasse désormais les 20.000, dont près de 300 décès. «Si on n'arrive pas à infléchir cette courbe qui est vraiment en train de monter, on risque d'être débordés», a mis en garde Hechmi Louzir, porte-parole du comité scientifique de lutte contre le Covid-19. Des hôpitaux de campagne vont être mis en place dans plusieurs villes, mais les autorités de la santé ont averti que les effectifs étaient limités, notamment dans les services de réanimation. Le gouvernement prévoit de passer de 95 lits de réanimation, dans le public, à 220 d'ici fin novembre, et de 100 à 200 dans le privé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.