Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Mali en proie à de nouvelles attaques terroristes
Après la libération de quatre otages
Publié dans L'Expression le 15 - 10 - 2020

A peine quelques jours après la libération de quatre otages au Mali, en échange de celle de plusieurs centaines de présumés terroristes par les nouvelles autorités, le pays a renoué brutalement avec les attentats terroristes qui ont fait, mardi dernier, lors d'une double attaque intervenue à Sokoura, douze militaires tués et autant de victimes civiles, selon les premiers bilans divulgués par les forces de l'ordre. Il y a eu, dans un premier temps, l'attaque contre une position militaire, dans la nuit, par des individus armés «non identifiés», près de la frontière avec le Burkina. 9 soldats ont été tués et un autre blessé par les «terroristes infiltrés», selon les sources militaires présentes au centre du pays. Le lendemain, tandis que des renforts étaient expédiés sur place pour opérer un ratissage «en vue de retrouver les assaillants», une embusacde était tendue au convoi, près de la localité de Pakourou. Les véhicules militaires étaient suivis par un autobus se rendant à la foire hebdomadaire de Bankass qui fut également pris pour cible par les terroristes qui ont tué douze personnes dont deux femmes et un enfant en bas âge, un bilan confirmé par une source policière.
Le ministère de la Défense malien a annoncé, quant à lui, la mort de deux soldats, tout en ajoutant que «treize terroristes ont été abattus et deux véhicules détruits par l'aviation militaire». «Tous ces bilans sont provisoires», a en outre précisé l'armée, qui aura subi, lors de cette double attaque, ses pertes les plus lourdes depuis le putsch du 18 août qui a écarté le président Ibrahim Boubacar Keïta. A ce triste bilan, s'ajoute la mort de cinq villageois tués par un groupe de terroristes dans la bourgade de Farabougou ainsi qu'un vingtaine d'autres enlevés dont neuf sont encore aux mains des ravisseurs qui ont imposé un siège à la localité.
Dans un tel contexte, la libération des quatre otages dont le chef de l'opposition Soumaïla Cissé, enlevé le 25 mars dernier, alors qu'il était en campagne pour les législatives, et la Française Sophie Mariam Petronin, une humanitaire, a alerté les missions diplomatiques auprès de Bamako sur les conditions dans lesquelles ont été conduites les négociations avec le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) que dirige Iyad Ag Ghali. Des discussions qui auront été particulièrement difficiles puisque, quatre jours durant, des informations contradictoires ont circulé sur l'imminence de la libération des quatre otages, parmi lesquels deux italiens, Nicola Chiacchio et Pier Luigi Maccali. Des négociations qui avaient été engagées bien avant le coup d'état, sur instruction de l'ex-président Ibrahim Boubacar Keïta, déterminé à faire libérer Soumaïla Cissé. Un ancien conseiller de Blaise Compaoré, le mauritanien Mustapha Limam Chafi serait à la source des premiers contacts, noués avec Cherif Ould Tahar, ancien membre du Mujao et artisan de la libération antérieure de plusieurs occidentaux détenus par les groupes terroristes de la région. Si du côté malien, le ton est à la satisfaction, même relative, dans d'autres capitales et notamment à Paris, l'inquiétude se conjugue à l'irritation, voire l'indignation, comme en témoigne la déclaration du chef de la force Barkhane qui a affirmé, hier, que les groupes terroristes, responsables de ces enlèvements, restent à ses yeux «des groupes terroristes», pourparlers ou pas. Paris est d'autant plus alarmé par ces rebondissements que les nouveaux dirigeants du pays sahélien auraient «oublié» d'informer leur partenaire européen du déroulement et de l'aboutissement des négociations. Ce sera sans doute l'un des sujets qui seront abordés par le MAE français Jean-yves Le Drian qui effectue, aujourd'hui, une visite opportune à Alger pour évoquer plusieurs dossiers, dont ceux de la Libye et du Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.