Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Des nouveautés en attendant le 5 Juillet...    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La pandémie accélère encore
Un an après l'annonce du 1er mort en Chine
Publié dans L'Expression le 12 - 01 - 2021

Une équipe de l'OMS est attendue cette semaine en Chine, où était annoncé il y a un an le premier des près de 2 millions de morts de l'épidémie de coronavirus, toujours en expansion sur toute la planète. Les statistiques des cas, qui dépassent désormais les 90.000 millions recensés, s'affolent dans le monde, en raison de mutations plus contagieuses du virus, notamment au Royaume-Uni, qui a franchi le seuil des 80.000 morts et vaccine massivement. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel prévient que le pire est encore à venir en attendant l'effet des campagnes de vaccination. Un an jour pour jour après l'annonce par Pékin du premier décès du Covid-19, un homme qui faisait ses courses sur un marché de Wuhan, la Chine a donné son feu vert à la venue d'une équipe d'experts de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) chargée d'enquêter sur l'origine du coronavirus, attendue en Chine la semaine dernière, qui entamera finalement sa mission jeudi. La visite de ces 10 experts est ultra-sensible pour le régime chinois, soucieux d'écarter toute responsabilité dans l'épidémie qui a fait plus d'1,9 million de morts et plongé le monde dans la crise économique.
Le système de santé britannique est «actuellement confronté à la plus dangereuse situation dont on puisse se souvenir», a alerté Chris Whitty, le médecin-chef pour l'Angleterre. En Allemagne, qui compte plus de 40.000 morts, les semaines à venir constitueront «la phase la plus dure de la pandémie» avec un personnel médical travaillant au maximum de ses capacités, a déclaré Angela Merkel. Plus 80% des lits dans les services de soins intensifs allemands sont occupés. La Belgique a dépassé les 20.000 morts dont la moitié vivait dans des maisons de retraite. Avec un taux de 1.725 décès pour un million d'habitants, ce pays est officiellement au premier rang mondial pour la mortalité rapportée à la population. Sept centres de vaccination massive ont ouvert lundi au Royaume-Uni, où le gouvernement compte immuniser quelque 15 millions de personnes d'ici mi-février pour commencer à lever son troisième confinement en un an. L'Inde, deuxième pays le plus touché - après les Etats-Unis - avec plus de 10 millions de cas recensés, a prévu de commencer dès samedi à vacciner jusqu'en juillet 300 millions d'habitants sur une population d'1,3 milliard.
La complexité de cette tâche colossale est exacerbée par des contraintes de sûreté, des infrastructures incertaines et le scepticisme du public. Dans ce contexte de vaccination massive, la Russie a annoncé lundi qu'1,5 million de personnes dans le monde se sont fait administrer son vaccin Spoutnik V. Mais la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a rappelé lundi la nécessité de continuer à respecter rigoureusement les gestes barrière, son président Francesco Rocca soulignant que «les vaccins seuls ne mettront pas fin à cette lutte». «Notre capacité à préserver la santé des uns des autres est littéralement entre nos mains», a-t-il ajouté dans un communiqué, tandis que le directeur de la Santé de l'IFRC Emanuele Capobianco mettait en garde contre un «potentiel faux sentiment de sécurité dû au déploiement des vaccins».En attendant l'accélération des campagnes de vaccination, dont la lenteur est critiquée, les gouvernements, comme en France et en Suède, durcissent les mesures pour réduire les contacts, au risque d'aggraver la morosité économique.
En France, huit nouveaux départements ont avancé leur couvre-feu à 17h00 GMT, au grand dam des commerces alimentaires, rejoignant quinze départements qui l'avaient fait le weekend dernier.
Les autorités sanitaires russes ont annoncé dimanche avoir découvert un premier cas du variant britannique chez une personne de retour du Royaume-Uni. Idem au Mexique, où le gouvernement de l'Etat mexicain de Tamaulipas a déclaré en avoir détecté un premier cas chez un voyageur arrivé sur un vol en provenance de Mexico. Au Québec, un couvre-feu nocturne est entré en vigueur samedi soir, une mesure inédite au Canada à l'échelle d'une province depuis l'épidémie de grippe espagnole il y a un siècle. En revanche, le confinement a été levé à Brisbane, troisième ville d'Australie, après une campagne massive de tests. L'accélération de l'épidémie a contraint la Suède à rompre avec sa politique jusque-là moins stricte qu'ailleurs. Depuis dimanche, elle peut durcir les mesures, notamment pour la première fois fermer commerces et restaurants dans des zones ciblées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.