Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le trafic ferroviaire fortement perturbé
La grève surprise des cheminots largement suivie
Publié dans L'Expression le 28 - 06 - 2021

La grève surprise observée, hier par les travailleurs de la Société nationale des transports ferroviaires (Sntf) était hier, sur toutes les lèvres. Ce débrayage intervient au lendemain de l'annonce de l'entrée en vigueur du nouveau Salaire national minimum garanti (Snmg) et des négociations sur la révision du salaire de base.
C'est ce qui ressort d'un communiqué rendu public la veille, par la Sntf et qui a annoncé l'entrée en vigueur du nouveau Salaire national minimum garanti. La compagnie nationale a fait savoir à travers le même document que le salaire de base «sera ultérieurement révisé».
Le communiqué de la Sntf a ajouté qu'«il existe une différence entre le Salaire national minimum garanti (Snmg), qui a été déterminé par le décret présidentiel et qui n'est pas soumis à négociation et le salaire de base qui fait l'objet de négociations, selon les circonstances et les spécificités de chaque entreprise.» Ce point semble ainsi, être la pomme de discorde entre l'entreprise et ses employés grévistes.
La compagnie de transport a précisé également dans le même document que «le partenaire social a été contacté et invité à s'asseoir à la table du dialogue concernant la rétroactif de l'augmentation du Snmg à partir de juin 2020, au cours du mois de mai, afin de fixer un calendrier de versement des rappels aux travailleurs, en tenant compte de la situation financière critique que traverse notre institution».
Les usagers du train fuient les entrées Sud, Ouest et Est, qui deviennent presque «impassables» lors des heures de pointe. Les wagons sont, aux yeux de ces habitués, «pratiques» pour des trajets, afin de rejoindre le travail ou autre.
Et le train est aussi très prisé par les citoyens, du fait que les prix pratiqués sur ce moyen de transport restent moins coûteux par rapport aux tarifs des taxis, voire par rapport aux frais de voiture. À cela s'ajoute le fait que d'autres n'ont de préférence que pour l'ambiance qu'offre «un voyage en train.»
À la surprise générale, le sifflet de ce dernier était absent hier. La grève des cheminots, observée, hier, «sans préavis», a réussi à immobiliser presque tout le parc roulant de l'entreprise. Cela n'a pas été sans impact sur les usagers des chemins de fer. Le service minimum a été à peine assuré durant la matinée, comme nous l'a affirmé, hier, une guichetière de la gare centrale Agha, à Alger. Contrairement aux affirmations de l'interlocutrice, nous avons constaté que seule la liaison Oran-Alger a été assurée. La perturbation du trafic ferroviaire a, en effet, chamboulé les calculs des voyageurs pressés de rejoindre leurs destinations. Nous avons rencontré sur les lieux des voyageurs «totalement désemparés», en quête de train en partance pour différentes destinations.
«C'est la confusion totale, nous n'avons rien compris à ce qui se passe, puisque, tout à l'heure quelqu'un nous a confirmé qu'il y avait un train pour Batna et maintenant, après une heure d'attente, on nous a dit qu'il n'y a plus de train», témoigne un usager chargé de bagages.
Notre interlocuteur, visiblement déçu par l'absence de train, n'était pas le seul invité à prendre son mal en patience.
Nombreux étaient les usagers qui faisaient des va-et-vient devant la porte de la gare, donnant l'impression que le train tardait à pointer.
D'autres ont préféré presser le pas pour se déplacer vers leurs destinations via les «taxis collectifs» et les «clandestins» afin d'éviter d'être déclarés «défaillants», comme les étudiants qui sont nombreux à emprunter ce moyen de transport.
La perturbation du trafic ferroviaire a, faut-il le souligner, profité aux chauffeurs de taxis clandestins, qui ont dicté leur loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.