Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des pères de famille inquiets
KHERRATA
Publié dans L'Expression le 30 - 08 - 2006

Le nombre de familles se trouvant dans le besoin est important.
Certains pères de famille ayant un maigre revenu ou ne possédant aucune rente commencent d'ores et déjà à se poser un tas de questions sur les dépenses qu'ils auront à engager dans quelques jours. Il est, en effet, difficile d'imaginer un chargé de famille, sans revenus, ayant 5 à 6 enfants scolarisés dans différents paliers, faire face à une telle situation ; ceci en plus des exigences du mois sacré.
La région de Kherrata se présente comme l'une des zones les plus déshéritées de la wilaya de Béjaïa, eu égard à son éloignement du chef-lieu, mais aussi à son important territoire faisant frontière avec la wilaya de Sétif, en passant par un relief accidenté.
Le nombre de familles se trouvant dans le besoin est important au vu des dizaines de citoyens qui se présentent tous les jours au siège de l'APC pour demander une aide substantielle. «Dans mon cas, qui vit avec une rente de 8000DA, avec 10 gosses à charge, je préfère ne pas penser à la rentrée scolaire. D'ailleurs, le fait d'y penser j'ai un peu la chair de poule. On va essayer de faire avec, la débrouille quoi!», nous dira cet ancien ouvrier d'une usine ayant fermé ses postes. Force est de reconnaître que, contrairement aux chiffres avancés par les pouvoirs publics en matière de chômage, il est observé une hausse inquiétante de ce phénomène à Kherrata. «Il y a certes des aides de l'Etat mais cela reste insignifiant dans une région aussi pauvre. Vous me parlez de dépenses, de la rentrée scolaire et celle du Ramadan, je vous répondrai sincèrement qu'il me faudra toute une gymnastique pour y faire face. On a comme une impression que cela va de mal en pis. Bref, Dieu saura faire la part des choses», ajoutera un autre citoyen venu de la commune de Draâ El Caïd.
Inquiets, la majeure partie des personnes que nous avons approchées le sont ; il leur faudrait sûrement un peu de patience et d'organisation dans leurs maigres revenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.