POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une halte à la mémoire de Djaout
CONFERENCE-HOMMAGE AU STAND DE L'ANEP
Publié dans L'Expression le 08 - 11 - 2006

Ecrivains, journalistes, éditeurs, amis et famille du défunt, tous étaient présents à cette occasion pour marquer une halte commémorative.
«Le silence, c'est la mort. Toi, si tu parles tu meurs, si tu te tais tu meurs, alors dis et meurs.» Tel était le principe défendu par l'écrivain-journaliste, le défunt Tahar Djaout. L'auteur privilégiait toujours l'expression et le débat. Il les a défendus à travers ses idées et surtout à travers ses écrits.
C'est dans ce même principe que la 11e édition du Salon du livre d'Alger est organisée cette année, d'autant plus qu'elle est placée sous le thème «Ecriture et émancipation». Par cette occasion, une conférence-hommage a été consacrée à feu Tahar Djaout, avant-hier soir, au stand de l'Anep.
Ecrivains, journalistes, éditeurs, amis et famille du défunt, tous étaient présents à cette occasion pour marquer cette halte commémorative en sa mémoire. Ses anciens compagnons dans sa carrière de journaliste, ont tous apporté leurs témoignages. De l'avis de ces derniers, l'écriture a toujours, et ce, à travers le temps, reflété la nécessité d'émancipation. Avec une analyse plus profonde des idées du défunt, on trouve que ce même slogan du Sila représentait le combat mené par Tahar Djaout pour défendre les libertés individuelles.
Le premier témoignage est venu de la journaliste italienne kidnappée en Irak, Juiliana Sgrena, qui a déclaré que Djaout a su mener et suivre son combat jusqu'au jour de son assassinat. «Même si je ne l'ai pas rencontré souvent, je témoigne de son amour pour son peuple et son pays. Je me rappelle qu'il me racontait avec beaucoup de regret, ce qui se passait dans son pays.» Tous les autres intervenants ont rappelé son parcours de journaliste, d'écrivain, de combattant des libertés. «Tahar était une force tranquille. Un homme fort dans ses convictions. Il a toujours défendu ses idées. Il était un modèle de sagesse. Je trouve qu' il m'est difficile de parler de lui», a déclaré son ancien directeur de publication à Algérie Actualité.
Ahmed Ben Alam a apporté, à son tour, son témoignage, en tant qu'ancien collègue du défunt, sur ce premier journaliste assassiné sous les balles des barbares. «Djaout était un intellectuel très droit. Il n'a jamais accepté les manipulations politiques.» La situation de l'Algérie exigeait de lui de prendre une décision, mais il a accepté de défendre le principe de la liberté.
Il voulait transmettre à tous ses concitoyens, par les moyens les plus simples, le message de liberté, d'amour et la coexistence pacifique. Il favorisait le dialogue.
Il aimait la discussion. Il oubliait les divergences politiques et idéologiques, quand il s'agissait de défendre un principe sain et honnête, ont-t-ils témoigné. Le défunt était également une passerelle entre les arabophones et les francophones.
Dans une citation, il a dit: «J'ai deux désirs: le premier est de traduire le monde au point de le rendre transparent, le second, est de bouleverser le monde pour le construire autrement». A travers ce passage, ce désir de faciliter les choses aux gens pour qu'ils se comprennent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.