Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La bataille d'Alger a un demi-siècle
GUERRE DE LIBERATION
Publié dans L'Expression le 06 - 01 - 2007

Aucune suite n'a été réservée aux déclarations gravissimes de Paul Aussaresses et consorts.
Le cinquantième anniversaire de la bataille d'Alger intervient, cette année, dans une conjoncture particulière: la mort du grand réalisateur du film du même nom, l'italien Gillo Pontecorvo et surtout le refus de la France officielle de présenter des excuses officielles aux Algériens, pour les crimes avoués, perpétrés par la machine de guerre coloniale, engagée le 7 janvier 1957 par l'armée coloniale, marquant un tournant dans la guerre de Libération. Les deux principaux protagonistes de cette guérilla urbaine, qui devait durer neuf mois, furent le général Jacques Massu, commandant de la 10e division parachutiste, et Yacef Saâdi, chef militaire de la zone autonome d'Alger. Yacef Saâdi était, à Alger, à la tête d'un réseau de poseurs de bombes fabriquées par un étudiant en médecine, Abderrahmane Taleb. De janvier à mars 1957, quelque 180 attentats ont été perpétrés dans la capitale. Les bombes étaient posées dans des lieux symboliques fréquentés par la société européenne: Milk-Bar, Cafétéria, Otomatic, Grande Poste. Les premières furent placées en septembre 1956, la dernière, qui fit 9 morts, le 9 juin 1957, au Casino de la Corniche, trois mois avant l'arrestation de Yacef Saâdi. Pour le général Massu, l'enjeu était de briser les réseaux du Front de libération nationale (FLN, dirigeant du mouvement insurrectionnel) et de chasser les «rebelles» d'Alger par tous les moyens. Entre 8000 et 10.000 «paras», appelés les «léopards» à cause de leur treillis bariolé, furent déployés dans Alger, organisant un strict quadrillage de la ville, opérant des arrestations de masse, assignant des suspects dans des «centres de tri» et procédant, parfois, à des exécutions sommaires. Larbi Ben M'Hidi, capturé en janvier 1957, fut ainsi étranglé pendant sa détention, selon un aveu tardif du général Paul Aussaresses, un des principaux acteurs de la bataille d'Alger. Le général Massu a reconnu avoir autorisé la torture pour arracher des renseignements aux prisonniers. Des aveux qui seront restés sans suite, en dépit du tollé soulevé par ces déclarations gravissimes. Par ailleurs, accusé par Louizette Ighilahriz de torture, le général Marcel Bigeard, l'un des principaux acteurs de la bataille d'Alger, a, par le passé, démenti avoir usé de cette pratique, tout en la qualifiant de «mal nécessaire». Marcel Bigeard, alors colonel, dirigeait le 3e régiment de parachutistes coloniaux (RPC) et était placé sous les ordres du général Jacques Massu, commandant la 10e division de parachutistes. Louisette Ighilahriz avait mis en cause Massu et Bigeard comme les «commanditaires» du «sale boulot» commis par le capitaine Graziani. A noter qu'en pleine guerre, des civils se sont élevés contre la torture: l'ethnologue Germaine Tillion, l'historien Pierre Vidal-Naquet ou les journalistes Henri Alleg, auteur d'un pamphlet interdit La Question, et Jean-Jacques Servan-Schreiber, fondateur de l'Express, auteur de Lieutenant en Algérie, inspirateur du général de la Bollardière.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.