Trophée The Best : Messi devance Van Djik pour le titre de joueur de l'année    L'heure d'assumer de lourdes responsabilités a sonné    Tribunal militaire de Blida (Urgent) : Saïd Bouteflika se retire de l'audience    Les victimes protestent et réclament leur argent    Démission de Salima Ghezali de l'APN    Mohamed Charfi rassure les Algériens    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La galaxie harraga
RENCONTRE-DEBAT AUTOUR DE LA MIGRATION CLANDESTINE
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2007

«Un problème clairement énoncé est à moitié résolu» dit l'adage. On ne sait pas grand-chose sur le phénomène harraga. Il était temps de commencer à étudier le phénomène.
Enfin, les autorités daignent organiser un colloque sur le phénomène des harraga. Jusqu'à ce jour, on avait l'impression que ce problème ne nous concernait pas et qu'il n'intéressait que quelques martiens d'une planète lointaine, peut-être située dans une autre galaxie.
Non, les gens qui prennent une barque de fortune, au péril de leur vie, ne sont pas des Algériens. Ils sont venus on ne sait d'où, et s'ils fuient ce pays, c'est pour des raisons que le commun des mortels ignore. En tant que Martiens, ils sont libres d'aller et venir, de prendre le bateau, de mourir au large, de pourrir dans un centre de regroupement à Lampedusa. N'étant pas de chez nous, ils sont donc autorisés à quitter le pays sans expliquer leur motivation.
Sans mobile apparent. La question, que vous vous posez et nous le devinons est la suivante: «Mais qui donc a eu l'idée géniale d'organiser cette rencontre».
Réponse: La rencontre qui aura lieu demain est organisée par le docteur Ould Abbès au siège du ministère de la Solidarité nationale, sous le thème: «Débat autour des jeunes expulsés d'Europe et des harraga». Les textes suivants seront, nous dit-on, débattus: présentation de l'état des lieux à partir de témoignages vivants. Echange d'informations et de données sur le phénomène d'immigration clandestine et de séjours irréguliers. Définition des principales causes de l'immigration clandestine et de ses effets sur les jeunes. Plaidoyer pour un plan de sensibilisation et d'information des jeunes et de leur entourage immédiat. Présentation de la stratégie d'action de lutte contre le départ des jeunes vers l'étranger, clandestinement. Les organismes qui sont invités à participer à cette rencontre sont différents instituts de recherche, parmi lesquels le Cnes, l'ONS, le Crasc, le Cread, l'ETF, l'IMF, l'Onlct, les représentants de différents ministères et institutions de l'Etat, des associations, des consultants et de jeunes témoins.
Avec une telle assistance, on peut dire que ce n'est pas une rencontre réduite. Si toutes ces instituions de la République et tout cet aréopage de chercheurs et de penseurs se penchent sur la question, on risque enfin, pour une fois de savoir le fin mot de l'affaire, n'est-ce pas? comme disait ce vieil instituteur, qu'«un problème bien énoncé est déjà à moitié résolu?» On peut légitimement espérer qu'après avoir étudié le problème sous toutes les facettes et dans toutes ses coutures, on finira bien par trouver des solutions.
Cela dit, vous remarquerez que le terme employé est celui de l'immigration, c'est-à-dire les gens qui viennent chez nous en Algérie, et non pas ceux qui s'en vont clandestinement. Déjà à ce niveau, il y a quelque chose qui cloche. Soit on confond les deux problèmes, soit c'est fait sciemment, et là ça pose d'autres questions, tout aussi pertinentes. Quant à savoir pourquoi c'est au ministère de la solidarité qu'échoit l'étude d'un dossier aussi épineux, c'est une paire de manches! Les harraga et les migrants clandos dans le couffin et la chorba du Ramadhan, il fallait le faire. Les harraga sont-ils des assistés? En fait, on voit bien qu'ils refusent obstinément l'assistanat de M.Ould Abbès, puisqu'on continue de repêcher leurs corps dans les eaux de la Méditerranée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.