Décès d'un militaire dans un accrochage avec un groupe terroriste à Jijel    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Pétrole : le Brut de l'Opep à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l'Opep+    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    Des parlementaires britanniques interpellent leur gouvernement sur la répression marocaine au Sahara occidental    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    L'AADL met en demeure le groupe Aceg-Chine    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Le gouvernement Castex contredit Macron    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Tesla rappelle 870 voitures en Chine    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    Combat «Don quichotien» ?    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un débat de chiffonniers
INTERDICTION DE LA BURQA EN FRANCE
Publié dans L'Expression le 26 - 01 - 2010

Alors que 80% des femmes qui portent la burqa sont des Françaises converties à l'Islam, le secrétaire général de l'UMP souhaite que soit retiré à toute étrangère dans cette situation, l'accès à la nationalité française.
Il a remis ça dimanche, au cours de l'émission de télévision «7 à voir». La droite républicaine se lepénise-t-elle? L'ancien ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité du gouvernement Fillon entre juin 2007 et janvier 2009, élu secrétaire général de l'UMP le 24 janvier 2009, ne fait pas dans la dentelle. Les musulmanes d'origine étrangère portant la burqa n'ont qu'à bien se tenir. L'accès à la nationalité française risque de leur être interdit. C'est ce que propose le premier responsable du parti majoritaire de l'Hexagone. «Dans cette loi, je souhaite que figure une disposition très simple, une disposition très claire: une personne qui porte la burqa ne pourra pas acquérir la nationalité française. Parce que si vous voulez devenir Français, il faut montrer votre volonté de vous intégrer», a déclaré Xavier Bertrand qui présentait les voeux de son Mouvement, le 17 janvier, à Nice. Quelques jours auparavant, c'était le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale qui préconisait une amende de 750 euros dans le cadre de la future loi contre le port de la burqa. Dans le cas où cette dernière venait à être votée car, pour le moment, il est question de faire adopter dans un premier temps, une résolution. Quelque chose de fort. De contraignant, qui n'est pas une loi mais qui en possèderait la force. En attendant que les violons s'accordent chez ceux qui ont décidé de sévir, chacun tente de tirer un bout de tissu à soi. La France, à travers cet inutile débat, aura peut-être offert le spectacle le plus ridicule de son histoire. Plus proche de la pitrerie que des préoccupations citoyennes: l'emploi, le pouvoir d'achat. Au début de la polémique, un rapport des services de police faisait mention de 367 femmes qui porteraient la burqa à travers l'ensemble du territoire français. Pas de quoi fouetter un chat. Pas de quoi mettre la République en péril! Les chiffres ont très vite gonflé. Pour la circonstance certainement. De nouvelles statistiques faisaient mention de quelque 2000 femmes qui auraient adopté ce type de vêtement. Le débat pouvait prendre son envergure nationale. Le danger devenait subitement beaucoup plus sérieux et plus perceptible. Comme l'on est en démocratie, on déclara l'espace publique menacé. Le religieux grignotait de l'espace. La laïcité était jugée en danger. Comment proclamer l'état d'urgence? Chacun y est allé à sa manière.
Les uns prônaient son interdiction dans les espaces publics, les administrations. D'autres proposaient que les porteuses de burqa montrent leur visage au moment d'emprunter les transports, ou encore lorsqu'elles vont récupérer leurs enfants à l'école...D'autres seraient favorables à son interdiction pure et simple. Comme le souhaiteraient d'ailleurs 57% des Français selon un récent sondage. Signalons tout de même que 37% s'en fichent complètement. Un beau méli-mélo qui ressemblerait beaucoup plus à une bataille de chiffonniers. Celles qui sont concernées au premier chef jurent sur leur Dieu que c'est librement qu'elles ont choisi de se voiler.
Par pure conviction religieuse. Faux, répondent en choeur ceux qui leur veulent du bien. Ceux qui les considèrent comme asservies par leurs époux. A commencer par le président de la République française. «C'est un problème de liberté, de dignité de la femme. Ce n'est pas un signe religieux mais un signe d'asservissement, d'abaissement», a estimé, sans doute outré, le locataire de l'Elysée. Sarkozy s'est-il aventuré en terrain miné sans en mesurer les conséquences? En déclarant que «la burqa n'était pas la bienvenue en France», le 22 juin lors d'un historique congrès à Versailles, cela faisait 150 ans qu'un président français ne s'était pas exprimé face aux sénateurs et aux députés en même temps, il ne s'imaginait sans doute pas que son projet allait se télescoper avec le débat sur l'identité nationale, les minarets et l'immigration. Ce qui allait inévitablement déboucher sur la stigmatisation de la religion musulmane.
Les dérapages, les glissades racistes pour certains et malencontreuses pour d'autres, plus indulgents, allaient se succéder. Hortefeux, Nadine Morano, Gaudin...Sans crier gare, l'interdiction du port de la burqa s'y est frayée un chemin dans lequel elle repose solidement. Elle a revêtu une carapace de vêtement religieux que tentent de battre en brèche les représentants d'un Islam plus modéré, appelés à la rescousse par ceux qui ont décidé de le bannir au nom de la loi républicaine. «La burqa est une prison. Oui, il faut interdire la burqa», a martelé devant plus de 3000 militants Xavier Bertrand.
Plus de cinq ans après la promulgation de la loi du gouvernement Raffarin, ancien Premier ministre de Jacques Chirac, en mars 2004, interdisant le port du voile à l'école, le gouvernement de Nicolas Sarkozy prend le risque de faire voter une loi qui, non seulement confinerait quelques musulmanes à l'intérieur de leurs foyers, mais les priverait d'un de leur droit le plus élémentaire: celui de disposer librement de leur manière de se vêtir. Une affaire de Chiffons!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.