Sahara occidental: le Conseil de sécurité proroge le mandat de la MINURSO d'une année    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    Wolves : Rayan Aït-Nouri décisif pour ses grands débuts (Vidéo)    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fille des Aurès
La nouvelle de Yasmina Hanane
Publié dans Liberté le 10 - 09 - 2011

Résumé : Athmane dévoile à son amie qu'il avait déjà pris les devants pour lui dénicher un travail. Hakima ne pourra plus reculer, elle aura ainsi l'occasion de gagner sa vie toute en faisant des études supérieures. Athmane lui dévoile aussi une face de la société. Une face hideuse, dont elle ignorait jusque-là l'existence.
24eme partie
Hakima ecarquille les yeux :
- Et, et il a… Il a accepté ?
- Bien sûr, il est pressé de te rencontrer.
Hakima marque un moment d'hésitation qui n'échappa pas à Athmane :
- Quoi cela ne t'arrange pas?
- Non, non… Il y a juste…
- Qui y a-t-il ?
- Tu sais bien que je ne me suis pas encore inscrite à l'université.
- Le problème ne se pose plus, puisque les inscriptions viennent à peine de commencer. Nous avons encore du temps devant nous.
- Je sais, mais… Enfin vois-tu Athmane, je ne peux pas encore connaître mon emploi de temps et je ne veux pas te décevoir non plus. Quand devrais-je commencer ce boulot chez M. Malek ?
- Tu acceptes donc ?
Hakima hausse les épaules :
- Ai-je d'autre choix?
- Tu n'en as absolument pas, mais je peux t'assurer que tu as beaucoup de chance ma chère. Un “job” de nos jours, ça ne court pas les rues.
- Je t'en suis reconnaissante Athmane, mais je ne pourrais donner mon consentement définitif, sans avoir rencontré ce M. Malek et ses enfants. Au fait, sa femme est-elle au courant ?
Athmane la regarde :
- En quoi cela t'importe t-il ?
- Cela m'importe beaucoup, je n'aimerais pas me retrouver dans une maison, à garder des enfants, alors que la maman n'est même pas au courant.
Il sourit :
- Tu as peur qu'elle te prenne pour une intruse qui va lui chiper son mari ?
À ces mots, Hakima devient écarlate. Elle se rappelle d'un coup ce qui s'était passé deux années auparavant, alors que sa “maman” l'avait emmenée chez elle un week-end. Elle tremblait encore de rage, rien qu'a l'idée d'avoir pu être violée ce jour-là par un homme sans foi, ni loi. Elle relève brusquement la tête et lance :
- Je n'aimerais pas servir de bouc émissaire à une situation familiale qui ne semble pas des meilleures.
Athmane met une main sur son épaule :
- Ne t'inquiète donc pas, M. Malek n'est pas né de la dernière pluie, il est intelligent et sait gérer sa “situation”. Si tu ne veux pas t'y rendre seule, nous irons ensemble lui rendre visite dès que tu seras libre, et tu verras que tu ne pourras pas tomber sur un “job” aussi simple et aussi bien rémunéré.
- Vous avez discuté aussi de rémunération ?
- Bien sûr, tu crois que je te laisserais faire l'esclave Hakima? J'ai spécifié à cet homme que si tu devais travailler, c'est parce que tu en avais grandement besoin. Il était plutôt content de tomber sur une fille jeune et instruite pour prendre en charge ses enfants, et il n'a pas lésiné pour proposer un cachet assez consistant.
Hakima se tut. Un volcan grondait en elle. Va-t-elle encore hésiter ? Athmane s'est donné tellement de mal pour elle. Et elle était encore indécise, alors que ce boulot lui permettrait de réaliser ses rêves. Elle pousse un soupir qui n'échappa pas à son ami.
- Alors ? Toujours hésitante ?
Elle lève une main comme pour se protéger :
- Je vais tenter l'aventure.
- Tu ne le regretteras pas…
- Je l'espère…
Je suis certain que tu t'y plairas chez M. Malek. Heu, j'ai oublié de te dire qu'il possède une bibliothèque qui te fera bondir de joie.
Elle sourit :
- Tu crois que j'aurais le temps de lire ?
- Mais tu en auras besoin. Que tu le veuille ou pas, tu vas devoir te documenter pour tes études. N'est-ce pas là une autre opportunité pour toi ?
Elle rit :
- Tu as pensé à tout Athmane.
(À suivre)
Y. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.