Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : L'université algérienne dotée d'un statut particulier    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    LES HABITANTS RENCONTRENT LES REPRESENTANTS DU WALI D'ORAN : Tafraoui classée commune à risque    Liverpool à quatre matchs d'un sacre en Angleterre    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    "Halte aux pratiques liberticides !"    La mobilisation se poursuit à Montréal    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    «2020 sera l'année de l'amélioration du service public»    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le chef d'état-major des armées français en visite en Algérie
Paris presse Alger de participer à l'expédition en Libye
Publié dans Liberté le 13 - 09 - 2014

Le chef d'état-major des armées français, le général Pierre de Villiers, effectue, aujourd'hui, une visite de trois jours en Algérie. Il sera reçu par le vice-ministre de la Défense et chef d'état-major, le général Gaïd Salah, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, ainsi que par le ministre délégué chargé des Affaires africaines et maghrébines, Abdelkader Messahel, selon un communiqué. Il est précisé qu'il se rendra également à Biskra relevant de la VIe Région militaire.
Cette visite intervient, selon le document, dans le sillage de celle du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le mois de mai dernier, et dans le cadre du suivi de la visite d'Etat effectuée par le président Hollande en 2012. Il s'agit, autre précision, "de poursuivre la concertation entre la France et l'Algérie sur toutes les questions régionales et la nécessité de lutter ensemble contre le danger commun que représente le terrorisme pour l'ensemble de la région".
Ce que ne précise pas, en revanche, le communiqué français, c'est que cette visite importante intervient trois jours après la sortie médiatique du ministre de la Défense, M. Le Drian, qui a clairement annoncé l'intention de son pays d'intervenir en Libye. "Nous devons agir en Libye", a-t-il déclaré. Et pour appuyer cette nécessité d'une action militaire, le ministre rappelle l'intervention au Mali. "Rappelons-nous ce que nous avons collectivement entrepris et réussi au Mali : une opération militaire de grande ampleur pour libérer ce pays de la menace jihadiste, et un processus politique démocratique. La dégradation de la situation sécuritaire en Libye pourrait entamer cet acquis. J'alerte aujourd'hui sur la gravité de la situation en Libye", a-t-il déclaré au Figaro.
"Le Sud libyen est une sorte de hub où les groupes terroristes viennent s'approvisionner, y compris en armes, et se réorganiser. Leurs principaux chefs, l'‘émir' Droukdel ou Mokhtar Belmokhtar, y transitent régulièrement. Au Nord, les centres politiques et économiques du pays sont désormais menacés d'être contrôlés par ces jihadistes. Or, la Libye est à la fois la porte de l'Europe et du Sahara", a-t-il ajouté pour justifier une intervention militaire "collective", s'entend. Et le ministre de suggérer une piste : déplacer le dispositif Barkhane vers la frontière libyenne. "Cela se fait, révèle-t-il, en bonne intelligence avec les Algériens, qui sont des acteurs majeurs de cette région et dont c'est aussi l'intérêt." Autrement dit, la France préfère l'option militaire en Libye et semble ne pas tenir compte du tout de la proposition d'une solution politique. Et elle veut qu'elle rejoigne d'une manière directe ou indirecte l'opération en préparation. Ce qui expliquerait en partie la visite du chef d'état-major des armées français et surtout son déplacement à Biskra, ville où est l'école où sont formés les para-commandos et une base de l'aviation de l'ANP.
L'Algérie, qui a déjà mobilisé une grande force à sa frontière et dans le but de faire face à toute tentative d'infiltration de terroristes, reste rivée à son sacré principe de non-intervention à l'étranger. Et les pressions françaises, c'est bien le cas, sont faites pour ramener Alger à revoir cette position "rigide" et s'impliquer davantage dans ce combat contre le terrorisme. D'où l'appel de Jean-Yves Le Drian et la visite du général Pierre de Villiers. En clair, la question de l'intervention française en Libye est tranchée, reste maintenant à convaincre les pays voisins de participer à cet effort.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.