Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'opposition affirme voter contre
Clôture du débat autour du plan d'action du gouvernement
Publié dans Liberté le 20 - 09 - 2017

Les députés de l'opposition parlementaire n'y sont pas allés de main morte, lors de leurs interventions, hier, dans le débat autour du plan d'action du gouvernement.
Les chefs des groupes parlementaires du Parti des travailleurs (PT), du Front des forces socialistes (FFS), de l'alliance Ennahda, El-Adala et El-Bina, du Mouvement de la société pour la paix (MSP) et les députés du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) le parti n'ayant pas de groupe, ont, en effet, accordé leurs violons pour dénoncer le plan d'action proposé par le gouvernement Ouyahia qui, selon eux, est loin d'être porteur des mesures attendues pour dépasser la crise affectant le pays. Une crise qu'ils estiment "politique et non pas économique ou financière" telle qu'elle est présentée par le gouvernement et le pouvoir. Pour l'opposition, le fait qu'il reconnaisse la crise, Ouyahia ne fait en réalité qu'avouer "l'échec" des politiques adoptées par les gouvernements successifs. "Aujourd'hui, vous justifiez la crise économique et financière par la chute des recettes pétrolière de 50% et donc le manque des ressources financières, mais la situation actuelle est en vérité le résultat des politiques successives adoptées par les différents gouvernements depuis des années. Le problème capital est l'absence de contrôle et de suivi des projets, de l'argent public et des biens de la collectivité nationale des pratiques des groupes d'intérêts prédateurs qu ont détourné et phagocyté l'argent du Trésor public", a dénoncé Djeloul Djoudi, chef du groupe parlementaire du PT pour qui le recours au financement non conventionnel (planche à billets) est loin de constituer une solution à la crise. Il avertit qu'il aura des répercussions "à très court terme négativement sur le pouvoir d'achat des citoyens". Le président du RCD, Mohcine Belabbas, pour sa part, accuse le gouvernement Ouyahia de "limiter l'ampleur de la crise structurelle et multidimensionnelle en crise financière conjoncturelle et passagère". "Vous croyez que le recours à la planche à billets permettrait à votre gouvernement de régler les dettes de l'Etat et de persister à faire fonctionner l'économie nationale à l'aide de la commande publique pour continuer à enrichir votre clientèle et appauvrir les citoyens qui aspirent à la liberté". Pour M. Belabbas, les arguments avancés par Ouyhia sont loin d'être convainquants, en ce sens que l'économie nationale n'est pas comparable à celles des pays développés tels que le Japon ou les USA, cités en exemple par le Premier ministre. Le leader du RCD a conclu par annoncer que les députés de son parti "voteront contre le plan d'action d'un gouvernement qui a réussi l'exploit d'appauvrir l'Etat et les populations après une disponibilité financière jamais égalée et qui prépare le lit à la faillite générale du pays (...)". Pour le chef du groupe parlementaire du FFS, Chafaa Bouïche, "la crise est avant tout politique". Aussi, réitère-t-il l'appel de son parti à l'ouverture d'un dialogue national "global et inclusif" pour aller vers le "consensus". Même son de cloche chez les chefs des groupes parlementaires des partis islamistes du MSP et de l'alliance Ennahda, El-Adala et El-Bina qui défendent, à quelques détails près, l'option du dialogue et d'une solution politique à la crise multidimensionnelle. De leur côté, les chefs des groupes parlementaires des partis au pouvoir ont exprimé leur "soutien indéfectible" au gouvernement Ouyahia et au président Boutefilka.
Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.