2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'opposition affirme voter contre
Clôture du débat autour du plan d'action du gouvernement
Publié dans Liberté le 20 - 09 - 2017

Les députés de l'opposition parlementaire n'y sont pas allés de main morte, lors de leurs interventions, hier, dans le débat autour du plan d'action du gouvernement.
Les chefs des groupes parlementaires du Parti des travailleurs (PT), du Front des forces socialistes (FFS), de l'alliance Ennahda, El-Adala et El-Bina, du Mouvement de la société pour la paix (MSP) et les députés du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) le parti n'ayant pas de groupe, ont, en effet, accordé leurs violons pour dénoncer le plan d'action proposé par le gouvernement Ouyahia qui, selon eux, est loin d'être porteur des mesures attendues pour dépasser la crise affectant le pays. Une crise qu'ils estiment "politique et non pas économique ou financière" telle qu'elle est présentée par le gouvernement et le pouvoir. Pour l'opposition, le fait qu'il reconnaisse la crise, Ouyahia ne fait en réalité qu'avouer "l'échec" des politiques adoptées par les gouvernements successifs. "Aujourd'hui, vous justifiez la crise économique et financière par la chute des recettes pétrolière de 50% et donc le manque des ressources financières, mais la situation actuelle est en vérité le résultat des politiques successives adoptées par les différents gouvernements depuis des années. Le problème capital est l'absence de contrôle et de suivi des projets, de l'argent public et des biens de la collectivité nationale des pratiques des groupes d'intérêts prédateurs qu ont détourné et phagocyté l'argent du Trésor public", a dénoncé Djeloul Djoudi, chef du groupe parlementaire du PT pour qui le recours au financement non conventionnel (planche à billets) est loin de constituer une solution à la crise. Il avertit qu'il aura des répercussions "à très court terme négativement sur le pouvoir d'achat des citoyens". Le président du RCD, Mohcine Belabbas, pour sa part, accuse le gouvernement Ouyahia de "limiter l'ampleur de la crise structurelle et multidimensionnelle en crise financière conjoncturelle et passagère". "Vous croyez que le recours à la planche à billets permettrait à votre gouvernement de régler les dettes de l'Etat et de persister à faire fonctionner l'économie nationale à l'aide de la commande publique pour continuer à enrichir votre clientèle et appauvrir les citoyens qui aspirent à la liberté". Pour M. Belabbas, les arguments avancés par Ouyhia sont loin d'être convainquants, en ce sens que l'économie nationale n'est pas comparable à celles des pays développés tels que le Japon ou les USA, cités en exemple par le Premier ministre. Le leader du RCD a conclu par annoncer que les députés de son parti "voteront contre le plan d'action d'un gouvernement qui a réussi l'exploit d'appauvrir l'Etat et les populations après une disponibilité financière jamais égalée et qui prépare le lit à la faillite générale du pays (...)". Pour le chef du groupe parlementaire du FFS, Chafaa Bouïche, "la crise est avant tout politique". Aussi, réitère-t-il l'appel de son parti à l'ouverture d'un dialogue national "global et inclusif" pour aller vers le "consensus". Même son de cloche chez les chefs des groupes parlementaires des partis islamistes du MSP et de l'alliance Ennahda, El-Adala et El-Bina qui défendent, à quelques détails près, l'option du dialogue et d'une solution politique à la crise multidimensionnelle. De leur côté, les chefs des groupes parlementaires des partis au pouvoir ont exprimé leur "soutien indéfectible" au gouvernement Ouyahia et au président Boutefilka.
Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.