Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Des changements et des postures    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    La "Mastercard" et la "Carte Visa" arrivent    Trump a demandé 8 fois à voir Rohani lors de l'AG de l'ONU    Les pays arabes creusent    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    Guéguerre interne au FFS    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Ould Abbes : "L'armée ne fait pas de politique"    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louisa Hanoune charge les partis du pouvoir
Elle les accuse d'empêcher la promotion de Tamazight et de constituer un danger pour le pays
Publié dans Liberté le 14 - 12 - 2017

Accusé, à tort ou à raison, d'avoir été à l'origine des manifestations qui secouent depuis quelques jours la Kabylie, en écho au refus de la commission idoine de l'Assemblée d'un amendement dans la loi de finances 2018 sur la promotion de tamazight, le PT, auteur de la proposition, n'a pas manqué de charger les partis du pouvoir, seuls à devoir "assumer", selon lui, toutes "les conséquences" de leur refus d'offrir tous les moyens pour l'épanouissement de cette langue. "Ceux qui parlent de manipulation méprisent les étudiants et le peuple algérien", soutient Louisa Hanoune lors d'une conférence de presse animée hier à Alger. "Ils osent accuser le PT de manipulation, toute honte bue ! Les partis de la majorité et de l'allégeance portent seuls la responsabilité des conséquences des développements induits par le refus de l'amendement sur la promotion de tamazight et la création de postes d'emploi", affirme-t-elle. Selon la secrétaire du PT dont le parti proposait, en vain, l'amendement depuis 2002, la réaction de la population, si elle n'était pas prévisible, illustre des changements au sein de la société. "Pourquoi y a-t-il eu manifestations cette fois-ci alors que cela fait quinze ans que nous proposons l'amendement ? En réalité la situation générale de l'Algérie d'aujourd'hui n'est plus celle de 2003 (...) lorsqu'il y a colère, indignation ou tension sociale, personne ne sait quel événement peut créer le déclic", dit-elle.
"Avec cette dynamique, l'université reprend son rôle. Même les lycéens ont participé. Ceux qui croient que les lycéens ne sont pas concernés se trompent", estime-t-elle encore, considérant "qu'il est tout à fait normal que la dynamique vient de Kabylie, bastion des luttes". Si elle rejette l'accusation de manipulation qui cible son parti, Louisa Hanoune soutient, cependant, qu'il peut y avoir des opportunistes qui peuvent surfer sur cette vague contestataire. "Qu'il y ait des manipulateurs, des aventuriers qui s'infiltrent dans le mouvement et essayent de le chevaucher et de le détourner, cela est normal et survient dans tous les pays du monde", souligne-t-elle en évoquant le cas du MAK (Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie) dont les partisans ont été "isolés" par les manifestants, selon elle. "Faut-il rappeler que le MAK est contre la constitutionnalisation de tamazight ? Au contraire, il veut la ghettoïser (...)". Mais elle ne s'étonne pas que l'accusation de "manipulation" vienne du FLN. "Que le FLN le dise ne nous surprend pas, car c'est le même parti qui a nié tamazight depuis l'Indépendance, son idéologie étant basée sur l'arabo-baâthisme", rappelle Louisa Hanoune.
Aussi disculpe-t-elle l'opposition. "Les partis de l'opposition n'assument pas la responsabilité de ce qui s'est passé ou de ce qui peut se passer. En janvier, les prix des produits (...) vont augmenter à cause de la hausse des prix du carburant. Est-ce le PT qui va assumer les conséquences de ces augmentations ou ceux qui ont voté pour cette loi de finances anticonstitutionnelle ?". Toutefois, elle s'est étonnée de la réaction du FFS et du RCD à l'égard de son parti. "Je ne comprends pas. Je suis surprise. Mais il est certain que je ne vais pas tomber dans le piège de la diversion."
Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.