APN: une plénière mercredi prochain pour élire un nouveau président    Prix Nobel d'économie 2018 : tendances et espoirs    Sommet de l'Alliance présidentielle aujourd'hui    La direction du FFS poursuit sa purge    Bye-bye Monsieur le Président !    Le Salon international du bâtiment ouvert à Constantine    Cap sur l'exploration    Pas plus de 4 minutes en consultation !    Kashoggi, de placard en placards    Belle opération du WA Tlemcen    Ça nous tuerait !    Les Mouloudéens pansent leurs plaies    Malgré l'instruction de Benghabrit    Les étudiants contestent «les choix incohérents» de la plateforme numérique    3es journées médico-chirurgicales à Aïn-Témouchent    Pourquoi eux et à ce moment précis de l'histoire ?    Ratage    Incidents à l'issue du match CABBA-MCA: Envahissement de terrain et des blessés à Bordj Bou Arreridj    Développement du tourisme: Que d'occasions ratées !    Autorité de régulation de la presse écrite: «Tout est prêt» pour sa mise en place    Une décision anti-palestinienne occultée par le scandale de l'assassinat de Khashoggi    Tissemsilt: 17 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Annaba: Quelle gestion pour les déchets ?    Violence dans les stades: Passivité et impunité envers les instigateurs    L'étude technique en phase d'achèvement: Entrée en vigueur du nouveau plan de circulation début 2019    Où est le bout du tunnel ?    Tlemcen: Imams contre groupes radicaux    Bouteflika rappelle le droit des médias à l'accès à l'information    Les volets sécuritaire et économique sont à l'ordre du jour    Rixe et mort de Khashoggi au consulat : Trump juge les explications de Riyad "crédibles"    «Pas moins de 60.000 unités de logement seront distribuées cette semaine»    Commerce : Près de 170 000 infractions constatées durant les 9 premiers mois    Effondrement d'un mur d'une bâtisse menaçant ruine    L'idéologie du dumper    L'école, la famille et les clubs responsabilisés    La nuisance des fake news    Baisse de 2,6% de la production industrielle    Bourses : Les places européennes finissent la semaine en ordre dispersé    Des idées et des propositions de réflexion pour relancer le secteur    Du théâtre-cabaret avec un assaisonnement italien    Le WAT rejoint le MCEE à la deuxième place    Palais de la culture «Moufdi Zakaria»    Sahara occidental: Six plaintes contre des groupes français    FFS: Un «changement de système par une approche consensuelle et pacifique»    France : Massacres d'Octobre 1961, contexte et jeux politiques    Sale temps pour les Al Saoud    Elections législatives en Afghanistan : Sous la menace des talibans    Expulsion de l'ambassadrice vénézuélienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louisa Hanoune charge les partis du pouvoir
Elle les accuse d'empêcher la promotion de Tamazight et de constituer un danger pour le pays
Publié dans Liberté le 14 - 12 - 2017

Accusé, à tort ou à raison, d'avoir été à l'origine des manifestations qui secouent depuis quelques jours la Kabylie, en écho au refus de la commission idoine de l'Assemblée d'un amendement dans la loi de finances 2018 sur la promotion de tamazight, le PT, auteur de la proposition, n'a pas manqué de charger les partis du pouvoir, seuls à devoir "assumer", selon lui, toutes "les conséquences" de leur refus d'offrir tous les moyens pour l'épanouissement de cette langue. "Ceux qui parlent de manipulation méprisent les étudiants et le peuple algérien", soutient Louisa Hanoune lors d'une conférence de presse animée hier à Alger. "Ils osent accuser le PT de manipulation, toute honte bue ! Les partis de la majorité et de l'allégeance portent seuls la responsabilité des conséquences des développements induits par le refus de l'amendement sur la promotion de tamazight et la création de postes d'emploi", affirme-t-elle. Selon la secrétaire du PT dont le parti proposait, en vain, l'amendement depuis 2002, la réaction de la population, si elle n'était pas prévisible, illustre des changements au sein de la société. "Pourquoi y a-t-il eu manifestations cette fois-ci alors que cela fait quinze ans que nous proposons l'amendement ? En réalité la situation générale de l'Algérie d'aujourd'hui n'est plus celle de 2003 (...) lorsqu'il y a colère, indignation ou tension sociale, personne ne sait quel événement peut créer le déclic", dit-elle.
"Avec cette dynamique, l'université reprend son rôle. Même les lycéens ont participé. Ceux qui croient que les lycéens ne sont pas concernés se trompent", estime-t-elle encore, considérant "qu'il est tout à fait normal que la dynamique vient de Kabylie, bastion des luttes". Si elle rejette l'accusation de manipulation qui cible son parti, Louisa Hanoune soutient, cependant, qu'il peut y avoir des opportunistes qui peuvent surfer sur cette vague contestataire. "Qu'il y ait des manipulateurs, des aventuriers qui s'infiltrent dans le mouvement et essayent de le chevaucher et de le détourner, cela est normal et survient dans tous les pays du monde", souligne-t-elle en évoquant le cas du MAK (Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie) dont les partisans ont été "isolés" par les manifestants, selon elle. "Faut-il rappeler que le MAK est contre la constitutionnalisation de tamazight ? Au contraire, il veut la ghettoïser (...)". Mais elle ne s'étonne pas que l'accusation de "manipulation" vienne du FLN. "Que le FLN le dise ne nous surprend pas, car c'est le même parti qui a nié tamazight depuis l'Indépendance, son idéologie étant basée sur l'arabo-baâthisme", rappelle Louisa Hanoune.
Aussi disculpe-t-elle l'opposition. "Les partis de l'opposition n'assument pas la responsabilité de ce qui s'est passé ou de ce qui peut se passer. En janvier, les prix des produits (...) vont augmenter à cause de la hausse des prix du carburant. Est-ce le PT qui va assumer les conséquences de ces augmentations ou ceux qui ont voté pour cette loi de finances anticonstitutionnelle ?". Toutefois, elle s'est étonnée de la réaction du FFS et du RCD à l'égard de son parti. "Je ne comprends pas. Je suis surprise. Mais il est certain que je ne vais pas tomber dans le piège de la diversion."
Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.