Ryad veut un "cadre de coopération" Opep/non Opep à long terme    La Russie retire ses militaires d'Afrine, en Syrie    Mahrez signe son 8e but en Premier League !    Ils revendiquent de meilleures conditions de vie: Des retraités de l'ANP bloqués aux portes d'Alger    Paiement en ligne: Algérie Poste lance sa nouvelle plateforme monétique    Présidentielle, trafic de drogue, montage de véhicules…: Les réponses d'Ouyahia    Le syndrome de Stockholm appliqué à la politique    Selon The Guardian: Al-Qaïda recrute au sein des affiliés de Daech    Chlef: L'affichage sauvage irrite le wali    FAF - Réunion du Bureau fédéral: Un face-à-face décisif entre Zetchi et Kerbadj    USM Harrach: La victoire de l'espoir    Alger: Vol de véhicules, 5 arrestations    Sour El Ghozlane: Quatre personnes sauvées d'une asphyxie au gaz    Boat-people    La Turquie "va" attaquer l'enclave kurde d'Afrine    Contraintes et réalité du terrain    Exposition photographique chinoise    L'envoyé de l'ONU met en garde contre un statu quo    Des crimes de guerre sont commis par les depuis trois ans    Le logement promotionnel aidé (LPA) très convoité    La Poste doit jouer un rôle «central» dans la vie économique des nations africaines    Concert-anniversaire d'El Mossiliya    Voyage sous tension pour Mike Pence    L'accord n'est pas viable sans les Etats-Unis    La maintenance du parc roulant sera assurée    67 investisseurs mis en demeure    «Je ne serai pas candidat à la présidentielle de 2019 contre le président Bouteflika»    Derby maghrébin à haute facture    Main-mise des lutteurs des Ligues d'Alger et d'Oran    La bonne opération de l'USB et l'USMH    L'ASAM et le MOB s'imposent, le CABBA sur le podium    Mourinho ne veut pas de Ronaldo    Du kif à peu de frais    Le parti de Djaballah craint de disparaître    C'est le pourrissement    Les paramédicaux reconduisent leur grève    Deux éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Oran et Sétif    Sept mairies toujours bloquées à Tizi Ouzou    Le wali écarte tout recours à la force publique    Ouyahia pour l'application de la peine de mort aux narcotrafiquants    Zahir Ihaddaden est décédé à 89 ans    La classe politique est appelée à changer les mentalités    La commission chargée d'élaborer la liste installée    La musique classique contemporaine s'invite à Alger    Les ambitions cachées de Luc Besson en Algérie    Exposition de mangas à la galerie Ezzou'Art    Visiter la Casbah à dos d'âne    Zahir Iheddaden tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louisa Hanoune charge les partis du pouvoir
Elle les accuse d'empêcher la promotion de Tamazight et de constituer un danger pour le pays
Publié dans Liberté le 14 - 12 - 2017

Accusé, à tort ou à raison, d'avoir été à l'origine des manifestations qui secouent depuis quelques jours la Kabylie, en écho au refus de la commission idoine de l'Assemblée d'un amendement dans la loi de finances 2018 sur la promotion de tamazight, le PT, auteur de la proposition, n'a pas manqué de charger les partis du pouvoir, seuls à devoir "assumer", selon lui, toutes "les conséquences" de leur refus d'offrir tous les moyens pour l'épanouissement de cette langue. "Ceux qui parlent de manipulation méprisent les étudiants et le peuple algérien", soutient Louisa Hanoune lors d'une conférence de presse animée hier à Alger. "Ils osent accuser le PT de manipulation, toute honte bue ! Les partis de la majorité et de l'allégeance portent seuls la responsabilité des conséquences des développements induits par le refus de l'amendement sur la promotion de tamazight et la création de postes d'emploi", affirme-t-elle. Selon la secrétaire du PT dont le parti proposait, en vain, l'amendement depuis 2002, la réaction de la population, si elle n'était pas prévisible, illustre des changements au sein de la société. "Pourquoi y a-t-il eu manifestations cette fois-ci alors que cela fait quinze ans que nous proposons l'amendement ? En réalité la situation générale de l'Algérie d'aujourd'hui n'est plus celle de 2003 (...) lorsqu'il y a colère, indignation ou tension sociale, personne ne sait quel événement peut créer le déclic", dit-elle.
"Avec cette dynamique, l'université reprend son rôle. Même les lycéens ont participé. Ceux qui croient que les lycéens ne sont pas concernés se trompent", estime-t-elle encore, considérant "qu'il est tout à fait normal que la dynamique vient de Kabylie, bastion des luttes". Si elle rejette l'accusation de manipulation qui cible son parti, Louisa Hanoune soutient, cependant, qu'il peut y avoir des opportunistes qui peuvent surfer sur cette vague contestataire. "Qu'il y ait des manipulateurs, des aventuriers qui s'infiltrent dans le mouvement et essayent de le chevaucher et de le détourner, cela est normal et survient dans tous les pays du monde", souligne-t-elle en évoquant le cas du MAK (Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie) dont les partisans ont été "isolés" par les manifestants, selon elle. "Faut-il rappeler que le MAK est contre la constitutionnalisation de tamazight ? Au contraire, il veut la ghettoïser (...)". Mais elle ne s'étonne pas que l'accusation de "manipulation" vienne du FLN. "Que le FLN le dise ne nous surprend pas, car c'est le même parti qui a nié tamazight depuis l'Indépendance, son idéologie étant basée sur l'arabo-baâthisme", rappelle Louisa Hanoune.
Aussi disculpe-t-elle l'opposition. "Les partis de l'opposition n'assument pas la responsabilité de ce qui s'est passé ou de ce qui peut se passer. En janvier, les prix des produits (...) vont augmenter à cause de la hausse des prix du carburant. Est-ce le PT qui va assumer les conséquences de ces augmentations ou ceux qui ont voté pour cette loi de finances anticonstitutionnelle ?". Toutefois, elle s'est étonnée de la réaction du FFS et du RCD à l'égard de son parti. "Je ne comprends pas. Je suis surprise. Mais il est certain que je ne vais pas tomber dans le piège de la diversion."
Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.