MCA - NAHD, aujourd'hui à 16h : Cherif El Ouazzani : «On n'a pas le choix, il faut battre les Husseindéens pour rester dans la course au titre»    ESS - USMB aujourd'hui à 16h00 / Brahmi : «À Sétif pour le rachat»    CSC - USMA, aujourd'hui à 17h00 : Les Constantinois jouent gros face aux Usmistes    Le Big Data : l'avenir des technologies de l'information    Affaire Facebook-Cambridge analytica : Vous êtes fautifs aussi    «Khaliha tssadi »: un petit slogan pour l'algérien, un grand pas pour la communauté    Affaire Skripal : nouvelle réunion à La Haye    Washington et Pyongyang communiquent directement    Syrie : l'enquête de l'ONU à Douma reportée    MSP : la générale avant le congrès    FFS : l'épreuve du consensus    Le PT exprime des doutes et dénonce    Cap sur le CRB    Installation de la commission d'enquête    JSK-USMBA mardi 1er mai à 16h au stade du 5-Juillet    L'AEP suspendue du 23 au 24 avril    BRÈVES de Relizane    Un accord de partenariat algéro-canadien signé    L'union fait la force    D'Agraw Imazighen à l'académie amazighe    Coup d'envoi de la 2e édition du printemps du cinéma amazigh à Alger    Bouira: La Protection civile prend du galon    Fonction publique: L'intersyndicale promet un 1er mai de protestation    Constantine - CHU Benbadis: Les médecins résidents en gynécologie protestent    Tiaret: Soutien aux familles des gendarmes tués dans le crash de Boufarik    Algérie-UE: Les critiques de Bruxelles sont «paradoxales»    La viande bovine française fait sa promo à Alger    Abdelaziz Bouteflika promoteur de la Réconciliation nationale, du progrès et de la prospérité    Le quotidien La Nouvelle Republique non reconnu par l'école de police Tayebi Larbi    Après son nul face à l'ASEC    Djabou ne sera pas prolongé    Un message fort au reste du monde!    L'hubris de l'éphémère    Une place Patrice Lumumba à Bruxelles    L'essoufflement des empires occidentaux    Frappes contre la Syrie : Menacer de la Troisième Guerre mondiale ferait-il partie de la stratégie de Trump ?    Signature d'une convention cadre entre l'Agence spatiale algérienne (ASAL) et le Groupe Sonatrach    un ivrogne tranche le cou d'un père de famille    Une association qui force le respect    Réunion de la JMMC : Guitouni y prendra part    Djezzy "irrigue" les banques du sang    Le Président Bouteflika félicite son homologue syrien à l'occasion du 72e anniversaire de l'indépendance de son pays    Sans les partis politiques et en rangs dispersés    "Nous voulons une académie collégiale"    "Les créateurs premiers remparts contre l'obscurantisme"    Les mots, la douleur et le sublime    Cheikh Sidi Bémol présente «L'odyssée de Fulay» Entre conte et chants berbères    L'Algérie continue d'enterrer ses martyrs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louisa Hanoune charge les partis du pouvoir
Elle les accuse d'empêcher la promotion de Tamazight et de constituer un danger pour le pays
Publié dans Liberté le 14 - 12 - 2017

Accusé, à tort ou à raison, d'avoir été à l'origine des manifestations qui secouent depuis quelques jours la Kabylie, en écho au refus de la commission idoine de l'Assemblée d'un amendement dans la loi de finances 2018 sur la promotion de tamazight, le PT, auteur de la proposition, n'a pas manqué de charger les partis du pouvoir, seuls à devoir "assumer", selon lui, toutes "les conséquences" de leur refus d'offrir tous les moyens pour l'épanouissement de cette langue. "Ceux qui parlent de manipulation méprisent les étudiants et le peuple algérien", soutient Louisa Hanoune lors d'une conférence de presse animée hier à Alger. "Ils osent accuser le PT de manipulation, toute honte bue ! Les partis de la majorité et de l'allégeance portent seuls la responsabilité des conséquences des développements induits par le refus de l'amendement sur la promotion de tamazight et la création de postes d'emploi", affirme-t-elle. Selon la secrétaire du PT dont le parti proposait, en vain, l'amendement depuis 2002, la réaction de la population, si elle n'était pas prévisible, illustre des changements au sein de la société. "Pourquoi y a-t-il eu manifestations cette fois-ci alors que cela fait quinze ans que nous proposons l'amendement ? En réalité la situation générale de l'Algérie d'aujourd'hui n'est plus celle de 2003 (...) lorsqu'il y a colère, indignation ou tension sociale, personne ne sait quel événement peut créer le déclic", dit-elle.
"Avec cette dynamique, l'université reprend son rôle. Même les lycéens ont participé. Ceux qui croient que les lycéens ne sont pas concernés se trompent", estime-t-elle encore, considérant "qu'il est tout à fait normal que la dynamique vient de Kabylie, bastion des luttes". Si elle rejette l'accusation de manipulation qui cible son parti, Louisa Hanoune soutient, cependant, qu'il peut y avoir des opportunistes qui peuvent surfer sur cette vague contestataire. "Qu'il y ait des manipulateurs, des aventuriers qui s'infiltrent dans le mouvement et essayent de le chevaucher et de le détourner, cela est normal et survient dans tous les pays du monde", souligne-t-elle en évoquant le cas du MAK (Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie) dont les partisans ont été "isolés" par les manifestants, selon elle. "Faut-il rappeler que le MAK est contre la constitutionnalisation de tamazight ? Au contraire, il veut la ghettoïser (...)". Mais elle ne s'étonne pas que l'accusation de "manipulation" vienne du FLN. "Que le FLN le dise ne nous surprend pas, car c'est le même parti qui a nié tamazight depuis l'Indépendance, son idéologie étant basée sur l'arabo-baâthisme", rappelle Louisa Hanoune.
Aussi disculpe-t-elle l'opposition. "Les partis de l'opposition n'assument pas la responsabilité de ce qui s'est passé ou de ce qui peut se passer. En janvier, les prix des produits (...) vont augmenter à cause de la hausse des prix du carburant. Est-ce le PT qui va assumer les conséquences de ces augmentations ou ceux qui ont voté pour cette loi de finances anticonstitutionnelle ?". Toutefois, elle s'est étonnée de la réaction du FFS et du RCD à l'égard de son parti. "Je ne comprends pas. Je suis surprise. Mais il est certain que je ne vais pas tomber dans le piège de la diversion."
Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.