Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    Un projet pour autonomiser les femmes en Algérie    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le directeur sous contrôle judiciaire    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Le niveau de l'eau en baisse significative    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger érigée en "forteresse"
Renforcement du dispositif sécuritaire sur l'autoroute à Lakhdaria
Publié dans Liberté le 27 - 01 - 2018

Une centaine de gendarmes ont été appelés en renfort pour contenir d'éventuelles actions de protestation alors que des baraquements sont désormais installés tout au long du tronçon autoroutier entre Bouira et Lakhdaria.
En prévision de probables nouvelles tentatives de marche vers Alger, initiées notamment par les ex-militaires, les pouvoirs publics tentent de "colmater" toutes les brèches pouvant mener vers la capitale. Bouira et plus particulièrement la commune de Lakhdaria, par sa position géographique, est devenue ces derniers jours, une sorte d'avant-poste hypersécurisé. Durant les journées d'hier et d'avant-hier, plusieurs convois de la Gendarmerie nationale ont été dépêchés vers cette commune, dans le but de "sécuriser" le tronçon autoroutier reliant Lakhdaria à Dar El-Beida. En effet, une centaine de gendarmes, en plus de ceux déjà mobilisés, ont été appelés en renfort pour contenir d'éventuelles actions de protestation. D'ailleurs et signe que ce déploiement sécuritaire va s'étaler dans le temps, des baraques en préfabriqué ont été installées tout au long du tronçon autoroutier reliant Bouira à Lakhdaria en direction d'Alger. Le commandement de la Gendarmerie nationale local ne souhaite en aucun cas être pris au dépourvu, comme ce fût le cas à Sétif, où des gendarmes ont été blessés lors d'échauffourées avec les retraités de l'ANP. À Bouira, le commandant de groupement de la Gendarmerie nationale, Kamel Mahdjoub-Araïb, qui a été maintes fois félicité publiquement par sa hiérarchie, ne souhaite visiblement pas prendre le moindre risque. Depuis le
20 janvier dernier, Lakhdaria est devenue le "dernier rempart" à franchir pour arriver aux portes de la capitale, érigée par le pouvoir en "forteresse" quasi inviolable. Même la RN5 est quadrillée de bout en bout par les services de sécurité. De la localité de Zeboudja, en passant par la commune d'Aomar et en arrivant vers les gorges de l'ex-Palestro, à la frontière avec la wilaya de Boumerdès, des barrages filtrants ont été dressés pour refouler les contestataires. Dans cette configuration hypersécuritaire, ayant pour unique but de verrouiller les portes d'Alger, les automobilistes et autres voyageurs, sont pour ainsi dire pris en otage. Huit heures de route pour effectuer les 120 kilomètres séparant Bouira d'Alger, ce trajet revêt dans cette conjoncture, des allures d'une expédition des plus périlleuses. Mardi et mercredi derniers, et du fait de ces embouteillages monstres engendrés par ce "blocus" sécuritaire, des cas d'évanouissement, notamment des personnes âgées et des femmes enceintes, ont été signalés. De plus, même le secteur économique se trouve fortement perturbé par ces mesures sécuritaires que d'aucuns qualifient de démesurées. Les transporteurs routiers se retrouvent paralysés et, en l'absence de système de ferroutage, les chargements à destination du port d'Alger, arrivent souvent en retard. En définitive, une question mérite d'être posée : jusqu'à quand les usagers de la route auront à subir les conséquences de la politique ultra-sécuritaire imposée par les autorités, pour "protéger" la capitale et y interdire l'accès à tout mouvement de protestation sociale ?
RAMDANE B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.