L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



2019 : le MDS désigne son candidat
A l'occasion de son congrès tenu hier à Alger
Publié dans Liberté le 28 - 04 - 2018

Le Mouvement démocratique et social (MDS) a tenu, hier, son congrès extraordinaire à la Mutuelle des travailleurs des matériaux de construction de l'Ugta, à Zéralda. Il s'agit du premier congrès de ce parti de gauche. Le MDS, qui a failli disparaître après le décès, en 2005, de son leader charismatique, El-Hachemi Chérif, compte désormais revenir en force sur la scène politique en ce sens qu'il annonce, d'ores et déjà, son candidat à l'élection présidentielle de 2019. En effet, les congressistes du MDS ont officiellement désigné, hier, leur candidat à cette échéance, en la personne de l'actuel porte-parole du parti, en l'occurrence Fethi Ghares. Le MDS devance, ainsi, le reste de la classe politique qui ne s'est toujours pas déterminée face à cette échéance.
L'objectif recherché par le parti à travers cette candidature, explique Yacine Teguia, secrétaire genéral du parti, c'est de réinvestir la scène politique et d'enrichir les débats en vue d'accompagner le processus de "refondation de la classe politique" qui, selon lui, se profile à l'approche de la fin du règne du président Abdelaziz Bouteflika. Hormis cette décision, le congrès du MDS a, par ailleurs, reconduit l'ensemble de la composante du staff dirigeant du parti. Ainsi, Hamid Ferhi est maintenu au poste de coordinateur national et Yacine Teguia au poste de secrétaire général, mais aussi quasiment l'ensemble des membres du conseil national, quoiqu'élargi, à l'occasion, à bien d'autres jeunes militants. L'élection du bureau national et du secrétariat exécutif du parti a été, cependant, renvoyée au 18 mai prochain, le congrès étant maintenu ouvert d'ici à là. Outre la restructuration des instances et un léger lifting des statuts, ce congrès, placé sous le thème : "Pour un large gouvernement de travail", avait pour objectif de fond de sortir le parti de la "clandestinité" à laquelle il a été quasiment poussé tout au long de son parcours.
Fait à l'ouverture des travaux par le coordinateur national, Hamid Ferhi, le bilan moral du MDS ressemblait à un pamphlet contre le pouvoir. Pour M. Ferhi, le problème de l'Algérie n'est pas forcément lié à l'éventualité d'un cinquième mandat pour Bouteflika annoncé par ses partisans mais bien à l'absence d'un Etat de droit. Une situation, regrette-t-il, qui perdure depuis l'indépendance à ce jour. "Pour nous la problématique du cinquième mandat est même une futilité. Certains disent qu'il est malade et ne devrait logiquement pas briguer un autre mandat. Nous, nous leur disons que même s'il n'était pas malade, serait-il pour autant bon pour qu'il reste ? Certainement pas, car même avec plus de 1 000 milliards de dollars, il n'a rien fait de bon durant son règne, si ce n'est de généraliser les corruptions et d'étouffer les libertés", a-t-il martelé. La cérémonie d'ouverture a été, par ailleurs, marquée par la présence des militants des droits de l'Homme, les avocats Mokrane Aït Larbi et Salah Dabbouz ainsi que des représentants de la Palestine et du Sahara occidental mais aussi d'un représentant du Rassemblement pour la Kabylie (RPK). Les partis politiques n'ont pas été invités par.... "manque de temps". Le nombre des congressistes est, quant à lui, estimé à une centaine.
Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.