Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2019 : cette échéance qui bloque le pays
Réformes ajournées, décisions populistes, revirements à répétition...
Publié dans Liberté le 10 - 07 - 2018

Le train des réformes peine à quitter la gare, alors que le pays reste confronté à des défis importants.
à l'heure où les positions financières internes et externes du pays vont en se fragilisant, le gouvernement se permet le luxe de remettre au frigo l'essentiel des réformes économiques et budgétaires sur lesquels reposent les espoirs de sortie de crise. La multiplication des revirements et des remises en cause de certaines réformes plombe l'action économique au profit d'un agenda politique dont l'événement majeur n'est autre que l'élection présidentielle de 2019. Abandon de la décision d'ouvrir le capital des entreprises publiques à l'actionnariat privé, sempiternelles tergiversations autour du projet de réforme des subventions, ajournement du projet de modernisation des outils de politique monétaire, des banques et du marché financier... le train de réformes peine à quitter sa gare, alors que le pays reste confronté à des défis importants. Signe de cet atermoiement qui n'en finit pas, le Premier ministre et le ministre des Finances se sont adonnés à un échange vif autour de l'agenda de mise en œuvre des réformes des subventions. Selon nos sources, plusieurs départements ministériels, épaulés par des experts de la Banque mondiale, travaillaient depuis près d'une année déjà sur la refonte de l'action sociale de l'Etat au profit d'un système de transfert monétaire au bénéfice des démunis. Les premiers résultats de ce travail devaient être annoncés en février dernier, selon une source proche du ministère des Finances, mais la communication a été renvoyée sine die pour des raisons — jusqu'ici — inexpliquées. Entérinés par la charte sociétale signée le
23 décembre 2017 par le gouvernement et ses partenaires sociaux, les partenariats publics-privés et la vente de certains actifs encombrants allaient subir le même sort que le projet de refonte des subventions. "Plus personne n'en parle. Plus personne ne veut y toucher et/ou signer quoi que ce soit", témoigne un patron, un des signataires de ladite charte, contacté par Liberté. Pourtant, le gouvernement Ouyahia allait même engager un audit sur les entreprises publiques économiques avant qu'il ne se retire sur l'Aventin, parasité par un FLN "omniprésent" qui ne s'est pas gêné de convoquer, le 3 janvier 2018, une tripartite parallèle dédiée, dit-on, à mettre en garde un Ahmed Ouyahia qu'on qualifiait déjà de "présidentiable". Le Premier ministre, auquel l'on prêtait des ambitions présidentielles, allait être à nouveau désavoué, notamment dans ses tentatives, tantôt d'encadrer les transactions du commerce extérieur, tantôt de remettre de l'ordre dans l'activité de l'assemblage automobile. Ces guéguerres politiques justifient en partie le maintien en l'état de la situation économique, quitte à appuyer davantage sur le champignon de la dette. La planche à billets s'érige ainsi en unique alternative en attendant que les projets politiques de 2019 puissent aboutir. Le bémol : les besoins pour le reste de l'exercice et du premier semestre de 2019 risquent de se révéler coûteux, ce qui fait dire à certains analystes que le chemin du FMI serait alors inévitable. Même le ministre des Finances n'a pas écarté l'éventualité d'un retour à l'endettement extérieur dès la seconde moitié de 2019. Dans son dernier rapport sur l'Algérie, le Fonds monétaire international (FMI) avait même annoncé que le gouvernement entend reprendre la consolidation budgétaire à compter de 2019.
L'augmentation des recettes fiscales non pétrolières, à travers l'élargissement de l'assiette fiscale et l'amélioration de la collecte de l'impôt, ainsi que la réduction des dépenses courantes figurent au menu de cette stratégie de consolidation budgétaire. En un mot, les sujets qui fâchent devraient refaire surface dès la seconde moitié de 2019. D'ici là, le pouvoir politique aura probablement réglé les affaires de succession qui ont relégué au second plan toutes les questions d'ordre économique.
Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.