Alarmant !    Ce qu'il faut retenir du dernier Conseil des ministres    "Le contribuable doit payer le juste impôt"    Le pays prêt à transférer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem    Mobiliser les efforts internationaux    Tebboune présente ses condoléances aux familles des victimes    Les délais prolongés    "La belle au bois dormant    Président Tebboune : l'Algérie prête à abriter le dialogue escompté entre les frères libyens    Violences nocturnes, appels à de nouvelles manifestations    Handball/CAN-2020 (3e journée): les résultats complets    Sahnoun et Medjahed réalisent les minimas des Championnats d'Afrique    3 milliards de dinars pour des opérations d'aménagement en vue des JM    Bilan et perspectives de leur dynamisation dans le cadre d'une vision stratégique    Le Président Tebboune ordonne la rupture avec les pratiques du passé    Le président de la République présente ses condoléances aux familles endeuillées par l'accident de la circulation survenu à El-Oued    Rapport de la première quinzaine du mois de janvier :    L'Algérie regrette les décisions du Gabon et de la Guinée    Aghribs commémore son enfant, le chahid Didouche Mourad    LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Belkaroui interdit d'entraînement    Le duo Chay-Karouf bien parti pour rester    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Le PAD appelle à une adhésion massive    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    15 militants devant le juge ce matin    Non, le Hirak n'a pas échoué !    ACTUCULT    Une exposition de photographies d'art sur le site de Séfar dans le Tassili N'Ajjer à Alger    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2019 : cette échéance qui bloque le pays
Réformes ajournées, décisions populistes, revirements à répétition...
Publié dans Liberté le 10 - 07 - 2018

Le train des réformes peine à quitter la gare, alors que le pays reste confronté à des défis importants.
à l'heure où les positions financières internes et externes du pays vont en se fragilisant, le gouvernement se permet le luxe de remettre au frigo l'essentiel des réformes économiques et budgétaires sur lesquels reposent les espoirs de sortie de crise. La multiplication des revirements et des remises en cause de certaines réformes plombe l'action économique au profit d'un agenda politique dont l'événement majeur n'est autre que l'élection présidentielle de 2019. Abandon de la décision d'ouvrir le capital des entreprises publiques à l'actionnariat privé, sempiternelles tergiversations autour du projet de réforme des subventions, ajournement du projet de modernisation des outils de politique monétaire, des banques et du marché financier... le train de réformes peine à quitter sa gare, alors que le pays reste confronté à des défis importants. Signe de cet atermoiement qui n'en finit pas, le Premier ministre et le ministre des Finances se sont adonnés à un échange vif autour de l'agenda de mise en œuvre des réformes des subventions. Selon nos sources, plusieurs départements ministériels, épaulés par des experts de la Banque mondiale, travaillaient depuis près d'une année déjà sur la refonte de l'action sociale de l'Etat au profit d'un système de transfert monétaire au bénéfice des démunis. Les premiers résultats de ce travail devaient être annoncés en février dernier, selon une source proche du ministère des Finances, mais la communication a été renvoyée sine die pour des raisons — jusqu'ici — inexpliquées. Entérinés par la charte sociétale signée le
23 décembre 2017 par le gouvernement et ses partenaires sociaux, les partenariats publics-privés et la vente de certains actifs encombrants allaient subir le même sort que le projet de refonte des subventions. "Plus personne n'en parle. Plus personne ne veut y toucher et/ou signer quoi que ce soit", témoigne un patron, un des signataires de ladite charte, contacté par Liberté. Pourtant, le gouvernement Ouyahia allait même engager un audit sur les entreprises publiques économiques avant qu'il ne se retire sur l'Aventin, parasité par un FLN "omniprésent" qui ne s'est pas gêné de convoquer, le 3 janvier 2018, une tripartite parallèle dédiée, dit-on, à mettre en garde un Ahmed Ouyahia qu'on qualifiait déjà de "présidentiable". Le Premier ministre, auquel l'on prêtait des ambitions présidentielles, allait être à nouveau désavoué, notamment dans ses tentatives, tantôt d'encadrer les transactions du commerce extérieur, tantôt de remettre de l'ordre dans l'activité de l'assemblage automobile. Ces guéguerres politiques justifient en partie le maintien en l'état de la situation économique, quitte à appuyer davantage sur le champignon de la dette. La planche à billets s'érige ainsi en unique alternative en attendant que les projets politiques de 2019 puissent aboutir. Le bémol : les besoins pour le reste de l'exercice et du premier semestre de 2019 risquent de se révéler coûteux, ce qui fait dire à certains analystes que le chemin du FMI serait alors inévitable. Même le ministre des Finances n'a pas écarté l'éventualité d'un retour à l'endettement extérieur dès la seconde moitié de 2019. Dans son dernier rapport sur l'Algérie, le Fonds monétaire international (FMI) avait même annoncé que le gouvernement entend reprendre la consolidation budgétaire à compter de 2019.
L'augmentation des recettes fiscales non pétrolières, à travers l'élargissement de l'assiette fiscale et l'amélioration de la collecte de l'impôt, ainsi que la réduction des dépenses courantes figurent au menu de cette stratégie de consolidation budgétaire. En un mot, les sujets qui fâchent devraient refaire surface dès la seconde moitié de 2019. D'ici là, le pouvoir politique aura probablement réglé les affaires de succession qui ont relégué au second plan toutes les questions d'ordre économique.
Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.