Etiquetage des produits originaires du Sahara occidental : les clarifications de la nouvelle Commission européenne    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    Il y a deux ans, disparaissait Dr Laâziz Kessas    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    HIRAK : quo vadis ?    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Madar joue la carte des «primes »    Qui pour driver l'équipe samedi ?    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Constantine: Saisie de plus de 1100 capsules de psychotropes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    A la demande de la défense: Le procès Hamel reporté au 11 mars    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des milices bloquent le plus grand site pétrolier en Libye
Alors que Daech a affirmé avoir exécuté six otages
Publié dans Liberté le 11 - 12 - 2018

La compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé hier le blocage par un groupe armé de l'un des plus grands champs pétroliers du sud-ouest du pays. Dans un communiqué publié sur son site internet, la NOC a indiqué avoir décrété l'état de "force majeure" dans le champ d'al-Charara, géré par la compagnie Akakus, une joint-venture entre la NOC, l'Espagnol Repsol, le Français Total, l'Autrichien OMV et le Norvégien Statoil. Le champ d'al-Charara, situé dans la région d'Oubari (environ 900 km au sud de Tripoli), est l'un des plus grands sites pétroliers de Libye. Il produit 315 000 barils par jour, sur une production globale libyenne de plus d'un million de b/j, selon la compagnie. Invoqué dans des circonstances exceptionnelles, l'état de force majeure permet une exonération de la responsabilité de la compagnie en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole. Ce blocage affectera également la production dans le champ voisin d'al-Fil (73 000 b/j) approvisionné en électricité par al-Charara, a déploré la NOC, mettant en garde contre un manque à gagner de 32,5 millions de dollars par jour. La compagnie a accusé une "milice" locale qui prétend appartenir aux Gardes des installations pétrolières d'avoir occupé le champ. Les structures pétrolières sont régulièrement la cible notamment d'attaques de groupes armés rivaux ou d'occupations abusives par des tribus ou milices pour des revendications sociales. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, des habitants du sud ont indiqué depuis l'intérieur du site qu'ils bloquaient le champ pour dénoncer leur marginalisation, l'insécurité et les pénuries d'essence, d'électricité et d'argent dans leur région. La NOC a exigé le départ "immédiat et sans condition" de ces hommes armés qui occupent le site, soulignant qu'elle n'avait nulle intention d'engager des négociations (...) avec ces miliciens. "Il faut que ces milices évacuent le champ immédiatement", a déclaré le chef de la NOC, Moustafa Sanalla. Par ailleurs, l'organisation terroriste autoproclamée Etat islamique (EI/Daech) a exécuté 6 otages qu'il retenait depuis près de deux mois à Fougha (centre de la Libye), a annoncé dimanche soir un officiel local. Osman Hassouna, responsable du district de Joufra, a précisé à la chaîne Libya al-Ahrar que les aînés de Joufra étaient en train de négocier un échange de détenus entre les terroristes et l'armée. L'EI avait revendiqué une attaque menée en octobre dernier à Joufra, à quelque 650km au sud-est de la capitale, Tripoli, où 5 personnes ont trouvé la mort. Il avait dit avoir tué ou capturé plusieurs soldats et brûlé leurs maisons avant de prendre la fuite. Lien entre les villes de l'ouest, de l'est et du sud de la Libye, Joufra a été reprise en juin 2017 aux groupes armés par les forces de l'Armée nationale libyenne (ANL), la puissante milice de Khalifa Haftar qui contrôle l'est du pays.
R. I./Agences

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.