Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des milices bloquent le plus grand site pétrolier en Libye
Alors que Daech a affirmé avoir exécuté six otages
Publié dans Liberté le 11 - 12 - 2018

La compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé hier le blocage par un groupe armé de l'un des plus grands champs pétroliers du sud-ouest du pays. Dans un communiqué publié sur son site internet, la NOC a indiqué avoir décrété l'état de "force majeure" dans le champ d'al-Charara, géré par la compagnie Akakus, une joint-venture entre la NOC, l'Espagnol Repsol, le Français Total, l'Autrichien OMV et le Norvégien Statoil. Le champ d'al-Charara, situé dans la région d'Oubari (environ 900 km au sud de Tripoli), est l'un des plus grands sites pétroliers de Libye. Il produit 315 000 barils par jour, sur une production globale libyenne de plus d'un million de b/j, selon la compagnie. Invoqué dans des circonstances exceptionnelles, l'état de force majeure permet une exonération de la responsabilité de la compagnie en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole. Ce blocage affectera également la production dans le champ voisin d'al-Fil (73 000 b/j) approvisionné en électricité par al-Charara, a déploré la NOC, mettant en garde contre un manque à gagner de 32,5 millions de dollars par jour. La compagnie a accusé une "milice" locale qui prétend appartenir aux Gardes des installations pétrolières d'avoir occupé le champ. Les structures pétrolières sont régulièrement la cible notamment d'attaques de groupes armés rivaux ou d'occupations abusives par des tribus ou milices pour des revendications sociales. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, des habitants du sud ont indiqué depuis l'intérieur du site qu'ils bloquaient le champ pour dénoncer leur marginalisation, l'insécurité et les pénuries d'essence, d'électricité et d'argent dans leur région. La NOC a exigé le départ "immédiat et sans condition" de ces hommes armés qui occupent le site, soulignant qu'elle n'avait nulle intention d'engager des négociations (...) avec ces miliciens. "Il faut que ces milices évacuent le champ immédiatement", a déclaré le chef de la NOC, Moustafa Sanalla. Par ailleurs, l'organisation terroriste autoproclamée Etat islamique (EI/Daech) a exécuté 6 otages qu'il retenait depuis près de deux mois à Fougha (centre de la Libye), a annoncé dimanche soir un officiel local. Osman Hassouna, responsable du district de Joufra, a précisé à la chaîne Libya al-Ahrar que les aînés de Joufra étaient en train de négocier un échange de détenus entre les terroristes et l'armée. L'EI avait revendiqué une attaque menée en octobre dernier à Joufra, à quelque 650km au sud-est de la capitale, Tripoli, où 5 personnes ont trouvé la mort. Il avait dit avoir tué ou capturé plusieurs soldats et brûlé leurs maisons avant de prendre la fuite. Lien entre les villes de l'ouest, de l'est et du sud de la Libye, Joufra a été reprise en juin 2017 aux groupes armés par les forces de l'Armée nationale libyenne (ANL), la puissante milice de Khalifa Haftar qui contrôle l'est du pays.
R. I./Agences

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.