Ligue des champions d'Afrique : Le MCA qualifié aux quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'œuvre de Lounès s'oppose au mensonge historique"
Le colloque sur l'œuvre de Matoub s'est ouvert, hier, à l'université de Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2019

"Depuis la disparition de Matoub, l'on remarque l'absence de l'école de l'art et de la résistance au profit de l'école de la pacification de l'art et de la résistance", dira Mohamed Rezzik du département
Le colloque national consacré, depuis hier, par le département de tamazight de l'université Mouloud-Mammeri, à l'un des piliers de la chanson kabyle et du combat identitaire, Matoub Lounès, a été l'occasion, non seulement de revisiter l'œuvre de l'artiste engagé, mais aussi et surtout de la soumettre au regard scientifique et pluridisciplinaire des nombreux chercheurs universitaires qui se sont fixé l'objectif de disséquer l'œuvre sous ses différentes facettes pour comprendre l'homme.
Aussitôt donc la cérémonie de remise du Prix de la mémoire à titre posthume achevée, les communicants entrent en jeu et parmi eux Mme Leïla Bouzenada du département de français de l'université de Blida qui s'est attelée, dans sa communication intitulée "L'œuvre poétique de Lounes Matoub : un livre ouvert sur l'histoire", à lever le mystère sur la question de l'attachement populaire à l'œuvre de cet artiste emblématique longtemps après sa disparition. "Une des raisons de cet attachement à l'œuvre de Lounès est sans doute le fait qu'elle s'oppose au mensonge historique et qu'elle dévoile le tabou idéologique", a-t-elle analysé expliquant que son œuvre jette la lumière sur l'histoire qui, ayant été longuement instrumentalisée, provoque des doutes qu'elle a qualifiés de "presque indéniables sur sa crédibilité".
À ce titre, Leïla Bouzenada a tenu à souligner que "l'œuvre de Lounès constitue, en effet, un livre ouvert sur l'histoire et un fonds inépuisable qui servira toujours à démythifier l'histoire idéologique et à la sortir des carcans de la censure". À travers l'étude de quelques-uns des textes de Lounès, l'enseignante s'est échinée, ensuite, à montrer la part de l'histoire dans cette œuvre, comment cette histoire s'oppose à la version hagiographique officielle et à la remise en place de certaines vérités historiques. "Se servant de différentes figures de rhétorique, depuis l'allégorie jusqu'à la métaphore, Matoub offre à travers son œuvre poétique des fresques historiques qui brassent largement les différentes ères historiques de
tamazgha", a-t-elle décortiqué.
Présentant une communication intitulée "Slimane Azem-Matoub Lounès : deux hommes, un combat", Mohamed Rezzik, un doctorant du département de français à l'université de Tizi Ouzou, a œuvré, quant à lui, à expliquer ce qui motive la forte présence du personnage de Slimane Azem dans l'œuvre de Matoub Lounès. "En choisissant le camp de Slimane Azem, Matoub semble avoir compris, dès le début de sa carrière artistique, qu'il était destiné à continuer une action de résistance contre les différentes formes de normalisation et de reniement de la lutte pour l'identité berbère", a-t-il expliqué déplorant, toutefois, que "depuis la disparition de Matoub, l'on remarque l'absence de l'école de l'art et de la résistance au profit de l'école de la pacification de l'art et de la résistance".
Si Mohamed Haddadou du département d'anglais a axé sa communication sur une approche comparative de l'engagement et du combat de Matoub avec celui de James Joyce, Ali Chebili du département de français a analysé, dans sa communication, comment le récit autobiographique, Rebelle, a servi de prétexte à Matoub pour dire le destin d'un peuple nié dans son existence et son combat pour la quête de l'identité. "Raconter sa vie n'est qu'un prétexte pour parler de la horde sauvage coloniale jusqu'à la barbarie des islamistes des années 90 : Matoub raconte l'histoire de la Révolution, l'indépendance trahie, les coups d'Etat successifs, le Mouvement culturel berbère, le 20 Avril 1980 qu'il compare au 1er Novembre 1954, Octobre 88, la recrudescence de l'islamisme, l'assassinat des intellectuels, de Feraoun jusqu'à Djaout, la Kabylie et son combat identitaire", a résumé M. Chebili, expliquant que Matoub "a, ainsi, à travers sa mémoire personnelle blessée et fragilisée, raconté l'histoire d'un pays damné pris en otage entre les menaces islamistes et les griffes d'un système dictatorial arabo-baâthiste". D'autres communications sur "la figuration de l'ironie comme stratégie argumentative dans les poèmes de Matoub", "Matoub, entre le vécu et la création", "Matoub entre narcissisme et réalisme", "Analyse linguistique de textes de Matoub", "Pour une retraduction-réadaptation de la poésie de Lounès", "Regard sur la poésie matoubienne : un legs multidimensionnel à sauvegarder"… sont autant de communications prévues durant ces deux journées du colloque.
Le Prix de la mémoire décerné à Matoub Lounès
L'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou a honoré, hier, le chanteur kabyle et symbole du combat identitaire, Matoub Lounès, en lui décernant, à titre posthume, le Prix de la mémoire qui équivaut au prix docteur honoris causa pour les vivants.
La remise du prix a eu lieu en présence du wali de Tizi Ouzou, Abdelhakim Chater, du président de l'APW, Youcef Aouchiche, de membres de la famille Matoub et de nombreux militants et étudiants, à l'ouverture du colloque national de deux jours organisé par le département de tamazight de l'université de Tizi Ouzou sous le thème "L'œuvre de Lounès Matoub revisitée", à l'occasion du 63e anniversaire de sa naissance. La cérémonie a été une occasion pour chacun des invités de rendre hommage au Rebelle dont l'œuvre fait désormais l'objet de nombreuses recherches universitaires. Si, lors de son intervention, le P/APW a souligné l'immortalité de Matoub Lounès tant son œuvre est toujours là pour perpétuer son existence et son engagement pour inspirer les générations à venir, le wali de Tizi Ouzou a tenu, en tant que représentant de l'Etat, à mettre en relief la grandeur artistique de l'homme, tout en occultant, toutefois, son engagement politique contre le pouvoir. "Nous nous inclinons pieusement devant la mémoire du disparu qui a imprimé de son vivant une marque indélébile sur la culture nationale, notamment dans les domaines de la musique et de la poésie", a-t-il déclaré, ajoutant que "le défunt a aussi marqué les esprits par le combat qu'il a mené avec conviction pour la défense de la langue et de la culture amazighes". Lors de son intervention, le recteur de l'université, Ahmed Tessa, a souligné que "ce que Matoub nous a laissé est un legs qui a marqué l'histoire de l'humanité" et aussi "une belle matière première pour la recherche scientifique, une matière qui mérite d'être disséquée, interprétée et étudiée par un regard scientifique et pluridisciplinaire". S'exprimant à l'occasion, Malika Matoub a estimé que "cette entrée de Matoub à l'université est l'aboutissement de quelque chose : son œuvre sera ainsi étudiée et comprise par les siens, et surtout par ceux qui n'ont pas accès à sa langue".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.