Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    L'ENIEM augmentera le taux d'intégration d'une gamme de ses produits à 70%    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Accord de normalisation Emirat-Israël: plusieurs pays expriment leur rejet et indignation    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    BEM-BAC: un processus de conception, d'élaboration et d'impression des sujets    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nourreddine Louhal évoque la Casbah et l'avenir de ses fontaines
Il a animé une rencontre à la médiathèque Rachid-Mentouri à Alger
Publié dans Liberté le 24 - 02 - 2019

Le journaliste et écrivain Nourreddine Louhal était l'hôte de la médiathèque Rachid-Mentouri, mercredi après-midi, dans le cadre des "Mercredis du verbe", pour parler de son dernier ouvrage Alger la mystique - Ziyarates autour des fontaines, paru en novembre 2018 aux éditions Tafat et Aframed. En présence d'amoureux de la Casbah, d'artistes et d'amis, l'auteur a gratifié, près de deux heures durant, l'assistance de sa belle parole, l'amour qu'il voue à l'ancienne citadelle qui l'a vu naître, tout en déplorant, en cette veille de la journée nationale de la Casbah, son état actuel. Il y a 22 ans jour pour jour, la journée nationale de la Casbah avait été décrétée. Pour honorer cette date et le quartier de son enfance, l'écrivain a ainsi expliqué que consacrer un livre aux mythiques fontaines qui ont la renommée de l'ancienne citadelle était dans le but "d'apporter un plus par rapport à ces ouvrages qui évoquent la Casbah". "Alger est devenue pour moi une ligne éditoriale", a lancé l'auteur. "J'ai parlé de ses cinémas, des jeux de notre enfance et de ces choses qui ont malheureusement disparu. Après ces thèmes, je me suis intéressé aux fontaines, car j'estime que nous avons tous été au contact de ces sources d'eau à un moment de notre vie." Et d'évoquer le cheminement de l'écriture de ce bel ouvrage, où il y raconte son enfance, l'histoire de chaque fontaine et sa légende, et les traditions qui sont nées autour de ces symboles du vieil Alger. "Corinne Chevallier, petite-fille de l'ancien maire d'Alger, Jacques Chevallier, m'a poussé à chercher davantage dans ce sens, de ressusciter la belle histoire de ces fontaines. Mais ce qui m'a fait de la peine au cours de mes investigations, ce sont ces fontaines qui ont été ensevelies sous le béton, à cause des travaux d'embellissement de la ville", regrettera l'orateur. "Les clous, avaloirs et autres éléments m'ont permis de retrouver les traces de ces fontaines disparues. J'ai également découvert des fontaines de zaouïas de marabouts originaires de Béchar. À travers ces lieux, j'ai su qu'il existait beaucoup de poésie, à l'image de la fontaine de Adjadjel." S'agissant du temps qu'il lui a fallu pour la rédaction de cet ouvrage minutieux et informatif, Louhal dira : "Deux années ont été nécessaires. Je me suis réellement intéressé au sujet en 2016, et l'ai fini en octobre 2018. Je peux dire, sans prétention aucune, que c'est une première dans la littérature algérienne, parce que jamais personne n'a écrit sur les fontaines de la périphérie d'Alger." Et d'ajouter : "Dans ma quête, je me suis déplacé jusqu'à Birkhadem qui est en fait «le puits de l'esclave», au nom d'une jeune Noire qui donnait à boire aux guerriers de l'Emir Abdelkader." La sauvegarde et le recensement des fontaines a aussi été l'un des principaux axes de la rencontre, tant assistance et auteur avait à cœur d'échanger davantage sur les fontaines qui ont malheureusement disparu, et l'avenir de celle qui résistent encore.
"Le seul inventaire qui existe est celui de la wilaya d'Alger, mais cette dernière a attribué de simples numéros à ces fontaines. Ce qui est dommage aussi, ce sont ces fontaines sur lesquelles on a construit, au vu et au su de tous. Mais ce que je peux dire est que l'inventaire doit aussi se faire au gré de nos souvenirs." Pour l'auteur, préserver ce qui reste s'avère délicat, dans la mesure où, dit-il, "il y a eu des pillages à la Casbah, des gens ont détruit l'âme du quartier. Ce sont pourtant des endroits officiels et constitués". Et d'ajouter à propos de l'architecte français Jean Nouvel, devant chapeauter le projet de sa rénovation : "J'ai été le premier à applaudir cette nouvelle. La Casbah est en ruine, si nous n'avons pas pu la restaurer pourquoi quelqu'un de France n'aurait pas le droit de le faire ? Parce qu'il porte en lui les traces du colonialisme ?" En parlant d'histoire justement, et de guerre de libération plus particulièrement, l'écrivain est revenu sur le rôle des fontaines au temps de la guerre, qui ont joué "un grand rôle" selon lui.
Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.