ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nourreddine Louhal évoque la Casbah et l'avenir de ses fontaines
Il a animé une rencontre à la médiathèque Rachid-Mentouri à Alger
Publié dans Liberté le 24 - 02 - 2019

Le journaliste et écrivain Nourreddine Louhal était l'hôte de la médiathèque Rachid-Mentouri, mercredi après-midi, dans le cadre des "Mercredis du verbe", pour parler de son dernier ouvrage Alger la mystique - Ziyarates autour des fontaines, paru en novembre 2018 aux éditions Tafat et Aframed. En présence d'amoureux de la Casbah, d'artistes et d'amis, l'auteur a gratifié, près de deux heures durant, l'assistance de sa belle parole, l'amour qu'il voue à l'ancienne citadelle qui l'a vu naître, tout en déplorant, en cette veille de la journée nationale de la Casbah, son état actuel. Il y a 22 ans jour pour jour, la journée nationale de la Casbah avait été décrétée. Pour honorer cette date et le quartier de son enfance, l'écrivain a ainsi expliqué que consacrer un livre aux mythiques fontaines qui ont la renommée de l'ancienne citadelle était dans le but "d'apporter un plus par rapport à ces ouvrages qui évoquent la Casbah". "Alger est devenue pour moi une ligne éditoriale", a lancé l'auteur. "J'ai parlé de ses cinémas, des jeux de notre enfance et de ces choses qui ont malheureusement disparu. Après ces thèmes, je me suis intéressé aux fontaines, car j'estime que nous avons tous été au contact de ces sources d'eau à un moment de notre vie." Et d'évoquer le cheminement de l'écriture de ce bel ouvrage, où il y raconte son enfance, l'histoire de chaque fontaine et sa légende, et les traditions qui sont nées autour de ces symboles du vieil Alger. "Corinne Chevallier, petite-fille de l'ancien maire d'Alger, Jacques Chevallier, m'a poussé à chercher davantage dans ce sens, de ressusciter la belle histoire de ces fontaines. Mais ce qui m'a fait de la peine au cours de mes investigations, ce sont ces fontaines qui ont été ensevelies sous le béton, à cause des travaux d'embellissement de la ville", regrettera l'orateur. "Les clous, avaloirs et autres éléments m'ont permis de retrouver les traces de ces fontaines disparues. J'ai également découvert des fontaines de zaouïas de marabouts originaires de Béchar. À travers ces lieux, j'ai su qu'il existait beaucoup de poésie, à l'image de la fontaine de Adjadjel." S'agissant du temps qu'il lui a fallu pour la rédaction de cet ouvrage minutieux et informatif, Louhal dira : "Deux années ont été nécessaires. Je me suis réellement intéressé au sujet en 2016, et l'ai fini en octobre 2018. Je peux dire, sans prétention aucune, que c'est une première dans la littérature algérienne, parce que jamais personne n'a écrit sur les fontaines de la périphérie d'Alger." Et d'ajouter : "Dans ma quête, je me suis déplacé jusqu'à Birkhadem qui est en fait «le puits de l'esclave», au nom d'une jeune Noire qui donnait à boire aux guerriers de l'Emir Abdelkader." La sauvegarde et le recensement des fontaines a aussi été l'un des principaux axes de la rencontre, tant assistance et auteur avait à cœur d'échanger davantage sur les fontaines qui ont malheureusement disparu, et l'avenir de celle qui résistent encore.
"Le seul inventaire qui existe est celui de la wilaya d'Alger, mais cette dernière a attribué de simples numéros à ces fontaines. Ce qui est dommage aussi, ce sont ces fontaines sur lesquelles on a construit, au vu et au su de tous. Mais ce que je peux dire est que l'inventaire doit aussi se faire au gré de nos souvenirs." Pour l'auteur, préserver ce qui reste s'avère délicat, dans la mesure où, dit-il, "il y a eu des pillages à la Casbah, des gens ont détruit l'âme du quartier. Ce sont pourtant des endroits officiels et constitués". Et d'ajouter à propos de l'architecte français Jean Nouvel, devant chapeauter le projet de sa rénovation : "J'ai été le premier à applaudir cette nouvelle. La Casbah est en ruine, si nous n'avons pas pu la restaurer pourquoi quelqu'un de France n'aurait pas le droit de le faire ? Parce qu'il porte en lui les traces du colonialisme ?" En parlant d'histoire justement, et de guerre de libération plus particulièrement, l'écrivain est revenu sur le rôle des fontaines au temps de la guerre, qui ont joué "un grand rôle" selon lui.
Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.