Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation
Malgré un dispositif policier impressionnant
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Les manifestants ont poussé jusqu'à la place des Martyrs où ils ont tenu un rassemblement.
"Nul ne peut arrêter un peuple sur le chemin de son destin." Cette belle phrase du grand romancier Mouloud Mammeri n'a jamais résonné aussi juste qu'en ces jours d'insurrection citoyenne. Ni la chaleur ni la soif et la faim en ce mois de jeûne ne sont assez forts pour avoir raison de la détermination des Algériens à mener jusqu'au bout leur révolution et à réaliser son objectif suprême, à savoir la satisfaction pleine et entière de leurs revendications, en premier lieu le départ du système.
La mobilisation est encore une fois au rendez-vous de ce 14e vendredi de cette belle épopée que le peuple algérien est en train d'écrire. Petite nouveauté lors des manifestations d'hier : le dispositif policier monstre autour de la Grande-Poste barricadée depuis mercredi dernier pour y effectuer des travaux de réparation. Les fourgons de la police sont alignés du côté bas de ce monument historique jusqu'au siège du RND, bloquant tout accès. Et pour dissuader les manifestants de s'en approcher, un grand nombre de policiers sont déployés tout le long de cette rangée de véhicules et même dans les parages de ce haut-lieu de la révolution du sourire. Et ce déploiement policier ne concerne pas seulement Alger-Centre, le cœur battant de la révolution du sourire, mais presque toute la capitale, au point de faire dire à un citoyen qui avait du mal, dans la matinée d'hier, à rejoindre son lieu de travail : "Ce n'est plus Alger la blanche, mais Alger la bleue." Pis encore, selon le militant des droits de l'homme Saïd Salhi, "près d'une centaine d'interpellations ont eu lieu visant des militants connus et de simples citoyens". "Dès le matin, un dispositif impressionnant a été mis en place pour tenter d'empêcher la marche pacifique", a-t-il remarqué, non sans dénoncer "ces atteintes à la liberté de manifester pacifiquement et à la liberté de circulation". Il n'empêche que les Algériens ont investi massivement la placette proche de la Grande-Poste en criant, des heures durant, leur colère et leur résolution à aller jusqu'au bout. Particularité de ce 14e vendredi du hirak : l'ire des Algérois ne vise presque plus les deux B, à savoir le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, et son Premier ministre, Noureddine Bedoui, mais plutôt le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, qui s'est singulièrement attiré les foudres de la rue. Entre autres slogans hostiles au patron de l'Armée scandés par les manifestants : "Gaïd Salah dégage", "Armée et peuple unis, Gaïd Salah est avec les traîtres". Les manifestants ont exprimé également leur refus catégorique de voir s'installer un régime militaire. Voici une brassée de mots d'ordre hostiles à une telle perspective et inscrits par les manifestants sur les banderoles ou leurs pancartes : "Ce peuple ne veut pas à nouveau d'un régime militaire", "République et non pas une caserne", "Ni Etat militaire ni bande de mercenaires", "Primauté du civil sur le militaire", "Non aux élections de la bande, non au pouvoir des chars", etc.
Même le chanteur Brahim Tayeb était de la partie en brandissant une pancarte sur laquelle il a écrit : "Non à la casse-quête, vive l'Algérie." Comme lors des précédentes manifestations, les Algérois se sont opposés, cette fois-ci encore, à la tenue de la présidentielle du 4 juillet prochain. Autre nouveauté des manifestations du vendredi 14 : des manifestants ont organisé une marche vers la place des Martyrs et un grand rassemblement y a été tenu.
Nouvelle place forte du mouvement populaire pour suppléer la Grande-Poste désormais interdite aux manifestants ? À la fin de la manifestation, la police a procédé à plusieurs interpellations.
Arab Chih


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.