Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise migratoire divise les pays d'Europe du Sud
Réunis vendredi à Malte
Publié dans Liberté le 16 - 06 - 2019

Les sept pays d'Europe du Sud ont été incapables de s'entendre sur une réponse commune à la crise de migrants et de réfugiés, lors d'un sommet organisé vendredi à Malte.
Les dirigeants du Med7 (Italie, France, Malte, Chypre, Espagne, Grèce, Portugal) ont éludé leurs divisions, en particulier sur la politique de l'Italie qui n'accepte plus depuis un an les bateaux humanitaires dans ses ports. Les dirigeants se sont contentés d'énoncer de grands principes, comme la nécessité de renforcer les frontières extérieures et d'élaborer une politique migratoire commune et solidaire, sans préciser comment.
Ils ont aussi souhaité des solutions permanentes et prévisibles, qui deviennent désormais urgentes. Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a jugé frustrant qu'on parle de solidarité sans l'appliquer. Pour Rome, ce principe devait permettre à l'Italie, qui a accueilli ces dernières années des centaines de milliers de migrants, de partager avec ses partenaires européens l'effort d'accueil des migrants.
Les dirigeants ont aussi demandé que tous les bateaux en Méditerranée respectent le droit international et n'empêchent pas l'intervention des garde-côtes libyens et ont jugé nécessaire de s'attaquer davantage au business model des passeurs, des propos semblant viser les activités des ONG près des côtes libyennes. Les pays européens volontaires doivent s'accorder sur une issue, comme ce fut le cas pour d'autres bateaux refoulés par l'Italie au cours des derniers mois.
Car, c'est le plus souvent Malte qui a dénoué les crises en ouvrant ses ports, à condition que d'autres pays européens se répartissent les arrivants. Rome et La Valette veulent une répartition automatique et équitable des migrants entre tous les pays de l'UE.
La France réclame elle un débarquement dans le port le plus proche — l'Italie, le plus souvent — dans des centres contrôlés par l'UE, puis une répartition des migrants éligibles au droit d'asile entre pays volontaires. La question du rapatriement des autres reste un casse-tête.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.