Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive
Marches hebdomadaires, retour de la contestation sociale, chute du prix du pétrole…
Publié dans Liberté le 25 - 08 - 2019

Avec l'amenuisement des réserves de changes qui sont en deçà de 80 milliards de dollars et la chute du prix du pétrole qui est de 60 dollars à peine, l'Exécutif aura du mal à affronter une situation socioéconomique des plus pénibles.
C'est pratiquement un travail titanesque qui attend le gouvernement Bedoui pour cette rentrée sociale 2019 qui s'annonce fort explosive. Certes, le Premier ministre Noureddine Bedoui s'est voulu rassurant en se félicitant, lors de la réunion du Conseil de gouvernement tenu mercredi dernier, du "progrès notable en matière de préparatifs de la prochaine rentrée sociale, qui est le fruit de la mise en œuvre du programme préparatoire spécial et des décisions prises par le gouvernement à cet effet".
Sauf que le lendemain même de cette réunion gouvernementale, l'optimisme de M. Bedoui a été démenti par la réalité des faits, à savoir le décès de 5 personnes lors d'un concert musical du rappeur Soolking suivi du limogeage du directeur de l'Onda, Sami Bencheikh El-Hocine, et de la démission de la ministre de la Culture, Mlle Meriem Merdaci.
Autre scandale ayant éclaboussé, toujours en ce mois d'août, le gouvernement Bedoui : la pénurie d'eau pendant les deux jours de l'Aïd dans plusieurs wilayas du pays alors que le ministre des Ressources en eau avait promis aux Algériens de passer une fête sans la moindre coupure de ce précieux liquide.
Et en plus des limites de certains membres de l'actuel Exécutif, la marge de manœuvre dont dispose l'équipe gouvernementale pour faire face aux vents contraires est des plus étroites. Pourquoi ? Plusieurs raisons peuvent être citées pour attester de l'incapacité du gouvernement à faire face à la difficulté.
Il y a d'abord le problème de l'impopularité, voire d'un déficit de légitimité, d'un Exécutif dont les deux têtes, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, et le Premier ministre, Noureddine Bedoui, sont réclamées à cor et à cri par les Algériens depuis 6 mois. Une illégitimité qui handicape lourdement l'action des deux hauts dirigeants mais aussi celle des ministres qui éprouvaient toutes les difficultés du monde à se rendre dans les wilayas pour raison de rejet populaire.
Il y a ensuite les manifestations qui n'ont pas cessé depuis février dernier et qui, tout porte à le croire, vont reprendre de plus belle à l'occasion de la prochaine rentrée sociale. La contestation peut même se radicaliser avec le spectre de la désobéissance civile agité par beaucoup de manifestants agacés par l'entêtement des tenants du pouvoir à imposer leur feuille de route.
Ce qui ne manquera pas de rendre plus complexe une situation socioéconomique déjà intenable et, du coup, compliquer davantage la tâche à un gouvernement affaibli et qui se serait bien passé de tant d'adversités. À cela s'ajoute la menace brandie par les syndicats autonomes de renouer avec la protestation dès septembre prochain pour soutenir l'insurrection citoyenne.
"En tant que syndicats autonomes nous devons revenir à la base à travers les conseils nationaux et de wilaya qui seront organisés au niveau de chaque syndicat pour prendre des décisions, mais le choix d'un retour à la protestation n'est pas à écarter en raison du processus actuel que nous n'avons pas souhaité, et donc, il faut mettre davantage de pression sur le pouvoir réel pour des solutions qui satisferont le peuple", a averti le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Lyes Merabet, dans un entretien accordé le 14 août à TSA Arabi.
Autre élément qui risque d'empoisonner la vie du gouvernement Bedoui : le manque de finances pour acheter la paix sociale. Avant 2014, les gouvernements successifs ont souvent puisé dans le bas de laine plus de 200 milliards de dollars engrangés tout au long de la période faste du pétrole cher pour étouffer dans l'œuf le moindre foyer de contestation.
Avec l'amenuisement des réserves de changes qui sont en deçà de 80 milliards de dollars et la chute du prix du pétrole qui est de 60 dollars à peine, l'Exécutif aura du mal à affronter une situation socioéconomique des plus pénibles et faire redémarrer une machine économique fortement grippée. Aussi, c'est peu dire que d'affirmer que l'équipe gouvernementale est appelée à faire face, en septembre prochain, à une épreuve très difficile, voire une équation presque irrésolue.

Arab Chih


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.