Le Président Tebboune préside une séance de travail au siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Manchester City : Mahrez victime d'un cambriolage à plus de 500 000 euros    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat inapte à canaliser l'informel
Des capitaux colossaux fuient le système financier
Publié dans Liberté le 10 - 11 - 2019

l 5000 milliards de dinars circulent hors secteur bancaire, soit l'équivalent de plus de 50% des encours des crédits accordés à l'ensemble de l'économie nationale.
Les difficultés financières que traverse le pays après la chute des prix du pétrole obligent le gouvernement à chercher de nouvelles sources de financement. Avec les déficits qui ne cessent de se creuser, les pouvoirs publics tentent de faire un forcing pour récupérer l'argent de l'informel, en vain. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé. En 2015, le gouvernement a initié un programme de conformité fiscale volontaire, suivi d'autres leviers, dont le développement de la finance islamique et le lancement d'un emprunt obligataire souverain.
La Banque d'Algérie a repris l'initiative à son compte en lançant courant 2018 une large offensive en direction des banques pour le développement de l'inclusion financière. Cependant, toutes ces mesures n'ont visiblement pas donné les résultats attendus. Pour preuve, le volume de l'argent hors circuit bancaire ne cesse d'augmenter. La semaine dernière, le gouverneur par intérim de la Banque d'Algérie, Amar Hiouani, a indiqué que 5000 milliards de dinars circulaient hors secteur bancaire, soit l'équivalent de plus de 50% de l'encours des crédits accordés à l'ensemble de l'économie nationale.
L'ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal avait évalué à 37 milliards de dollars les montants en circulation dans les sphères invisibles de l'économie, alors qu'en septembre 2017, l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia levait le voile sur un montant de 17 milliards de dollars. L'année dernière, Mohamed Loukal, alors gouverneur de la Banque d'Algérie, avait parlé de 4800 milliards de dinars, dont les petites épargnes des ménages qui échappent également au système financier.
Cette cacophonie au niveau officiel renseigne sur l'absence d'un système d'information fiable sans lequel aucune prévision ou politique économique cohérente n'est possible, les pertes pouvant se chiffrer en milliards de dollars. Contacté par Liberté, l'analyste financier Ferhat Aït Ali s'est interrogé sur le montant réel de cette masse monétaire qui circule dans les circuits informels et que le gouvernement veut capter. Pour lui, cette masse monétaire cachée dans l'informel est surévaluée, puisque, selon lui, la masse fiduciaire n'est que de 4700 milliards DA.
Toujours est-il que Ferhat Aït Ali considère que cette bancarisation de l'argent informel comme elle est menée n'aura pas d'impact positif. En effet, il a souligné qu'avant tout, il faudrait savoir pourquoi les gens boudent les banques. Selon lui, on ne peut parler de bancarisation de l'argent de l'informel tant que les ressorts qui alimentent ces circuits ne sont pas cassés au sein même de l'appareil bureaucratique algérien et dans la structure de notre économie.
Une bancarisation de l'informel dans les conditions actuelles ne garantit pas que par l'effet des mêmes mécanismes, ladite manne financière ne retournera pas à la case départ, soit vers l'informel. La démarche ne sera d'aucune utilité pour tarir les segments qui génèrent ces mêmes fonds, tant que les causes objectives qui ont donné naissance à ces mêmes segments ne sont pas éliminées.
Quand on fait peser une lourde fiscalité sur la production contrairement à l'importation, on pousse beaucoup plus vers cette dernière, terrain propice pour l'informel, a-t-il expliqué. Selon l'analyste financier, il faut impérativement orienter l'investissement vers la production, moins encline à l'informel. Autre impératif, la monétique. L'e-paiement est un élément central dans la lutte contre l'informel. Mais là, le chantier est à peine entamé.

Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.