Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Le ministre du Commerce reçoit des représentants de filières agricoles primo-exportatrices    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Crise migratoire en Méditerranée: l'UE appelle les Etats membres à la "solidarité"    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Covid-19: plus de 98% de guérisons sur un total de 3.021 dossiers médicaux    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme
Alors que plusieurs hirakistes ont comparu hier en pleine crise sanitaire
Publié dans Liberté le 07 - 04 - 2020

D'aucuns n'hésitent pas à accuser le pouvoir de mettre à profit cette situation exceptionnelle imposée par la pandémie de coronavirus pour régler ses comptes avec les militants du hirak dans le but d'affaiblir celui-ci.
Pas de trêve judiciaire pour la justice algérienne qui, au plus fort de la pandémie de coronavirus dans le pays, continue à condamner des militants du hirak. Comparaissant hier devant le tribunal de Sidi M'hamed (Alger), le président de l'association RAJ, Abdelouahab Fersaoui, a été condamné à une année de prison ferme assortie d'une amende de 20 000 DA. Lors du dernier procès de celui-ci, tenu le 23 mars dernier dans la même juridiction, le procureur de la République avait requis une peine de deux ans de prison ferme assortie d'une amende de 100 000 DA à l'encontre de Fersaoui, poursuivi pour les chefs d'inculpation d'"atteinte à l'intégrité du territoire national" et d'"incitation à la violence", en vertu des articles 74 et 79 du code pénal, et mis en détention provisoire le 10 octobre 2019 à la prison d'El-Harrach. à l'issue du verdict d'hier, la députée Fetta Sadat n'a pas caché sa colère, dans une déclaration à la téléweb de RAJ, tout en tombant à bras raccourcis sur la justice algérienne. "Avec ce verdict, la justice algérienne a prouvé encore une fois qu'elle est instrumentalisée par certaines parties pour réprimer et faire peur au peuple algérien", a-t-elle dénoncé.
"Ces condamnations de militants politiques et associatifs n'influent en rien sur la détermination du peuple algérien à réaliser le changement et bâtir un Etat de droit ainsi que l'avènement d'une Algérie nouvelle basée sur le respect des droits et des libertés fondamentales", a-t-elle estimé. "Une année de prison ferme pour Abdelouahab Fersaoui. C'est de l'injustice !", s'est élevée, pour sa part, Me Yamina Allili, avocate du président du RAJ. Même colère chez le militant des droits de l'Homme et vice-président de la Laddh (aile Hocine Zehouane), Saïd Salhi, qui a qualifié le verdict de "provocation". "L'incroyable pouvoir indigne, qui profite de la trêve du hirak, Fersaoui Abdelouahab condamné à un an de prison ferme", fulminait-il.
Et d'asséner dans un autre post publié sur sa page Facebook : "Un système sans honneur est indigne du respect et de la confiance. Même en temps de guerre, les ennemis respectent les trêves." "Le hirak trouvera toutes ses forces dans cet arbitraire, ce déni qui se poursuit contre les meilleurs enfants du pays, les meilleurs d'entre nous. Le hirak n'abandonnera jamais ses militants, il se poursuivra (…) Pour le moment, tout en restant mobilisés, solidaires avec les détenus et leurs familles, occupons-nous de la crise sanitaire", a soutenu le vice-président de la Laddh. Côté ONG, Amnesty International a réagi, elle aussi, à la condamnation du président du RAJ en la qualifiant de scandaleuse.
"Condamner un militant à une année de prison ferme pour avoir exprimé son opinion pacifiquement sur Facebook en pleine crise sanitaire est inadmissible et scandaleux", a dénoncé Hassina Oussedik, directrice d'Amnesty International Algérie, dans un communiqué. "Aujourd'hui, plus que jamais, il est urgent de libérer immédiatement et sans condition tous les détenus d'opinion et de mettre fin au harcèlement judiciaire des militants pacifiques", s'est-elle encore exclamée. Hier toujours, pas moins de 10 autres procès se sont tenus dans différentes juridictions du pays, a indiqué le Réseau de lutte contre la répression.
Il y a d'abord celui du militant engagé Karim Tabbou au tribunal de Koléa (Tipasa) mais qui a été reporté au 27 avril. En outre, les 7 militants qui ont été libérés de prison le 2 janvier 2020 avant d'être arrêtés le vendredi 13 mars, ont comparu devant le tribunal de Sidi M'hamed (Alger). Il y a aussi le procès du détenu Ali Rabehi au tribunal de Biskra qui, le 18 mars dernier, l'a placé sous mandat de dépôt. Et enfin le procès en appel de l'activiste Nadir Klouz qui s'est tenu à la Cour de Mila. Samedi 4 avril, le journaliste Sofiane Merakechi a été condamné à 8 mois de prison ferme par le tribunal de Bir Mourad-Raïs et ne quittera donc la prison que le 26 mai prochain. Le journaliste Khaled Drareni a été placé sous mandat de dépôt à la prison d'El-Harrach, mardi 29 mars, par le tribunal Sidi M'hamed, avant d'être transféré, le lendemain, à la prison de Koléa.
Beaucoup de militants et d'ONG internationales se sont élevés contre ces condamnations de militants du hirak alors que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a signé, mercredi 1er avril 2020, un décret présidentiel portant des mesures de grâce au profit de 5 037 détenus. Ne s'expliquant pas cet acharnement de la justice contre des militants politiques et associatifs jetés en prison pour avoir exprimé leur opinion, d'aucuns n'ont pas hésité à accuser le pouvoir de mettre à profit cette situation exceptionnelle imposée par la pandémie de coronavirus pour régler ses comptes avec les militants du hirak dans le but d'affaiblir celui-ci.


Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.