Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La baisse de l'offre doit impliquer tous les producteurs
stabilisation des cours du brut
Publié dans Liberté le 09 - 04 - 2020

Il a suffi d'un simple tweet du président américain, jeudi dernier, relatant des discussions entre l'Arabie saoudite et la Russie sur une baisse envisagée de la production de pétrole de 10 à 15 mb/j, pour faire bondir le prix du Brent de plus de 35%, à 34,7 dollars le baril. Les prix ont également été soutenus par la publication de statistiques rassurantes sur la reprise économique chinoise post-Covid-19 et l'annonce d'une réunion d'urgence de l'Opep+. "En moyenne hebdomadaire, le Brent a gagné +0,3 dollar le baril", relève L'IFP Energies nouvelles (IFPEN), dans son analyse hebdomadaire publiée lundi.
Le consensus Bloomberg sur le prix du Brent pour 2020, indique l'institut français, est de 43,3 dollars le baril contre 37 dollars le baril sur les marchés futurs. "Si l'initiative américaine de rapprocher l'Arabie saoudite et la Russie a été saluée par les marchés, résorber le choc pétrolier actuel nécessitera de déployer beaucoup plus d'efforts", estime l'institut de recherche français.
Selon son analyse, une réduction de la production mondiale entre 10 et 15 millions de barils par jour, "même si cela représente plus de 60% de la production de l'Arabie saoudite et de la Russie réunies, semble en effet totalement insuffisante face à une baisse de la demande estimée entre 15 et 25 millions de barils par jour". Le rééquilibrage du marché pétrolier passe donc, selon l'IFPEN, "comme le soutiennent l'Arabie saoudite et la Russie, par une réduction significative et coordonnée de l'ensemble des producteurs (Opep+ et une participation effective des USA), ce qui serait une première dans l'histoire du pétrole".
Un simple rôle de facilitateur pour les Etats-Unis ne sera probablement pas suffisant cette fois-ci. Cependant, estime l'IFPEN, les récents évènements, "avec l'annulation de la réunion de l'Opep+, initialement annoncée pour lundi puis reportée de quelques jours, et les annonces du président américain sur la possibilité de rétablir des droits de douane à l'importation sur le pétrole brut, montrent que nous sommes encore très loin d'un accord".
Toutefois, relève-t-il, les dernières nouvelles économiques en provenance de Chine apportent des réponses rassurantes sur la question de sortie de crise. Trois mois après l'apparition de l'épidémie de Covid-19, les indices PMI manufacturiers et non manufacturiers pour le mois de mars, publiés la semaine dernière, montrent une nette amélioration de la situation économique en Chine.
Aux Etats-Unis, les statistiques hebdomadaires, publiées par l'EIA pour la semaine du 27 mars, montrent que la situation au niveau des stocks pétroliers se tend. "La question des stocks est devenue la principale préoccupation des opérateurs et des traders sur les marchés pétroliers", estime L'IFPEN. En Chine, le gouvernement aurait demandé à plusieurs agences de coordonner un achat massif de pétrole brut afin de profiter de la baisse des prix.



M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.